Célébration du 8 mars : Une femme mécanicienne dans l’armée

 

Caporal Diahara Togo est de la 34ème promotion du Génie militaire de l’armée malienne. L’enfant de la falaise, une brave dame, a choisi la mécanique dans l’armée, un métier considéré comme la chasse gardée  des hommes dans un pays comme le Mali. Dans le cadre du 08 mars 2017 nous l’avons approchée pour mieux connaître son parcours.

 

Originaire de Koro, cercle de Mopti, la petite « dogonne » a fait d’abord sa formation au Centre d’animation rurale (CAR). Une formation militaire de base qui permet de connaître la manipulation des armes mais qui ne donne pas droit forcément à intégrer l’armée. Diahara Togo est l’une des bénéficiaires de cette formation qui n’ont pas eu la chance d’intégrer l’armée directement.

 

Mais entre temps, pour ne pas croiser les bras et surtout en tant sportive, elle partait au génie militaire pour s’exercer dans la mécanique, un métier qu’elle pratiquait avant. Très courageuse, elle s’est fait remarquer parmi les militaires. C’est ainsi qu’au recrutement de 2004, la chance lui a souri. Elle est recrutée dans le domaine de la mécanique.

 

Affectueusement appelée Diahara Togo, l’enfant de la falaise, cette brave dame est fière de travailler dans le garage avec les hommes. « La mécanique c’est mon rêve. J’ai toujours cru en ce métier. Tout dépend de la volonté et la passion », dit-elle.

 

Pour elle, il n’y a pas de métier pour les hommes et un métier pour les femmes, il suffit d’avoir la volonté et d’aimer ce qu’on fait pour réussir sa vie. « J’ai commencé à travailler dans ce garage depuis 2004, mais depuis cette date, je n’ai eu aucune difficulté de la part de mes collaborateurs. Certes, ce métier est considéré dans notre société comme un métier proprement masculin mais je m’en sors très bien », a-t-elle rappelé.

 

Ses collègues ne manquent pas d’appréciation et d’admiration pour Caporal Diahara Togo qui se faufile entre les engins lourds dans le cadre de ses travaux de réparation. 

 

Mariée et mère de trois enfants, Diahara Togo, l’enfant de la falaise, est appréciée par son mari qui l’encourage beaucoup.  Elle souhaite ouvrir un jour un grand garage pour initier les filles au métier de la mécanique qui peut nourrir son homme.

 

Dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme, l’enfant de la falaise a demandé à ses sœurs de cultiver davantage le courage dans tout ce qu’elles entreprennent. « C’est le courage qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Seul le travail libère, que ce soit au niveau de la vie du foyer ou dans la vie courante, on doit toujours travailler ».

 

Bourama Camara

Mali24

 

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés