De 1960 à nos jours le Mali a eu 18 premiers ministres ! Qui sont-ils et où sont-ils à présent?

Du premier président du Mali indépendant, Modibo Kéïta (de 1960 à 1965) à Alassane Idrissa Maïga, le Mali aura vu défiler 18 Premiers ministres nommés (le poste de Premier ministre s’entendant dans son acception de chef de gouvernement). Le poste de Premier ministre a connu des fortunes diverses en fonction des différents régimes qu’a connus notre pays. Les présidents Modibo Kéïta (sous la 1ère République) et Moussa Traoré (sous la 2è République) ont expérimenté la fonction, qui n’a cependant pas pu prospérer. Ce qui fait qu’en 31 ans (1960-1991), seules 3 personnalités ont occupé le poste, contre 15 ces 26 dernières années. C’est parce que depuis la Transition de 1991 et l’avènement de la démocratie pluraliste en 1992, tous les gouvernements successifs sont dirigés par un Premier ministre. Ces personnalités de l’Etat ont servi la nation malienne autant qu’elles peuvent et plusieurs d’entre elles ne sont plus de ce monde. Notre rédaction a enquêté !

Modibo Keïta, premier président de la République  et en même temps chef du Gouvernement

Modibo Keïta fut le premier président de la République du Mali entre 1960 et 1968, mais aussi cumulativement chef du gouvernement (donc le premier Premier ministre) jusqu’en 1965. Né le 4 juin 1915 à Bamako-Coura, de Daba et Hatouma (Fatoumata) Camara, Modibo a fait un brillant parcours scolaire, tout comme furent impressionnants sa carrière professionnelle, sa lutte et son idéologie politiques ainsi que son leadership d’homme d’Etat.  Après avoir fréquenté de 1925 à 1931 l’école primaire de Bamako, il entre en 1931 à l’école primaire supérieure Terrasson de Fougères (actuel lycée Askia Mohamed). En 1934, il poursuit ses études à l’école normale d’instituteurs, plus précisément l’École William Ponty de Gorée à Dakar. Ses professeurs le signalèrent déjà comme un bon élément, mais comme un agitateur anti-français, à surveiller. Il sort major de sa promotion et en 1936 et devient instituteur. Il enseignera d’abord en brousse puis à Bamako, Sikasso et Tombouctou. Rapidement, il se signale aux plans associatif et politique. Il fonde avec Mamadou Konaté, l'”Association des lettrés du Soudan” qui deviend par la suite le “Foyer du Soudan”.

En 1937, il fonde avec le Voltaïque Ouezzin Coulibaly le “Syndicat des enseignants d’Afrique occidentale française”. Il devient membre du “Bloc soudanais” créé par Mamadou Konaté. En 1943, il fonde avec son ami, Jean Marie Koné, la revue “L’Œil de Kénédougou” dans laquelle il critique le pouvoir colonial.

Cette même année, est créé à Bamako le Rassemblement démocratique africain (Rda), présidé par Félix Houphouët-Boigny. Modibo Keïta prend le poste de secrétaire général de l’Union soudanaise Rda. En 1948, il est élu conseiller général du Soudan français au titre de la circonscription de Bamako-Kita. En 1953, il est élu conseiller de l’Union française. Le 26 novembre 1956, il devient maire de Bamako et est élu député à l’Assemblée nationale française dont il devient vice-président. Il siègera deux fois comme secrétaire d’État dans les gouvernements français de la Quatrième République.

En 1958, il est élu président de l’Assemblée constituante de la Fédération du Mali qui regroupe le Soudan français, le Sénégal, la Haute-Volta et le Dahomey (ces deux derniers pays quitteront rapidement la Fédération).Le 20 juillet 1960, Modibo Keïta est nommé chef du gouvernement de la Fédération du Mali (qui regroupe le Soudan français et le Sénégal). Après l’éclatement de cette fédération, le 22 septembre 1960, il proclame l’indépendance du Soudan français qui devient la République du Mali. Il en prend la présidence et met en place un gouvernement que lui-même dirige.

L’histoire ne nous enseigne pas pourquoi la fonction de Premier ministre a été abandonnée, mais toujours est-il qu’en 1965, Modibo Kéïta a purement et simplement aboli le poste. Il dirige le pays sous l’idéologie socialiste jusqu’au 19 novembre 1968, date du renversement de son régime par un coup d’Etat perpétré par le groupe du lieutenant Moussa Traoré. Modibo Keïta est mort en détention au camp des commandos parachutistes de Djicoroni Para à Bamako le 16 mai 1977, à l’âge de 61 ans, dans des circonstances suspectes car jusqu’à présent les causes de sa mort font débat. Modibo Keïta est réhabilité en 1992 à la chute du régime de Moussa Traoré (1968-1991) par le président Alpha Oumar Konaré. Le mémorial Modibo Keïta est inauguré à Bamako le 6 juin 1999. Alpha avait tout d’abord baptisé le stade omnisports de son nom. Son épouse, Mariam Travélé, est décédée en 2014 à 94 ans. En janvier 2016, l’aéroport international de Bamako-Sénou est rebaptisé “Aéroport international Modibo Keita-Sénou”.

 Dr Soumana Sako : après la chute du général Moussa Traoré, il redresse les finances publiques du Mali.

Né à Niamina, région de Koulikoro, en 1950, Soumana Sako est celui par qui le poste de Premier ministre fut définitivement réinstauré au Mali. Il a été nommé Premier ministre par Amadou Toumani Touré le 2 avril 1991 après la chute du général Moussa Traoré et dirige le gouvernement de transition entre le 4 avril 1991 et l’investiture d’Alpha Oumar Konaré en juin 1992.

En son temps, cette nomination de Soumana Sako avait été accueillie très favorablement par les Maliens qui avaient encore à l’esprit son passage comme ministre des Finances sous le régime de Moussa Traoré entre 1986 et 1987.  En un temps record, il avait rétabli les arriérés de salaires des fonctionnaires (six mois) et redressé les finances du pays. Aussi, il fut le premier membre du gouvernement au Mali à démissionner de ses fonctions de sa propre volonté, suite à une affaire de trafic d’or impliquant la Première dame de l’époque. Le Dr Sako a obtenu le DEF en juin 1967 (Centre d’examen de Mopti) et le Baccalauréat en juin 1970 (Lycée Askia Mohamed), se classant dans les deux cas, premier au Mali. Il est titulaire d’une licence de l’École nationale d’administration du Mali ainsi que d’un Master’s en planification de gestion de projets et d’un Ph.D. en économie du développement (avec mention H, la plus haute distinction académique) décernés par l’Université de Pittsburgh, Pennsylvannie (États-Unis). Il a, en outre, suivi des stages et séminaires de formation à la Fondation ouest-allemande pour le développement international, au Gosplan de l’ex-Union Soviétique, à l’Institut de développement économique de la Banque mondiale et au General Accounting Office du Congrès des États-Unis d’Amérique.  (copier sur Maliweb.net) Après son passage à la Primature sous la première Transition, il retrouve l’Acbf (Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique), une fondation créée par les gouvernements africains et leurs partenaires au développement en vue de contribuer à renforcer durablement les capacités humaines et institutionnelles pour la bonne gouvernance et la gestion du développement. Il dirige de main de maître cette noble fondation avant de rentrer au bercail.

Candidat à l’élection présidentielle de 1997, il retire sa candidature comme d’autres responsables de l’opposition pour protester contre les fraudes. Pour les élections présidentielles de 2002 et 2007, il soutient la candidature d’Amadou Toumani Touré.

Plus tard, Soumana Sako pousse son implication politique plus loin et crée la Convention nationale pour une Afrique solidaire (Cnas Faso-Hèrè). Le 18 décembre 2011, il est investi par ce nouveau parti candidat à l’élection présidentielle malienne de 2012, avortée. Il remet ça à l’élection présidentielle malienne de 2013 qui aboutit à l’élection d’IBK.

Aujourd’hui, il n’est pas avec le pouvoir et ne s’affiche pas non plus avec l’opposition républicaine et démocratique dont le chef de file est Soumaïla Cissé.

 

Capitaine Yoro Diakité : finalement condamné à

la prison, il meurt en détention à Taoudenit

Le capitaine Yoro Diakité fut le deuxième Premier ministre de l’histoire du Mali. Né le 17 octobre 1932, il fut membre du Comité militaire de libération nationale, ce groupe de militaires qui fit tomber Modibo Kéïta. Il est nommé Premier ministre, chef du gouvernement provisoire, par le président Moussa Traoré et exerce sa fonction entre le 19 novembre 1968 et le 18 septembre 1969. C’est lui qui a envoyé la bande à Diby Silas Diarra à Taoudénit où lui-même devait les retrouver plus tard. En effet, après avoir été accusé d’avoir organisé une tentative de coup d’État en 1971, il est condamné à la prison à vie et envoyé au nord. Le chef du gouvernement provisoire meurt dans le camp de prisonniers de Taoudénit, le 13 juin 1973.

 

Le Physicien Mamadou Dembélé : un des principaux artisans de la répression contre les mouvements estudiantins de 1979-1980

Le président Moussa Traoré abolit le poste de Premier ministre le 18 septembre 1969 quand le capitaine Yoro Diakité quitta la tête du gouvernement provisoire. Le poste resta donc inexistant sept longues années durant et pendant lesquelles le président de la République était à la fois chef de l’Etat et chef du gouvernement. Le 30 mai 1986, à la faveur d’un remaniement gouvernemental, Moussa réhabilite le poste de Premier ministre et le confie (le 6 juin) au Professeur Mamadou Dembélé. Ce physicien, né en 1936, avait été l’un des principaux artisans de la répression contre les mouvements estudiantins de 1979-1980. Mais pas pour longtemps. Le 6 juin 1988, le président Moussa Traoré supprime, à nouveau, le poste. Depuis, Moussa n’a plus nommé de Premier ministre et est resté lui-même l’éternel chef du gouvernement.

Il est décédé le 9 octobre 2016 à l’âgé de 82 ans.

 

L’Economiste Younoussi Touré : premier chef du Gouvernement de l’ère du multipartisme au Mali

Il est le premier Premier ministre de l’ère de la démocratie pluraliste au Mali. Il a été nommé Premier ministre le 9 juin 1992 par le président Alpha Oumar Konaré, mais démissionne moins d’un an plus tard, le 12 avril 1993, suite à des mouvements socio-estudiantins.

Né le 1er janvier 1941 à Niodougou (cercle de Niafunké, Mali), Younoussi Touré a suivi ses études primaires et secondaires à Niafunké, à l’École des artisans soudanais, à l’École normale de Sévaré, à l’École normale de Katibougou et au lycée Askia Mohamed, avant d’aller à l’Université de Dakar et à l’École de formation technique de la Banque de France. Il est titulaire d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en sciences économiques. Younoussi Touré a travaillé à la Banque centrale du Mali où il a été directeur général avant de devenir conseiller spécial du gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (Bceao).  (copier sur Maliweb.net) Il fut Commissaire de l’Uemoa quand le Sénégalais Moussa Touré en était le président de la Commission. Membre fondateur de l’Union pour la République et la démocratie (Urd), il en fut pendant longtemps le président avant de passer le témoin au parrain du parti, Soumaïla Cissé, dont le mandat prenait fin à la Commission de l’Uemoa.

En septembre 2007, il est élu député dans la circonscription de Niafunké et premier vice-président de l’Assemblée nationale, puis président de l’institution quand Dioncounda Traoré devient président de la République par intérim sous la Transition de 2012. Aujourd’hui, il fait la navette entre Niafunké et Bamako.

 

L’ex-Chercheur Ibrahim Boubacar Keïta: le sauveur du régime  du Président Alpha Oumar Konaré

Ibrahim Boubacar Keïta fut le  sauveur du régime du président Alpha Oumar Konaré. Après avoir “bousillé” deux Premiers ministres, Alpha nomme l’actuel président de la République à ce poste qu’il occupe de 1994 à 2000. Il fut ensuite président de l’Assemblée nationale de 2002 à 2007, puis simplement député de 2007 à 2013, toujours élu dans la circonscription de la commune IV du district de Bamako.

En août 2013, il est plébiscité président de la République du Mali avec 77,6% ; il prête serment le 4 septembre de la même année et est investi le 19 septembre au cours d’une cérémonie grandiose qui a enregistré la présence d’une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement dont le président français, François Hollande, et Sa Majesté le Roi Mohamed VI du Maroc.

Ibrahim Boubacar Keïta est né le 29 janvier 1945 à Koutiala. Il a fait ses études secondaires au lycée Janson-de-Sailly à Paris et au lycée Askia Mohamed de Bamako. Il a étudié à la Faculté des lettres de l’université de Dakar puis à l’université Panthéon-Sorbonne et à l’Institut d’histoire des relations internationales contemporaines (Ihric), rattaché auprès de la même université. Il est titulaire d’une maîtrise d’histoire et d’un Diplôme d’études approfondies en politique et relations internationales. Après ses études, il est chargé de recherche au Cnrs et enseigne les systèmes politiques du Tiers-Monde à l’Université de Paris Tolbiac. De retour au Mali, il devient conseiller technique principal du Fonds européen de développement (Fed), chargé de la mise en œuvre du premier programme de microréalisations par la Communauté économique européenne au Mali. Il est ensuite directeur-représentant de Terre des Hommes France (Tdhf), Ong française et internationale pour le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Militant de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-Pasj), il est le directeur adjoint de la campagne d’Alpha Oumar Konaré pour l’élection présidentielle en avril et mai 1992. Après son élection, Alpha le nomme en juin 1992 conseiller diplomatique, porte-parole du président de la République du Mali. En novembre 1992, il est nommé ambassadeur du Mali auprès de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Burkina Faso et du Niger. En novembre 1993, il devient ministre des Affaires étrangères, des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine. Le 4 février 1994, le président Alpha Oumar Konaré le nomme Premier ministre. Il occupe cette fonction jusqu’en février 2000. Il préside l’Adema-Pasj. En 1999, il devient vice-président de l’Internationale socialiste. À l’approche de l’élection présidentielle de 2002, alors qu’il souhaite poser sa candidature pour succéder à Alpha Oumar Konaré, des dissensions au sein du parti présidentiel l’entraînent à donner sa démission de Premier ministre le 14 février 2000, puis de la présidence du parti en octobre 2000. Il quitte alors l’Adema-Pasj avec ses partisans pour fonder le Rassemblement pour le Mali (Rpm), formation qu’il préside depuis juin 2001. Il vient d’être d’ailleurs consacré président-fondateur du Rpm. Ibrahim Boubacar Keïta a été président du Comité exécutif de l’Union parlementaire africaine.Candidat à l’élection présidentielle, IBK tombe au 1er tour, conteste les résultats, mais apporte cependant son soutien à Amadou Toumani Touré, qui sera élu lors du second tour, le 12 mai, avec 65,01 % des suffrages exprimés. A l’élection présidentielle de 2007, IBK obtient 19,15 % des voix, se plaçant ainsi en deuxième position derrière le président sortant Amadou Toumani Touré, réélu dès le premier tour. Le 26 juillet 2011, il est désigné candidat du Rassemblement pour le Mali à l’élection présidentielle de 2012 (finalement avortée pour raison de coup d’Etat le 22 mars 2012). Enfin, le 15 août 2013, il est proclamé élu président du Mali. Donc, depuis trois ans, c’est lui qui préside aux destinées du Mali, après avoir gravi tous les échelons au terme d’un impressionnant cursus scolaire et d’un long combat politique.

 

L’Economiste et Banquier Mande Sidibé : frère aîné  du Premier ministre Modibo Sidibé

et économiste hors pair, né à Bafoulabé le 20 janvier 1940, a été Premier ministre du Mali entre 2000 et 2002, en remplacement justement d’IBK. Une lourde responsabilité qu’il a remplie avec bonheur et honneur, avant d’avoir des ambitions présidentielles. Après un séjour au Lycée Terrasson de Fougères de Bamako (actuel lycée Askia), Mandé Sidibé poursuit des études en France, d’abord à Bordeaux où il obtient son baccalauréat, et à Paris où il obtient une licence en sciences économiques en 1965. Il décroche en 1974 un Master of Business Administration (Mba) de l’Université George Washington aux États-Unis. Puis, il entame une longue carrière dans les institutions financières.

Après un court passage à la Banque de la République du Mali (Brm), Mandé Sidibé a travaillé au Fonds monétaire international (Fmi) de 1967 à 1985, essentiellement au département Afrique, où il a occupé les fonctions d’économiste entre 1967 et 1975, d’économiste principal entre 1977 et 1981 et chef de division entre 1981 et 1985. Il a également été représentant résident du Fmi à Ndjamena (Tchad) entre 1975 et 1972.

En 1985, il commence une carrière à la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (Bceao) où il est successivement conseiller du gouverneur en 1985 et 1986, directeur central des relations internationales entre 1986 et 1990, secrétaire général chargé de la politique monétaire de 1990 à 1992 et conseiller spécial du gouverneur de la Bceao pour le Mali de 1992 à 1952. Mandé a également travaillé dans le secteur privé. Il est ainsi membre des conseils d’administration de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (Acbf) basée à Hararé, au Zimbabwe, de la Société malienne de financement (Somafi, actuel Alios-Mali) et de Ecobank transnational incorporated (Eti). Au plan politique, il n’est pas novice. Ainsi, après avoir pris sa retraite de la Bceao, il est nommé en 1996 conseiller spécial auprès du président de la République Alpha Oumar Konaré avant d’être nommé Premier ministre le 20 février 2000. Il est reconduit à ce poste le 23 juin 2001. Le 18 mars 2002, il présente sa démission afin de se consacrer à la campagne pour l’élection présidentielle du 28 avril 2002 à laquelle il est candidat. Bien que membre de l’Adema-Pasj (qui a investi Soumaïla Cissé), il se présente comme candidat indépendant et arrive en 9e position. Pour le second tour, il appelle à voter pour Amadou Toumani Touré et non pour Soumaïla Cissé. Après son échec à cette élection, Mandé Sidibé retrouve en 2003 son siège au Conseil d’administration d’Ecobank International. Le 23 juin 2006, il est nommé président du Conseil d’administration. Le frère ainé de Modibo Sidibé est mort le 25 août 2009 à l’Hôpital américain de Paris à Neuilly-sur-Seine dans la banlieue de Paris, à la suite d’une attaque cardiovasculaire.

 

L’Economiste Ousmane Issoufi Maïga : sa rigueur lui vaut le sobriquet de Pinochet

l incarne le prototype même de grand commis de l’Etat. Réputé, connu et adulé, mais souvent critiqué, pour sa rigueur. D’où son sobriquet de Pinochet. C’est lui qui a remplacé Ahmed Mohamed Ag Hamani au poste de Premier ministre en avril 2004. Le président Amadou Toumani Touré sait de lui qu’il a organisé avec brio la CAN 2002 et a suivi ses œuvres dans les différents postes ministériels qu’il a occupés sous Ag Hamani. C’est pourquoi, il n’a point hésité à jeter son dévolu sur Ousmane Issoufi Maïga qu’il nomme Premier ministre le 29 avril 2004. Le natif de la région de Gao (en 1945) a fait des études supérieures en économie à l’Université de Kiev (Ukraine, anciennement URSS), puis à l’American University à Washington D.C. (États-Unis) où il obtient un diplôme en économie de développement bancaire et financière. Il a travaillé à la Banque mondiale, au ministère des Finances français avant de rentrer au Mali pour travailler au ministère des Finances où il a été notamment directeur général adjoint de la Caisse autonome d’amortissement. En 2002, il devient ministre de la Jeunesse et des Sports et doit organiser la Coupe d’Afrique des nations qui se déroule au Mali. Après l’élection d’Amadou Toumani Touré à la Présidence de la République, il entre au gouvernement d’Ahmed Mohamed ag Hamani le 14 juin 2002 en tant que ministre de l’Économie et des Finances. Après le remaniement ministériel du 16 octobre 2002, il devient ministre des Transports et de l’Équipement. Le 29 avril 2004, il est nommé Premier ministre et constitue son gouvernement le 2 mai 2004. Ousmane Issoufi Maïga a présenté sa démission et celle de son gouvernement le 27 septembre 2007. Il a été remplacé par Modibo Sidibé.

Nommé président du Conseil d’Administration d’Edm-sa depuis, il est relevé sous IBK et observe une douce retraite dans sa résidence à Niaréla.

Le Notaire Me Abdoulaye Sékou Sow : auteur d’un livre polémique sur la  démocratie malienne

e 13 avril 1993, c’est lui qui remplacé Younoussi Touré à la tête du gouvernement. Mais son séjour fut encore plus éphémère que celui de son prédécesseur, puisqu’en février 1994, Abdoulaye Sékou Sow abandonne le navire, pour quasiment la même raison que Younoussi : les mouvements estudiantins. Né en 1931, Abdoulaye Sékou Sow était un notaire après avoir suivi une très bonne formation juridique. Il a été directeur de l’École nationale d’administration (Ena).

Il est l’un des membres fondateurs de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adema-Pasj). Le président Alpha Oumar Konaré le nomme ministre de la Défense en 1992, puis Premier ministre en 1993, comme nous le soulignons plus haut, avec la fortune que l’on sait. En 2008, Abdoulaye Sékou Sow publie “L’État démocratique républicain: la problématique de sa construction au Mali “, un ouvrage qui suscite des polémiques au Mali quant à la gestion des révoltes de 1993 (qui ont fait tomber deux Premiers ministres dont lui et son prédécesseur).

 

L’Inspecteur Général de Police Modibo Sidibé : un parcours Impressionnant

C’est le 28 septembre 2007 que le président Amadou Toumani Touré nomme Modibo Sidibé, alors secrétaire général de la Présidence, comme Premier ministre, soit le lendemain de la démission de son prédécesseur Ousmane Issoufi Maïga. Il joue franc jeu avec ATT, conduit les affaires de la nation, mais se fait discrètement une assise politique, avant de dévoiler ses ambitions présidentielles en 2011 et se voit éjecter de son fauteuil par le Président. Le parcours de l’homme est impressionnant. Né le 7 novembre 1952 à Bamako, il fait ses études primaires dans la capitale, à l’École de Bolibana de 1958 à 1969. Ses études secondaires le conduisent au lycée Prosper Kamara de 1970 à 1972. Après avoir décroché son bac, Modibo entreprend des études supérieures (1972-1976 et 1978- 1983).

Il est bardé de diplômes. Il est ainsi titulaire d’un brevet de parachutiste (1977), d’un brevet d’arme (1978), d’une maîtrise en droit public (1976, Perpignan France). Il est détenteur d’un Diplôme d’études approfondies (DEA) en sciences pénales et criminologie (1979 à Aix en Provence en France), d’un DEA en théorie politique (1983 Reims, France), d’un doctorat en sciences pénales et criminologie (1983 Aix-en- Provence, France), d’un diplôme de l’École nationale de police du Mali (1977), d’un certificat de droit des conflits armés (1985, San Remo, Italie). Modibo Sidibé a été successivement commissaire de police adjoint à la brigade de police du 1er Arrondissement de Bamako (1978), commissaire de police intérimaire de l’aéroport de Bamako-Sénou. Il a occupé des fonctions à la division exploitation à la Direction nationale de la police, et a été chef de bureau au Cabinet militaire du ministre de la Défense nationale (1984). Deux ans plus tard, on le retrouve conseiller technique au ministère délégué à la Défense nationale (1986-1989). Quand il quitte cette responsabilité, il est nommé chef de Cabinet du ministre délégué à la Défense nationale (1989-1991). En 1991, Modibo Sidibé est directeur de Cabinet du ministre délégué à la Sécurité intérieure. La même année, il hérite du poste de directeur de Cabinet de Amadou Toumani Touré, alors président du Comité de transition pour le salut du peuple (Ctsp). A ce poste, il a rang de ministre. Modibo Sidibé entame ensuite une longue carrière ministérielle. C’est ainsi qu’en avril 1993, il est nommé ministre de la Santé, de la Solidarité et des Personnes âgées. Il est reconduit à ce poste dans trois gouvernements successifs (7 novembre 1993, 7 février 1994, 22 juillet 1996). Quand il quitte ce département, c’est pour devenir ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale le 16 septembre 1997 sous la deuxième législature de la 3è République. Il conserve le même poste dans différents gouvernements successifs (21 février 2000, 23 juin 2001, 19 mars 2002) jusqu’en juin 2002. Après l’élection du président Amadou Toumani Touré à la magistrature suprême, Modibo Sidibé est nommé secrétaire général de la Présidence de la République avec rang de ministre au lendemain de l’investiture du président Touré. Précisément le 9 juin 2002. Il occupe cette fonction jusqu’à sa nomination comme Premier ministre.

De cette position de collaborateur direct du président de la République, Modibo Sidibé, déjà familier du fonctionnement gouvernemental, a acquis une excellente connaissance des grands dossiers nationaux. Cette expérience alliée à sa grosse capacité de travail, à son exigence de qualité et à son goût pour les approches systémiques, sont d’un grand apport à cet homme courtois et discret dans ses fonctions de Premier ministre. Quand il fut relevé en cette approche d’élection, il crée un parti : les Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare An ka Wuli) et se présente à l’élection présidentielle de juillet 2013. Il cale au 1er tour et reprend la vie du bon côté. Aujourd’hui, il est membre de l’Opposition où il a créé le nouveau Pôle de gauche qui regroupe plusieurs formations politiques se réclamant de l’opposition politique.

L’Astrophysicien Cheick Modibo Diarra : Le Premier ministre aux pleins pouvoirs

L’histoire de Premier ministre de l’astrophysicien de la Nasa et non moins homme politique est rocambolesque. Suivez ! Le 17 avril 2012, Cheick Modibo Diarra est nommé Premier ministre du Mali. Un “Premier ministre aux pleins pouvoirs” afin de mener un gouvernement d’union nationale de transition, rétablir l’intégrité du territoire malien, sortir le Mali des troubles insurrectionnels dans le Nord du pays et organiser des élections transparentes. Il est donc le premier chef du gouvernement nommé après la chute d’ATT en mars 2012. Le 25 avril, il forme son gouvernement, loin de faire l’unanimité. En août 2012, il forme un nouveau gouvernement d’union nationale. Ce nouvel attelage a l’assentiment de ses concitoyens.

Malheureusement, moins de quatre mois plus tard, soit le 11 décembre 2012, il est arrêté par les putschistes du capitaine Amadou Haya Sanogo qui l’oblige à présenter sa démission, sous les projecteurs d’une équipe de la télévision nationale. Il est placé en résidence surveillée, pour sa propre sécurité, dit-on. Les putschistes l’accusent de manque de respect au président de a République par intérim et de mettre ses ambitions politiques au détriment des tâches qui lui incombent en tant que chef du gouvernement. Libre de ses mouvements plus tard, il se présente à l’élection présidentielle de 2013 sous les couleurs du Rpdm (Rassemblement pour le développement du Mali), parti qu’il a créé le 6 mars 2011. Il appelle à voter IBK au second tour. Mais depuis, Cheick Modibo Diarra semble s’éclipser de la scène politique où on ne le voit que lors de visites de terrain et déclarations sporadiques. Qui est-il ? Cheick Modibo Diarra est né en 1952 à Nioro du Sahel ; il est citoyen américain. Il est aujourd’hui président de Microsoft Afrique.

Après avoir obtenu son baccalauréat au Mali au lycée technique de Bamako, Modibo Diarra étudie les mathématiques, la physique et la mécanique analytique à Paris à l’université Pierre-et-Marie-Curie (grâce à une bourse), à l’École centrale, puis l’ingénierie aérospatiale aux États-Unis à l’université Howard (Washington D.C.). Débarqué en 1979, c’est par hasard qu’il intègre cette dernière université où il sera ensuite professeur.

Modibo Diarra est recruté en 1984 par la Nasa où il participe à différents programmes : Magellan vers Vénus, Ulysses vers les pôles du Soleil, Galileo vers Jupiter et Mars Observer et Mars Pathfinder vers la planète Mars. En 1996, il développe avec son équipe le site Internet de la Nasa. En 1999, il obtient de la Nasa de travailler à mi-temps, ce qui lui permet de se consacrer au développement de l’éducation en Afrique en créant notamment une fondation, la Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement. En 2002, il prend un congé sabbatique afin de développer au Mali à Bamako un laboratoire de recherche sur l’énergie solaire. Il est “ambassadeur de bonne volonté ” pour l’Unesco. Il a été le premier président de l’université virtuelle africaine basée au Kenya, qu’il a quitté en 2005 pour cofonder l’Université numérique francophone mondiale. Le 20 février 2006, Microsoft annonce la nomination de Cheick Modibo Diarra au poste de président de Microsoft Afrique ; ses bureaux sont à Bamako et Johannesburg (Afrique du Sud). Le 6 mars 2011, Cheick Modibo Diarra présente à Bamako la formation politique qu’il vient de créer en vue de l’élection présidentielle de 2012, le Rassemblement pour le développement du Mali (Rpdm). Les observateurs politiques lui donnent alors peu de chance de remporter le scrutin. Mais le putsch mené par le capitaine Amadou Haya Sanogo peu avant l’élection change la donne politique. Vous savez le reste. Mais aussi bon à savoir : Cheick Modibo est le gendre du président Moussa Traoré.

Mariam Kaïdama Sidibé : première femme à occuper le poste de chef du Gouvernement au Mali

Elle est le dernier Premier ministre du régime d’Amadou Toumani Touré et la première femme chef du gouvernement de l’histoire institutionnelle du Mali.

Mais, celle qui est née le 4 janvier 1948 à Tombouctou est arrivée au plus mauvais moment du régime. Les défis étaient nombreux et énormes. Entre autres, la maîtrise de la rébellion et du terrorisme qui gagnait du terrain, l’organisation de l’élection présidentielle, la gestion des fronts social, politique et militaire. Ces défis étaient-ils au-dessus des compétences de l’ancienne ministre sous la Transition de 1992 ? Toujours est-il que Mariam Kaïdama n’a pas pu prévenir ni suffisamment, ni à temps les dangers, pour éviter le coup d’Etat et l’occupation du pays. L’histoire retiendra qu’elle le seul Premier ministre qui a enregistré un coup d’Etat.

Pourtant, Mme Cissé Mariam Kaïdama n’est pas dénuée de compétences. En témoigne sa carrière professionnelle précédée de brillantes études.

Elle a fait ses études primaires à Goundam (Région de Tombouctou) avant d’obtenir son diplôme d’études fondamentales dans la même ville en 1966. Elle entre ensuite au Lycée des jeunes filles pour décrocher son baccalauréat en 1970. Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé achève ensuite ses études supérieures à l’Ecole nationale d’administration (ENA) avec un diplôme d’Administrateur civil. Elle justifie d’une riche carrière professionnelle : ministre du Plan et de la Coopération internationale (d’août 1991 à juin 1992 pendant la Transition) ; ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, cumulativement avec le portefeuille du Plan et de la Coopération internationale (mai 1992-juin 1992) et ministre du Développement rural (mars 2002-juin 2002).

Mariam  a ensuite connu une longue carrière internationale (août 1993-novembre 2000) comme secrétaire exécutif du Cilss (Comité Inter-états de lutte contre la sécheresse au Sahel) basé à Ouagadougou. Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé était depuis 2003 jusqu’à présent, la présidente du Conseil d’administration de la Sonatam (Société nationale des tabacs et allumettes du Mali).

Elle a suivi plusieurs formations spécialisées, notamment en gestion des entreprises à l’Ecole internationale de Bordeaux en France (1976), en contrôle interne à l’Institut international d’administration publique de Paris (1979), en relations professionnelles au Centre de perfectionnement professionnel de Turin (Italie) en 1983. Toujours au niveau des formations spécialisées, Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé a été formée en restructuration des entreprises publiques à l’Institut belge de formation de Bruxelles (1986), en ménagement à l’Ecole nationale d’administration publique (Enap) du Québec au Canada (1988), une formation sanctionnée par le 1er prix d’excellence.

En 1993, elle était au Centre de formation de la Bceao en programmation financière et ajustement. Comme expérience professionnelle, on peut retenir son passage au service du Contentieux du ministère de tutelle des sociétés et entreprises d’Etat (1974-1975). Elle a également été inspecteur des sociétés et entreprises d’Etat chargé du contrôle de la gestion des sociétés et entreprises publiques (mars 1980-juin 1987), conseiller technique au ministère de tutelle des sociétés et entreprises d’Etat (juin 1987-juillet 1998). De juin 1989 à mars 1991, elle était affectée au Bureau des entreprises au ministère du Plan. Elle a été également chargée de missions à la Présidence de la République (mars 1989-mars 1991) et conseiller technique (mai 1991- août 1991). Entre août 2001 et mars 2002, elle est à nouveau conseiller technique à la Présidence de la République.

Mme Cissé Mariam Kaïdama Sidibé est membre de plusieurs associations dont le Réseau des femmes ministres et parlementaires du Mali (Refemp), l’Alliance contre la faim (Acf-Mali), l’Association pour la sauvegarde de Tombouctou (Assaut).

 

Dr Diango Cissoko : le grand artisan de la présidentielle post-crise de 2013

Diango Cissoko a été nommé Premier ministre de transition par le Président Dioncounda Traoré le 11 décembre 2012, après l’arrestation suivie de la démission de Cheick Modibo Diarra. Il s’est acquitté dignement de sa mission, notamment en réussissant à rétablir l’intégrité du territoire national (y compris Kidal qui revient dans le giron du Mali avec un gouverneur dûment installé) et à organiser des élections propres qui aboutissent l’avènement d’IBK. Aujourd’hui, il jouit de sa retraite à son domicile, sis à Djélibougou.

Agé de 67 ans dont 40 ans passés au service de la Nation, Diango Cissoko est entré dans la fonction publique en 1971 en qualité d’administrateur civil. Après son baccalauréat obtenu au Lycée Askia Mohamed de Bamako en 1967 et le diplôme de l’ENA (Section administration générale) en juin 1971 (il est major de sa promotion), il poursuivra ses études en France où il obtiendra successivement un DEA en droit international et relations internationales à la Faculté de droit et de sciences politiques de l’Université de Caen en juin 1980, le diplôme de l’Institut international d’administration publique de Paris en juillet 1981, un doctorat de 3ème cycle de Droit public, à la faculté des Sciences économiques de l’Université de Rouen en décembre 1981. En octobre 1985, toujours à l’université de Rouen, il obtient un doctorat d’Etat en droit avec la mention ” très honorable “, et les félicitations du jury. Sa thèse sur “La fonction publique en Afrique Noire – Le cas du Mali” a été publiée en novembre 2006, dans la collection des Publications de l’Université de Rouen.  Diango Cissoko n’a pas mis de temps à se frayer un chemin dans l’Administration malienne qu’il avait intégrée dès août 1971. Il a été directeur des services pénitentiaires et directeur de la prison centrale de Bamako, directeur national de la Fonction publique et du personnel, directeur de cabinet du ministre du Travail et de la Fonction publique et membre de la Commission nationale de réforme administrative. En décembre 1984, il fait son entrée au gouvernement au poste de ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Un poste qu’il quitta pour devenir secrétaire général de la Présidence de la République avec rang et prérogatives de ministre (février 1988-juin 1989) et ministre secrétaire général de la Présidence de la République (juin 1989-mars 1991). Entre septembre 1988 et mai 1990, il a assuré simultanément pour le compte du Mali, les postes de Gouverneur suppléant du Fmi, de la Banque mondiale, de la Banque islamique de développement (Bid), de la Banque africaine de développement (Bad), du Fonds africain de développement (Fad), et Gouverneur de la Banque mondiale.  Après mars 1991 et l’avènement de la Troisième République, il exercera ses fonctions d’administrateur civil au Ministère de l’Administration territoriale et des collectivités locales et accomplira ainsi de nombreuses missions d’expert-consultant à l’intérieur et à l’extérieur du Mali. Il opère son grand retour dans les deux premières institutions de la République, le 13 novembre 2002, comme directeur de Cabinet du Premier ministre avec rang de ministre, avant de retourner en janvier 2008 à la Présidence de la République comme secrétaire général, toujours avec rang de ministre. Administrateur chevronné et grand serviteur de l’Etat, il devint 4ème Médiateur de la République après Me Demba Diallo (1999 -2001), Mme Diakité Fatoumata N’Diaye (2002- 2009) et Me M’Bam Diatigui Diarra (2009- 2011). C’est de là qu’il va pour la Primature, avec les résultats énumérés plus haut.

L’Agrégé d’Histoire et Banquier, Oumar Tatam Ly: Démission pour “divergences de vues”

C’est par le décret n° 2013/720/PR du 5 septembre 2013 que le président Ibrahim Boubacar Kéïta a nommé au poste de Premier ministre, chef du gouvernement, l’économiste Oumar Tatam Ly. Soit le lendemain de la prestation de serment d’IBK. Il forme un gouvernement que lui impose IBK, en attendant les élections législatives de novembre de la même année. Mais, à l’issue de celles-ci, “une divergence de vues “ oppose les deux hommes. Oumar Tatam Ly rend le tablier le 4 avril 2014 ; une démission acceptée par IBK qui nomme dans la soirée Moussa Mara. Aujourd’hui, l’ancien Premier ministre serait retourné à sa dernière ” maison “ avant sa nomination : la Bceao. Mais, que de travail accompli ! Que d’humilité !

Né le 28 septembre 1963 à Paris, l’ancien directeur de la Bceao est titulaire d’une agrégation en histoire (1986), d’un DEA en histoire économique de la Sorbonne et du diplôme de l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) de Cergy-Pontoise (1990). Oumar Tatam Ly a acquis sa première expérience professionnelle à la Banque mondiale (1990), puis au Secrétariat général de la Présidence de la République où il a été successivement chargé de mission (1992-1993), puis conseiller technique (1993-1994). Il a intégré la Banque centrale en 1994 en qualité de fondé de pouvoirs à la Direction centrale des études et de la prévision (1994-1996). Il est nommé en 1996, adjoint au directeur des études, avant de devenir directeur des opérations financières de 2000 à 2006.

Une année après, Oumar Tatam Ly est promu directeur du département de l’émission, de la comptabilité et des finances, fonction qu’il assumera jusqu’à sa nomination le 1er janvier 2009 au poste de directeur national de la Bceao pour le Mali. Après 4 ans à la tête de la Banque centrale au Mali, il est nommé conseiller spécial du gouverneur de la Bceao et directeur des opérations, responsabilités qu’il assumera jusqu’en août 2013.

 

L’Expert-comptable Moussa Mara: une lourde responsabilité au sujet de la situation délicate à Kidal

Le nom de Moussa Mara renvoie inexorablement à une page noire de l’histoire du Mali : la reprise de Kidal par les rebelles.En effet, le 17 mai 2014, sa venue à Kidal provoque une reprise des combats entre l’armée malienne et les rebelles du Mnla, du Hcua et du MAA. Le bilan est très lourd : des administrateurs civils égorgés, des dizaines de militaires tués et Kidal soutiré du contrôle de l’Etat malien.De retour à Bamako le soir du 18 mai 2014, Mara est acclamé à l’aéroport par plusieurs centaines de manifestants. Le 21 mai, les militaires maliens lancent une offensive avec près de 2 000 soldats pour reprendre Kidal, mais ils sont mis en déroute par les rebelles qui reprennent le contrôle total de la ville et s’emparent de plusieurs autres villes du nord.Le 8 janvier 2015, Moussa Mara est remercié par le président IBK, et présente sa démission. Depuis, il est fondamentalement actif sur le terrain politique, pour l’implantation de son parti, Yelema ” Le changement “, avec notamment des visites de terrain à la base, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.  (copier sur Maliweb.net)  Son parti est dans la majorité présidentielle. Au-delà, on ne retient rien de potable de son passage à la Primature, contrairement à son (jeune) passé politique très brillant.Né le 2 mars 1975 à Bamako, Moussa Mara est un expert-comptable. Président du parti Yéléma, créé en juillet 2010, il est candidat à l´élection présidentielle 28 juillet 2013 et appelle à voter pour IBK au second tour. Le 5 avril 2014, à 39 ans, il est nommé Premier ministre par le président IBK, devenant ainsi l’un des plus jeunes Premiers ministres de l’histoire du Mali.En 2004, il présente une liste indépendante de jeunes aux élections communales dans la commune IV de Bamako, liste invalidée.

En 2007, Moussa Mara se présente avec une liste indépendante aux législatives et met en ballottage la liste d’Ibrahim Boubacar Keïta, président du Rassemblement pour le Mali. Il est battu au second tour en obtenant 48,5 % des voix.Lors des élections communales du 26 avril 2009, Moussa Mara présente une liste indépendante dans la commune IV de Bamako qui arrive en tête avec 14 sièges sur 41.Le 30 juillet 2009, le tribunal administratif annule les élections dans la commune IV. L’annulation du scrutin est confirmée le 26 novembre 2009 par la Cour suprême.Lors de l’élection partielle du 6 février 2011, la liste du parti Yéléma conduite par Moussa Mara arrive largement en tête et obtient 19 des 41 sièges à pourvoir.Le 7 mars 2011, il est réélu maire de la commune IV par le conseil municipal.Du 5 septembre 2013 au 5 avril 2014, il est ministre de l’Urbanisme et des Politiques de la ville. Puis est nommé Premier ministre.En juillet 2010, Moussa Mara créé son parti politique, dénommé Yelema et qui occupe tout son agenda aujourd’hui.

 

L’Enseignant Modibo Keïta : un come-back après 13 ans d’hibernation

Ce n’est autre que le désormais ex Premier ministre qui avait déjà fait une première expérience entre le 18 mars et le 9 juin 2002 devenant le cinquième chef de gouvernement sous le président Alpha Oumar Konaré. Il remplaçait en son temps Mandé Sidibé, alors candidat à l’élection présidentielle de 2002.

D’ailleurs, c’est lui, Modibo Kéïta, qui a organisé ce double scrutin qui a abouti à l’avènement de Amadou Toumani Touré à la magistrature suprême.

Treize ans plus tard, Ibrahim Boubacar Kéïta le rappelle pour conduire son gouvernement après de bons et loyaux services rendus comme Haut Représentant du président de la République pour le dialogue inclusif inter-malien. C’était le 9 janvier 2015, suite à la démission de Moussa Mara.

Tout laisse à croire que le Président IBK est entièrement satisfait de sa collaboration avec Modibo et de l’action de celui-ci à la tête du gouvernement car son départ de la Primature a été plusieurs fois annoncé (souvent avec imminence, notamment depuis la signature de l’Accord de paix en mai-juin 2015), mais autant de fois reporté. Parmi les hauts faits d’arme du natif de Koulikoro (où il vit le jour le 31 juillet 1942), figure en bonne place la conduite du processus de dialogue et négociations ayant abouti à la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Bien d’autres actes positifs sont à mettre à l’actif de son bilan.

Modibo Keïta a fait ses études primaires à Koulikoro entre 1950 et 1957. Ses études secondaires l’amèneront à l’école normale secondaire de Katibougou. En 1965, Modibo Keïta entame les études supérieures à l’Ecole normale supérieure qui furent sanctionnées par une maîtrise en lettres modernes en 1969.

Au titre des stages pédagogiques, le grand commis de l’Etat a fréquenté Montrouge-Montpellier, Marly-Le Roi et Saint-Cloud en France. Au titre de sa carrière professionnelle, l’ancien Premier ministre a occupé de nombreuses fonctions dans l’administration.

De 1963 à 1979, Modibo Keïta est instituteur à Kéniéba, professeur à l’Ecole normale secondaire de Bamako, directeur du Centre de recherche pédagogique et de production audiovisuelle, directeur général de l’Institut pédagogique et directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale. Sa carrière ministérielle débute en 1982 quand il fait son entrée au gouvernement en qualité de ministre de l’Emploi et de la Fonction publique. De 1986 à 1989, il est ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Durant sa carrière diplomatique, Modibo Keïta a été ambassadeur du Mali en RFA, de la Suisse, de la Suède, du Danemark, de l’Autriche, de la Norvège et auprès des organisations du système des Nations unies à Genève et à Vienne. Rentré au bercail en 1992, il occupe successivement les postes de conseiller pédagogique à l’Institut pédagogique national, conseiller à l’éducation au Secrétariat général de la Présidence de la République, secrétaire général de la Présidence de la République.

En 2002, il est nommé Premier ministre. Il est revenu au poste le 9 janvier 2015 et il vient tout juste de quitter pour être remplacé par Abdoulaye Idrissa Maïga, le 8 avril 2017.

 

Abdoulaye Idrissa Maïga: une mission commando pour affronter les multiples problèmes qui secouent le pays

Père de 5 enfants, passionné de lecture et de scrabble, Abdoulaye Idrissa Maïga était le directeur de campagne du candidat Ibrahim Boubacar Keïta, lors de la présidentielle 2013. Ingénieur des sciences appliquées, il est né le 11 mars 1958 à Gao où il a occupé son premier poste en 1982, en qualité de chef de l’antenne pastorale du ministère de l’Elevage et de la Pêche, directement après sa sortie de l’IPR de Katibougou. Son professionnalisme lui vaut la confiance de ses supérieurs qui lui confient en 1998 la charge de directeur général du projet “Elevage Mali nord-est Gao“. Un an après, il prend du galon et devient coordinateur des projets d’élevage de la région de Mopti puis chef département ” Étude et suivi des milieux “ à l’Agence pour bassin du fleuve Niger (Abfn) de 2003 à 2008. Depuis cette date, il officie comme consultant auprès d’organismes internationaux après un bref séjour en qualité de conseiller technique au ministère de l’Elevage et de la Pêche.

Nommé ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement dès le premier gouvernement sous IBK, Abdoulaye Idrissa Maïga se retrouve ensuite à la tête du ministère de l’Administration territoriale, puis se voit confier le département très stratégique de la Défense et des anciens combattants, avant d’être nommé Premier ministre en remplacement de Modibo Keïta.  Depuis quelque temps on l’annonçait à ce poste de chef du gouvernement et certainement que les analystes se fondaient sur la grande confiance que lui accorde le chef de l’Etat et en témoigne la promotion dont il ne cesse de bénéficier avec la bénédiction du président IBK. Le nouveau Premier ministre maitrise l’outil informatique. Un atout important dans la gestion des affaires publiques.

Mais il ne se prévaut pas que d’une expérience professionnelle et administrative car sur le plan associatif, il est très connu pour avoir été rapporteur de la coordination régionale des organisations et associations démocratiques de Gao entre 1991 et 1992 et secrétaire général adjoint de l’Association malienne des Droits de l’Homme (Amdh) de1990 à 1999. Plus récemment, il a accepté d’être le président d’honneur du Centre d’études, de formation et de recherches en développement participatif ” Sony Ali Ber “.

Engagé depuis 1983 dans  un processus de formation continue, il s’en tire avec des diplômes de maitrise, DEA et DESS en ingénierie, notamment dans la pratique du management, l’analyse des projets et les approches participatives. Il est l’auteur d’une trentaine publications techniques et a collaboré à la rédaction de l’ouvrage collectif récent “Mali: entre doutes et espoirs” (Editions Tombouctou) sous la direction de l’historien Doulaye Konaté.

Abdoulaye Idrissa Maïga arrive à la Primature à un moment très important du mandat du président IBK qui voit son régime faiblir avec le front social en ébullition, la crise du football qui perdure, l’insécurité toujours ambiante au centre et au nord du pays. A quelques encablures de la fin du mandat et aussi de l’échéance de la Présidentielle de 2018 à l’occasion de laquelle le président IBK cherchera à renouveler son bail avec Koulouba, l’on mesure l’ampleur de la tâche qui attend le nouveau Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga. Mais même si la tâche est immense, sa réalisation n’est pas impossible. Attendons donc de le juger aux actes.

 

La liste des Premiers Ministres du Mali

– Modibo Keïta (1960-1965)

– Yoro Diakité (1968-1969)

– Mamadou Dembélé (1986-1988)

– Soumana Sako (1991-1992)

– Younoussi Touré (1992-1993)

– Abdoulaye Sékou Sow (1993-1994)

– Ibrahim Boubacar Kéïta (1994-2000)

– Mandé Sidibé (2000-2002)

– Modibo Keïta (2002)

– Ahmed Mohamed ag Hamani (2002-2004)

– Ousmane Issoufi Maïga (2004-2007)

– Modibo Sidibé (2007-2011)

– Cissé Mariam Kaïdama Sidibé (2011-2012)

– Cheick Modibo Diarra (2012)

– Diango Cissoko (2012-2013)

– Oumar Tatam Ly (2013-2014)

– Moussa Mara  (2014-2015)

– Modibo Kéïta (2015 – 2017)

Source: Aujourd'hui

Commentaires   

0 #218 Felipa 18-10-2017 12:45
I am regular reader, how are you everybody? This article posted at this website is
truly nice.

Have a look at my page - workshop manuals
(Rosalie: http://www.eautofsm.com/bike/bike-ktm/)
Citer
0 #217 Shawnee 17-10-2017 05:17
This is really interesting, You are an excessively professional blogger.
I've joined your feed and look forward to in quest of more of your fantastic post.
Also, I've shared your web site in my social networks

My site :: workshop manuals - Esteban: http://www.eautofsm.com/outboard/outboard-yamaha/,
Citer
0 #216 Suzette 12-10-2017 01:29
This design is wicked! You most certainly know how to keep a reader entertained.
Between your wit and your videos, I was almost moved to start my own blog (well, almost...HaHa!) Great job.

I really loved what you had to say, and more than that, how you presented it.

Too cool!

my web site :: repair manuals by eAutoFSM: http://www.eautofsm.com/car/car-honda/
Citer
0 #215 Jonathan 11-10-2017 23:52
I visited many web sites but the audio feature for audio songs present at this site is truly fabulous.


Take a look at my site - wiring
diagrams from eAutoFSM: http://Www.Eautofsm.com/bike/bike-gilera/
Citer
0 #214 Christiane 09-10-2017 16:47
I just like the valuable information you supply for your articles.
I'll bookmark your blog and test once more right here frequently.

I am moderately sure I will learn a lot of new stuff right here!
Best of luck for the following!

My blog :: workshop manuals: http://www.eautofsm.com/snowmobile/snowmobile-arctic-cat/
Citer
0 #213 Concetta 09-10-2017 06:30
Hey there! I could have sworn I've been to this website before but
after reading through some of the post I realized it's
new to me. Nonetheless, I'm definitely happy I found it and I'll be bookmarking and checking back frequently!


Take a look at my web site; parts catalogs from eAutoFSM: http://www.eautofsm.com/bike/bike-piaggio/
Citer
0 #212 Inez 07-10-2017 17:42
Thanks for sharing your thoughts about %meta_keyword%.
Regards

Feel free to visit my webpage; Parts catalogs By Eautofsm: http://www.eautofsm.com/atv/atv-arctic-cat/
Citer
0 #211 Flossie 06-10-2017 00:57
I've been surfing online more than three hours today, yet I never found any interesting article like yours.
It is pretty worth enough for me. In my view, if all webmasters and bloggers made
good content as you did, the web will be a lot more useful than ever before.


Also visit my site: workshop manuals (Fredericka: http://www.eautofsm.com/car/car-citroen/)
Citer
0 #210 Carol 29-09-2017 07:28
Ѕome toⲣ dog insurance policies arе applicable ߋnly іn ɑ feѡ statеs.
Thе urinary tract сomes with an extremely delicate nature, that's ᴡhy cats can frequently catch infections aѕ well ass ⲟther health ρroblems.
Мost people ԝill disagree ɑnd pretty much evеry pet site ѡill ѕay the comрlete opposite
іf yοu aѕk me, but whenevеr Ӏ've һad two neuterded cats
of thе samе sex tһey'vе ցotten on great.

Heгe is my website - kattvakt pris: https://www.stadfirmashahinstockholm.se/kattpassning-stockholm/
Citer
0 #209 Wilfredo 28-09-2017 03:46
Loving tһe Pets, Hating their Fleas - Perhaps the reality
or the philosophy of 'the yin аnd also tһe yang' іs undouƄtedly correct іn humans' everyday lives.

Ꮤhen the cleaned jewellery іs dry, store it іn jewelry box whіch has velvet lining.
Whatever you do pool аrea cleaning hɑѵe to be
your top priorities.

Here is my webpage :: bli hundvakt: https://www.stadfirmashahinstockholm.se/din-dagmatte/
Citer
0 #208 Wilfredo 28-09-2017 03:46
Loving tһe Pets, Hating their Fleas - Perhaps the reality
or the philosophy of 'the yin аnd also tһe yang' іs undouƄtedly correct іn humans' everyday lives.

Ꮤhen the cleaned jewellery іs dry, store it іn jewelry box whіch has velvet lining.
Whatever you do pool аrea cleaning hɑѵe to be
your top priorities.

Here is my webpage :: bli hundvakt: https://www.stadfirmashahinstockholm.se/din-dagmatte/
Citer
0 #207 Shalanda 28-09-2017 00:30
Scientists ɑre involved aboᥙt tһe long-term and chronic results
of experience ⲟf chemicals іn youг h2ο aⅼong with the effects it'ѕ got on aquatic ecosystems.

Ꮤhen the cleaned jewellery іs dry, store it in jewelry box
tһat hɑs velvet lining. Not only will this keep dirt fr᧐m getting all over your clean house һowever the carpets wіll remaіn in bеtter
condition.

Review mү weeb blog; flyttstädning lista: https://www.stadfirmashahin.se/flyttstadning-stockholm/
Citer
0 #206 Shalanda 28-09-2017 00:30
Scientists ɑre involved aboᥙt tһe long-term and chronic results
of experience ⲟf chemicals іn youг h2ο aⅼong with the effects it'ѕ got on aquatic ecosystems.

Ꮤhen the cleaned jewellery іs dry, store it in jewelry box
tһat hɑs velvet lining. Not only will this keep dirt fr᧐m getting all over your clean house һowever the carpets wіll remaіn in bеtter
condition.

Review mү weeb blog; flyttstädning lista: https://www.stadfirmashahin.se/flyttstadning-stockholm/
Citer
0 #205 Arielle 27-09-2017 23:42
Products ԝith specific environmental benefits listed ⅽan Ьe betteг than oneѕ claiming to bеcome green ѡithout any claimed benefits аt all.
When the cleaned jewellery іѕ dry, store іt іn jewelry
box tһat has velvet lining. Another biց a pɑrt օf duct cleaning
ɑnd maintenance іs replacing tһe filters.

Visi my homеpɑge - flyttstädning ᴠärmdö: https://www.stadfirmashahinstockholm.se/hemstadning/
Citer
0 #204 Arielle 27-09-2017 23:41
Products ԝith specific environmental benefits listed ⅽan Ьe betteг than oneѕ claiming to bеcome green ѡithout any claimed benefits аt all.
When the cleaned jewellery іѕ dry, store іt іn jewelry
box tһat has velvet lining. Another biց a pɑrt օf duct cleaning
ɑnd maintenance іs replacing tһe filters.

Visi my homеpɑge - flyttstädning ᴠärmdö: https://www.stadfirmashahinstockholm.se/hemstadning/
Citer

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés

Creampie