Yélimané et Diéma : Les populations adoptent Modibo Sidibé, président du parti FARE

Après les localités de Kremis, Kirané, Lankanguemou, Kankhoulo, Bandiougoula et Kotié, la délégation du parti FARE, dans le cadre de ses rencontres citoyennes, a déposé ses valises dans le Cercle de Yélimané et ses villages environnants. Pour la circonstance, la délégation était composée de Modibo Sidibé, Mamadou Keïta, secrétaire général du parti FARE, Sinaly Diawara secrétaire politique, Djibril Barry, chargé de logistique, Mamadou Dembélé et  Djadié Doucouré tous deux de la section FARE de France, sans oublier le bouillant  et éloquent Amadou Cissé, président des jeunes du parti.

C’est le mardi 12 septembre que la délégation a été accueillie à Yélimané en grande pompe par la section du parti FARE mais aussi les différentes associations,  clubs des amis et  sympathisants de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé. Une rencontre avec les citoyens qui a regroupé une centaine de personnes venues des différents coins  de la ville. Dans cette localité, la déception était perceptible chez les populations en proie à une insécurité quotidienne à cause de leurs engins et leurs bétails. L’occasion était bonne pour ces citoyens d’énumérer leurs problèmes à Modibo Sidibé qui a pris son courage en main pour venir prendre langue avec ces localités.

Samba Anne, animateur radio, s’indigne de l’insécurité grandissante dans la commune de Yélimané : « Actuellement, un bandit de grands chemins est en garde à vue à la gendarmerie. Lui et sa bande terrorisaient les paisibles citoyens à cause de leurs engins et de leurs bétails. Si vous ne faites pas quelque chose, nous sommes sûrs et certains qu’ils vont libérer ce dangereux bandit qui a une arrière base en Mauritanie. Nous savons tous que la justice malienne appartient à ceux qui ont de l’argent », s’indigne-t-il.

Mme Konaré Djènèba Traoré présidente de l’association « Yiriwaton », a d’abord priorisé l’école avant de faire promettre à Modibo Sidibé des efforts pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement, une fois qu’il sera élu Président de la République. Beaucoup d’intervenants déplorent que le pays soit mal géré, d’où un malaise social  généralisé.

En réponse, Modibo Sidibé n’a pas porté de gants pour taper sur les failles du régime d’IBK qui sont entre autres, la politisation de l’administration, l’islamisation politique, la gestion patrimoniale du pouvoir, un manque criard de programme et de vision.

Ce grand commis de l’Etat, Modibo Sidibé, déplore d’assister à certains actes qui ont cours sous le régime actuel : « il ne faut pas politiser l’administration car elle existe pour tout le monde ». Dans ce régime, c’est la gestion patrimoniale du pouvoir. Pire l’islamisation politique dans ce pays inquiète Modibo Sidibé car  les religieux doivent jouer un rôle de libre-arbitre. C’est pour cette raison qu’il dévoile une partie de son projet de société qui  est de mettre en place un conseil des Ulémas qui, à son tour, désignera le prêcheur car tout le monde n’est pas habilité à faire le prêche. Sous un tonnerre d’applaudissement, l’ancien Premier ministre a mis en garde contre une élection tripatouillée car selon lui personne ne va prendre encore l’avenir des Maliens en otage.

Avant l’étape de Yélimané, une rencontre citoyenne a eu lieu également à Gory à 20 km de Yélimané. Dans cette localité, le président du parti FARE a un lieutenant du nom de Diadjé Doucouré de la section Fare de France, qui est très populaire. Pour preuve, la délégation a été accueillie dans une liesse populaire sous le son de la musique du terroir. Sur la place publique, Amadou Cissé, président de la jeunesse du parti, a tenu le public en haleine parlant de la vision de son mentor mais aussi des raisons fondamentales de l’engagement de Modibo.

Diema, Zéro, Yaguiné Sadaré, Modibo Sidibé s’enracine politiquement

La délégation s’est rendue ensuite à Diéma, Zero, Yaguiné et Sadaré. Dans ces localités, le président et sa délégation ont été accueillis chaleureusement par la population. Singulièrement à Zero, le parti FARE a quatre élus communaux dans le milieu Kassogué. Le secrétaire général de la sous-section et ses collègues ont parlé du degré d’implantation du parti FARE. En moins de  deux ans à Zéro, le parti FARE a pu mettre  en place 28 comités avec 4 élus aux dernières élections communales. Ensuite, les populations ont chargé leurs élus d’évoquer leurs préoccupations à Modibo Sidibé, se rapportant au manque d’eau essentiellement car les populations boivent de l’eau du marigot. De surcroît, le problème d’électricité et l’absence de centres de santé restent les préoccupations majeures de cette population.

Après cette étape, la délégation a poursuivi sa mission sur la ville de Kayes dans laquelle Modibo Sidibé a respecté la tradition en allant saluer les notabilités de la première région du Mali.  Sur le chemin, le président du parti FARE a fait l’honneur à ses conseillers d’aller les saluer à Djombougou, Marena, Sadaré. Particulièrement à Djombougou et Marena, le parti  a deux conseillers dont une femme.

La dernière étape de ce périple est celle de Diéma. Cette localité située à mi-chemin entre Kayes et Bamako, a visiblement basculé dans le parti Fare au regard de la foule nombreuse qui était à l’accueil. C’est dans cette ville que le secrétaire général, lui-même conseiller municipal du parti FARE, a mobilisé les jeunes et les femmes pour une rencontre citoyenne avec le président du parti FARE. Les femmes de Diéma, à travers Assistan Demba, ont remercié Modibo Sidibé et son parti pour avoir donné du travail aux femmes grâce à la fabrication de savon. « Grâce à vous Modibo Sidibé, nous les femmes arrivons à subvenir à nos besoins. Et c’est votre sœur qui nous a aussi offert un jardin d’enfants », témoignent-elle.

Signalons que partout, la délégation a salué les notabilités, chefs de village, imam, mais aussi les préfets et sous-préfets.

Modibo L. Fofana, envoyé Spécial

Mali24

Commentaires   

0 #2 Wali 19-09-2017 22:34
C'est le jeu d'alliance des partis politiquues qui fera la difference dans cette élections. Pourquoi l'opposition ne peut pas donner un seul candidat comme le Gabon a fait
Citer
0 #1 Ramata 19-09-2017 22:33
son parti FARE n'est pas un grand parti. Je pense qu'il n'ira pas loin
Citer

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés

Creampie