Que le peuple se réveille !

« Je vous demande de vous réveiller, de vous lever. Les gens dorment dans ce pays. Il est temps qu’ils se réveillent. Si je parle, on dit que je pousse les gens à la révolte, mais, voyez ces choses inimaginables. Il faut que le peuple cesse de dormir, ça devient de la légitime défense. Car, si la loi et ceux qui l’appliquent ne sont plus en mesure de vous de protéger, cette même loi vous autorise à vous défendre ».
L’auteur de ces propos n’est autre que Me Mohamed Ali Bathily, Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Affaires Foncières, non moins Président des Associations pour le Mali (APM). Déclaration de désespoir d’un ministre de la République qui voit défiler sous ses yeux des actes notoires d’injustice en longueur de journée dans le cadre de la gestion foncière devenue une véritable bombe à retardement ? Aveu d’impuissance d’un responsable incapable d’empêcher l’impitoyable et mafieuse machine de l’administration publique de broyer les pauvres  sur son passage ?  
Ces propos, comme l’a dit leur auteur, peuvent être assimilés à ceux de quelqu’un qui appelle au soulèvement populaire. Mais ces déclarations du ministre, président des APM ont le mérite de nous rappeler certaines tristes vérités que le peuple malien, du moins une partie de l’opinion, refuse de regarder en face. Les gens n’aiment pas la vérité, ils préfèrent le mensonge. Or, « la vérité rougit les yeux mais ne les crève pas ».  
Me Bathily a raison lorsqu’il affirme que les gens dorment dans ce pays. Un sommeil profond, provoqué par l’élite gouvernante dont l’un des programmes est de tuer toute idée de résistance chez le peuple à travers la mise en place d’un système de gouvernance parasitaire qui clochardise les « citoyens» lesquels continuent « à ramper, pour la plupart d'entre nous, à nous bousculer pour ramasser les miettes d'une caste d'apatrides qui nous gouverne depuis si longtemps », selon une expression du philosophe Issa N’Diaye dans sa tribune ‘’Faut-il désespérer du Mali d’IBK’’. Ce sommeil profond provoqué par l’élite gouvernante empêche les citoyens de voir et de réagir face à l’injustice et l’arbitraire qui sapent les fondements de la République. Ce sommeil profond pousse les électeurs à choisir des vendeurs d’illusions, des incantateurs, des voleurs, des corrompus au détriment  des hommes intègres, honnêtes et compétents. Ce sommeil profond conduit « les citoyens » à faire le pied de grue au domicile des élus, directeurs généraux, ministres et autres hauts responsables pour obtenir le prix de condiments ou d’ordonnances plutôt que d’exiger des projets d’intérêts communautaires pouvant donner de l’emploi aux jeunes. Ce sommeil profond nous empêche de refuser les billets de banque de ce fonctionnaire ou de ce commerçant qui s’est enrichi dans des conditions douteuses.    
Me Bathily a raison lorsqu’il affirme que le peuple doit cesser de dormir. Face à la corruption, l’injustice, l’arbitraire, l’absence de perspective, il faut que le peuple cesse de dormir. Car Dieu n’aide pas un peuple qui dort. Que le peuple se réveille ! Avec le sentiment de frustration généralisée et son corollaire de déception, ce réveil risque d’être brutal, d’une violence inouïe. Les prémices sont déjà là avec le retour de « l’article 320 », point névralgique de la justice populaire et les scènes de manifestations spontanées débouchant sur des drames comme ce fut le cas récemment à Koury où une mission d’interpellation des personnes suspectées par les douaniers a donné lieu à des émeutes populaires.

C. Doumbia

Source: Le Challenger

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés

Creampie