50ème anniversaire de la convention de l’UNESCO de 1970 Le trafic illicite de biens culturels, un crime contre les peuples

Le 50e anniversaire de la Convention de l’UNESCO de 1970 a servi d’occasion d’appeler à une action commune autour de la lutte contre le trafic illicite de biens culturels. Les biens culturels représentent le patrimoine, l’histoire, l’identité, voire l’avenir d’un peuple.

La pandémie du coronavirus a rendu le patrimoine culturel plus vulnérable en affectant la surveillance des sites archéologiques. Une situation qui expose davantage ces sites aux fouilles illicites, affirme Ernsto Ottone, sous-directeur général pour la culture de l’Organisation des Nations unies pour la science et la culture (UNESCO). C’était à l’occasion du 50e anniversaire de la Convention de l’UNESCO de 1970 qui précise les mesures à prendre pour interdire l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels.Selon M. Ottone, « le trafic illicite de biens culturels en ligne a connu une très forte augmentation. »À ses dires, le monde a assisté à une recrudescence du trafic illicite de biens culturels, ces dernières années. Toutes les régions du monde sont affectées par ce phénomène, dit-il.

Pourtant, selon l’UNESCO, « Le trafic de biens culturels représente une source d’énormes profits illicites qui sont utilisés pour blanchir les produits du crime ».  La même source indique que la destruction, le pillage, le trafic et la vente de biens culturelsse font généralement en complicité avec des groupes terroristes et extrémistes violents. Or, pour Ernesto Ottone, « piller, vendre ou acheter un bien culturel issu du trafic illicite participe à déposséder les peuples de leur patrimoine, de leurs histoires, de leurs identités, et donc de leur avenir ».

Selon le sous-directeur général pour la culture de l’UNESCO, cette Journée est une opportunité pour mobiliser la communauté internationale à accentuer la lutte contre ce fléau. Pour mettre fin au trafic illicite de biens culturels, M. Ottone prône une action concertée, gage de solutions communes. « La protection des biens culturels et la lutte contre le trafic illicite nous concernent tous », a-t-il déclaré.Il invite tout le monde à s’engager dans la lutte contre ce fléau : « Mobilisons-nous pour arrêter le trafic illicite des biens culturels ».

L’UNESCO, en collaboration avec L’ONUDC ainsi que d’autres partenaires de la communauté internationale, mouille le maillot pour venir à bout de ce fléau à travers une série d’actions concrètes : appel à la ratification et à la mise en œuvre des instruments internationaux pertinents, amélioration de la collecte de données pertinentes, promotion des outils de l’ONUDC pour la gestion des connaissances sur la criminalité organisée et plein d’autres. Selon Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, « le trafic illicite constitue un vol caractérisé de la mémoire des peuples. Éveiller les consciences et appeler à la plus extrême vigilance est nécessaire pour lutter contre cette réalité largement sous-estimée ».

A NE PAS MANQUER:KADER TRAORÉ : Un guerrier s’est couché a jamais !URGENT:La route fait encore des victimes sur l’axe BLA, SAN!Accueil | Société | Culture | 50ème anniversaire de la convention de l’UNESCO de 1970 Le trafic illicite de biens culturels, un crime contre les peuples

50ème anniversaire de la convention de l’UNESCO de 1970 Le trafic illicite de biens culturels, un crime contre les peuples

Par Le Pays – Date: il ya 22 heures 49 minutes  https://www.facebook.com/plugins/like.php?href=https://www.facebook.com/malijetactu&send=false&layout=button_count&width=120&show_faces=false&action=like&colorscheme=light&font&height=35&share=false&appId=373324879346418 https://www.facebook.com/v2.5/plugins/share_button.php?app_id=373324879346418&channel=https%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fx%2Fconnect%2Fxd_arbiter%2F%3Fversion%3D46%23cb%3Dfdaf4a769a4d6%26domain%3Dmalijet.com%26origin%3Dhttp%253A%252F%252Fmalijet.com%252Ff3edb4b1a2181ac%26relation%3Dparent.parent&container_width=7&href=http%3A%2F%2Fmalijet.com%2Fla_societe_malienne_aujourdhui%2Factualite_culturelle_au_mali%2F249954-50%25C3%25A8me-anniversaire-de-la-convention-de-l%25E2%2580%2599unesco-de-1970-le-trafi.html&layout=button_count&locale=fr_FR&sdk=joey https://platform.twitter.com/widgets/tweet_button.96fd96193cc66c3e11d4c5e4c7c7ec97.fr.html#dnt=false&id=twitter-widget-1&lang=fr&original_referer=http%3A%2F%2Fmalijet.com%2Fla_societe_malienne_aujourdhui%2Factualite_culturelle_au_mali%2F249954-50%25C3%25A8me-anniversaire-de-la-convention-de-l%25E2%2580%2599unesco-de-1970-le-trafi.html&size=m&text=Malijet%2050%C3%A8me%20anniversaire%20de%20la%20convention%20de%20l%E2%80%99UNESCO%20de%201970%20Le%20trafic%20illicite%20de%20biens%20culturels%2C%20un%20crime%20contre%20les%20peuples%20Bamako%20Mali&time=1605772923560&type=share&url=http%3A%2F%2Fmalijet.com%2Fla_societe_malienne_aujourdhui%2Factualite_culturelle_au_mali%2F249954-50%25C3%25A8me-anniversaire-de-la-convention-de-l%25E2%2580%2599unesco-de-1970-le-trafi.html&via=MalijetactuTaille de la police: 

Le 50e anniversaire de la Convention de l’UNESCO de 1970 a servi d’occasion d’appeler à une action commune autour de la lutte contre le trafic illicite de biens culturels. Les biens culturels représentent le patrimoine, l’histoire, l’identité, voire l’avenir d’un peuple.

La pandémie du coronavirus a rendu le patrimoine culturel plus vulnérable en affectant la surveillance des sites archéologiques. Une situation qui expose davantage ces sites aux fouilles illicites, affirme Ernsto Ottone, sous-directeur général pour la culture de l’Organisation des Nations unies pour la science et la culture (UNESCO). C’était à l’occasion du 50e anniversaire de la Convention de l’UNESCO de 1970 qui précise les mesures à prendre pour interdire l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels.Selon M. Ottone, « le trafic illicite de biens culturels en ligne a connu une très forte augmentation. »À ses dires, le monde a assisté à une recrudescence du trafic illicite de biens culturels, ces dernières années. Toutes les régions du monde sont affectées par ce phénomène, dit-il.https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?guci=2.2.0.0.2.2.0.0&client=ca-pub-3823873090629788&output=html&h=280&adk=179612734&adf=621604810&pi=t.aa~a.4070166871~i.5~rp.4&w=660&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1605772923&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=6321997336&psa=1&ad_type=text_image&format=660×280&url=http%3A%2F%2Fmalijet.com%2Fla_societe_malienne_aujourdhui%2Factualite_culturelle_au_mali%2F249954-50%25C3%25A8me-anniversaire-de-la-convention-de-l%25E2%2580%2599unesco-de-1970-le-trafi.html&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=165&rw=660&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&adsid=ChAIgMzY_QUQ6O_GqcPukcdkEkgAPE0f4tgOV8nWHPHVfj8fIYG48gYYoAUqIvskWCPZu8ee0RaqDyIUHO276zwes07B50uNkquseGKxdW0kYYWxuYeCi96bQxA&tt_state=W3siaXNzdWVyT3JpZ2luIjoiaHR0cHM6Ly9hZHNlcnZpY2UuZ29vZ2xlLmNvbSIsInN0YXRlIjowfSx7Imlzc3Vlck9yaWdpbiI6Imh0dHBzOi8vYXR0ZXN0YXRpb24uYW5kcm9pZC5jb20iLCJzdGF0ZSI6MH1d&dt=1605772922976&bpp=14&bdt=2357&idt=-M&shv=r20201112&cbv=r20190131&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3D1587fdbfa8f603f2-227ab8824ea60027%3AT%3D1603201467%3ART%3D1603201467%3AS%3DALNI_MbK9nWsBEExKbAbcJLKxGfoZA4-ow&prev_fmts=0x0&prev_slotnames=4564604893&nras=2&correlator=462906895539&frm=20&pv=1&ga_vid=1095694437.1591601033&ga_sid=1605772923&ga_hid=489404665&ga_fc=0&iag=0&icsg=2148023976&dssz=34&mdo=0&mso=0&u_tz=0&u_his=4&u_java=0&u_h=768&u_w=1366&u_ah=728&u_aw=1366&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=165&ady=956&biw=1349&bih=568&scr_x=0&scr_y=300&eid=21067981%2C21068083%2C21068108&oid=3&pvsid=2705569354721931&pem=395&ref=http%3A%2F%2Fmalijet.com%2Fla_societe_malienne_aujourdhui%2Factualite_culturelle_au_mali%2Findex.1.html&rx=0&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1366%2C0%2C1366%2C728%2C1366%2C568&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=24704&bc=23&ifi=2&uci=a!2&btvi=1&fsb=1&xpc=UX62pc6MCL&p=http%3A//malijet.com&dtd=64

Pourtant, selon l’UNESCO, « Le trafic de biens culturels représente une source d’énormes profits illicites qui sont utilisés pour blanchir les produits du crime ».  La même source indique que la destruction, le pillage, le trafic et la vente de biens culturelsse font généralement en complicité avec des groupes terroristes et extrémistes violents. Or, pour Ernesto Ottone, « piller, vendre ou acheter un bien culturel issu du trafic illicite participe à déposséder les peuples de leur patrimoine, de leurs histoires, de leurs identités, et donc de leur avenir ».

Selon le sous-directeur général pour la culture de l’UNESCO, cette Journée est une opportunité pour mobiliser la communauté internationale à accentuer la lutte contre ce fléau. Pour mettre fin au trafic illicite de biens culturels, M. Ottone prône une action concertée, gage de solutions communes. « La protection des biens culturels et la lutte contre le trafic illicite nous concernent tous », a-t-il déclaré.Il invite tout le monde à s’engager dans la lutte contre ce fléau : « Mobilisons-nous pour arrêter le trafic illicite des biens culturels ».

L’UNESCO, en collaboration avec L’ONUDC ainsi que d’autres partenaires de la communauté internationale, mouille le maillot pour venir à bout de ce fléau à travers une série d’actions concrètes : appel à la ratification et à la mise en œuvre des instruments internationaux pertinents, amélioration de la collecte de données pertinentes, promotion des outils de l’ONUDC pour la gestion des connaissances sur la criminalité organisée et plein d’autres. Selon Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, « le trafic illicite constitue un vol caractérisé de la mémoire des peuples. Éveiller les consciences et appeler à la plus extrême vigilance est nécessaire pour lutter contre cette réalité largement sous-estimée ».

Ce 20e anniversaire a été également l’occasion de célébrer, pour la première fois,la première Journée internationale de lutte contre le trafic illicite de biens culturels adopté par la conférence générale de l’UNESCO par consensus en 2019.

Fousseni Togola

Source: Le Pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *