Gel des avoirs libyens: nouveau scandale d’État?

Nouveau rebondissement dans l’affaire des fonds gelés de l’ex-leader libyen Mouammar Kadhafi. Notre rédaction a mené l’enquête depuis plusieurs semaines et a récolté des informations exclusives.

Une source proche du dossier indique sous couvert d’anonymat que le gouvernement belge aurait joué un rôle dans le financement de milices libyennes responsables de trafics d’êtres humains.

La guerre civile en Libye a entraîné une crise migratoire majeure. Selon cette source proche du milieu des agents secrets, le rôle de la Belgique n’est pas neutre dans cette affaire : « Depuis 7 ans, on constate que les factions de milices ont trouvé tout l’armement qui leur fallait. Certains pays les ont ouvertement armés, mais ils ont trouvé l’armement par d’autres voies. Il y a eu un ou deux scandales liés à des avions stoppés sur l’aéroport d’Ostende avec des armes à l’intérieur. »

Trafics d’êtres humains

Pour comprendre l’affaire, remontons fin 2011 à la mort de Mouammar Kadhafi. Pour éviter que l’argent du clan Kadhafi ne retourne entre de mauvaises mains, le Conseil de Sécurité des Nations Unies décide d’imposer le gel des actions et obligations libyennes. En Belgique, ces avoirs étaient gelés dans 4 banques : BNP Paribas Fortis (43 millions), ING (376 millions), KBC (869 millions) et, surtout, Euroclear Bank (12,8 milliards).

Problème : on se rend compte quelques années plus tard que les intérêts et dividendes n’ont pas été gelés. Dès 2012, entre 3 et 5 milliards ont ainsi quitté ces comptes.

Personne ne sait exactement ce qu’il est advenu de cet argent, mais le rapport de l’ONU, publié en septembre, fait état d’un constat accablant pour l’État belge. « Dans ce rapport, on s’aperçoit qu’il y a un problème de trafic d’armes pour alimenter des factions armées. Il y a tout un marché qui vise à faire venir des migrants et à engager des Nigérianes dans des réseaux de prostitution. C’est une entreprise mafieuse, mais qui s’appuie sur toutes les milices en question. Elles reçoivent des fonds extérieurs« , commente Robert Wtterwulghe, professeur émérite à l’UCLouvain.

Silence radio

À la Chambre, des parlementaires ont interpellé à plusieurs reprises le gouvernement belge sur ce sujet. « À chaque fois que l’on pose la question aux ministres, on n’a peu de réponses sur les montants et sur les raisons. C’est un très grave problème, la réputation de la Belgique est entachée et pointée du doigt« , indique le député Georges Dallemagne (cdH).

De son côté, le parlementaire Georges Gilkinet (Ecolo) estime que le gouvernement belge utilise la complexité du dossier pour ne pas donner d’informations et se retranche derrière des décisions prises au niveau européen.

Robert Wtterwulghe reconnaît le manque de transparence au niveau parlementaire : « C’est le silence radio, une espèce de loi d’omerta. Les quelques parlementaires qui posent des questions n’ont pas de réponse valable. »

Plus grave que le Kazakhgate

Selon notre source anonyme, ce scandale pourrait être plus grave que le Kazakhgate : « Il s’agit d’un financement potentiel d’une guerre civile depuis 7 ans. Guerre civile qui a entraîné une crise migratoire majeure« .

Un nom revient régulièrement lors de nos interviews, celui de l’ex-ministre des Finances et actuel ministre des Affaires étrangères : Didier Reynders (MR). « La Belgique était obligée de respecter l’obligation de l’ONU, mais en 2011, elle a accepté de libérer les intérêts de ces fonds. Ce sont des centaines de millions d’euros qui ont été redistribués on ne sait pas où, ni pourquoi. On sait juste que c’était le ministre Reynders à l’époque qui avait le pouvoir de décision« , explique Georges Gilkinet.

Le juge d’instruction Michel Claise a été saisi de l’affaire, une instruction est donc en cours. Peu de choses filtrent à ce sujet. Le magistrat devrait essayer de savoir exactement où est passé l’argent et à quelles fins. De leur côté, les parlementaires envisagent d’entendre les experts du rapport de l’ONU à la Chambre.

Source: Rtbf.be

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *