Session parlementaire d’octobre 2017 : 87 projets de lois sur la table de l’Assemblée Nationale

La session parlementaire d’avril qui a ouvert, le 3 avril dernier, dans la salle Modibo Kéïta rénovée par la Turquie, est bien chargée pour les députés qui doivent examiner 87 projets de  lois.  

A l’entame de son discours, le Président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Issiaka Sidibé, a fait l’état des lieux du processus de paix amorcé. « Notre pays est à la croisée des chemins, le processus de paix amorcé à Alger a atteint sa phase cruciale de mise en œuvre avec l’installation progressive des Autorités intérimaires, le retour des réfugiés, le redémarrage des patrouilles mixtes et la bonne tenue de la Conférence d’Entente Nationale dont les travaux ont pris fin hier sur une réelle note d’espoir pour l’avenir de notre pays », dit-il.  Il poursuit que certains écueils, inhérents à tout processus de sortie de crise, restent à surmonter. Pour y parvenir cependant, déclare le locataire du perchoir, il nous faut obligatoirement nous faire confiance, éviter de continuer avec la méthode « un pas en avant et deux pas en arrière ». Il réaffirme l’engagement du Parlement malien à œuvrer pour la réussite du processus de paix, de stabilisation et de réconciliation de notre pays. « L’Assemblée  Nationale sera toujours disponible pour légiférer sur toutes questions qu’exigera la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation », déclare-t-il. L’occasion était bonne pour lui de condamner avec fermeté toutes les tentatives visant à torpiller l’application effective et efficiente de l’Accord qui, sans être une panacée, reste aujourd’hui l’unique billet de notre portefeuille à même de  sortir le Mali de la crise qu’il traverse. « Je saisis cette opportunité pour réitérer la reconnaissance du Parlement à l’endroit de nos amis, la communauté internationale, nos Partenaires Techniques et Financiers qui nous appuient dans le combat pour la préservation de l’unité et de l’intégrité territoriale de notre cher pays », lance le Président du Parlement.

La crise sécuritaire a occupé une place importante dans son intervention.  L’honorable Issiaka Sidibé a rendu un vibrant hommage à nos vaillantes forces armées de défense et de sécurité et les assure du soutien sans réserve de la représentation nationale. « Nous savons dans quelles conditions elles évoluent présentement sur le terrain et nous ne ménagerons aucun effort, de concert avec le Gouvernement, afin qu’elles puissent assurer leur mission régalienne avec professionnalisme, honneur et dignité », détaille-t-il.

Le Président de l’Assemblée a mis un accent sur toutes les formes de conflits intercommunautaires. « J’en profite pour lancer un cri de cœur au Gouvernement afin qu’il s’emploie davantage à enrayer toutes les formes de conflits intercommunautaires auxquels nous assistons et qui ont malheureusement tendance à s’enraciner dans certaines localités de notre pays », précise l’honorable Sidibé.

Il a constaté depuis plusieurs mois une ébullition au niveau de certaines corporations pour des revendications syndicales notamment au niveau de la magistrature, des différents ordres d’enseignement, de la santé. Selon lui, « les multiples grèves perlées ou illimitées qui s’en sont suivies ont paralysé plusieurs secteurs d’activités et continuent, dans certains cas, à causer des dommages fatals à des populations.Sans préjuger de la légitimité des doléances présentées, la représentation nationale invite solennellement le Gouvernement et les partenaires sociaux à trouver rapidement les compromis nécessaires pour apaiser le climat social. La situation actuelle est inacceptable et intolérable » martèle-t-il. Il a demandé aux organisations syndicales, de savoir raison garder et de privilégier les cadres de négociation. Quant au Gouvernement, le président de l’Assemblée nationale lui rappelle que nos concitoyens sont désemparés et déconcertés face à la timidité de la conciliation avec certains syndicats. « J’exhorte donc les autorités gouvernementales à trouver des solutions urgentes et durables à ces multiples grèves et à être surtout proactives sur le front social à travers l’instauration d’une véritable charte du dialogue social avec l’ensemble des partenaires sociaux », exhorte-t-il.

87 projets et propositions de loi

Cette session s’annonce bien chargée avec l’examen de 87 projets et propositions de loi. A ces saisines, s’ajoute l’examen de certains recueils du Conseil Economique, Social et Culturel. Au cours de cette session, les députés seront également édifiés sur les travaux des Parlements régionaux et sous-régionaux, à travers les comptes-rendus présentés par les députés maliens membres. « Comme vous devez vous y attendre, nous n’aurons pas une seule minute à perdre au cours de cette session. Je voudrais toutefois mettre l’accent sur le projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992 dont l’examen, je le rappelle, a été renvoyé à la présente session », déclare-t-il.

L’honorable Issiaka Sidibé profite de l’occasion pour expliquer que le projet de loi fondamentale que le Président de la République a déposé sur la table de l’Assemblée Nationale n’entend modifier ni le nombre, ni la durée du mandat présidentiel. Ce projet vise, poursuit-il, à conforter davantage notre démocratie et les fondements de notre République. « Son examen exige donc de chacun de nous une attention toute particulière car n’oublions pas que nous en serons tous comptables devant l’histoire », a fait savoir le Président de l’Assemblée Nationale.

Cette cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence des représentants des assemblées nationales de la Guinée Conakry, du Niger, du Burkina Faso, du Togo. Sans oublier la présence d’une forte délégation turque dirigée par le Vice-premier ministre.

Modibo L. Fofana

Mali24 

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés