La vie de Thomas Sankara

Thomas Sankara, né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso, est un homme politique anti-impérialiste, panafricaniste et tiers-mondiste, chef de l’État de la voltaïque rebaptisée burkinabè de 1983 à 1987.

Il est le maître du pays durant la période de la première révolution burkinabè du 4 août 1983 au 15 octobre 1987, qu'il finit par totalement incarner. Durant ces quatre années, il mène à marche forcée une politique d'émancipation nationale (qui passe par exemple par le changement du nom de Haute-Volta issu de la colonisation en un nom issu de la tradition africaine : Burkina Faso, qui est un mélange de moré et de dioula et signifie pays des hommes intègres), de développement du pays, de lutte contre la corruption ou encore de libération des femmes. Le Conseil national de la révolution de Thomas Sankara exerçait cependant une véritable dictature qui donnèrent lieu à de multiples exactions contre les populations

Il est abattu lors d'un coup d'État qui amène au pouvoir son frère d'arme Blaise Compaoré, le 15 octobre 1987. Son souvenir reste vivace dans la jeunesse burkinabé mais aussi plus généralement en Afrique, qui en a fait une icône, un "Che Guevara" africain, notamment au côté de Patrice Lumumba.

La formation

Thomas Isidore Noël Sankara est un Peul-Mossi issu d'une famille catholique. Son père est un ancien combattant et prisonnier de guerre de la Seconde Guerre mondiale. Il fait ses études secondaires d'abord au lycée Ouezzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso, deuxième ville et capitale économique du pays puis, de la seconde au baccalauréat, à Ouagadougou (capitale politique du Burkina), au Prytanée militaire de Kadiogo. Il suit, tout comme Blaise Compaoré, une formation d'officier à l'École militaire inter-armée (EMIA) de Yaoundé au Cameroun, puis à l'Académie militaire d'Antsirabe, à Madagascar, et devient en 1976 commandant du CNEC, le Centre national d'entraînement commando, situé à , dans la province du Nahouri, à 150 km au sud de la capitale. La même année, ils prennent part à un stage d'aguerrissement au Maroc. Ensemble, ils fondent le Regroupement des officiers communistes (ROC) dont les autres membres les plus connus sont Henri Zongo, Boukary Kabore et Jean-Baptiste Lingani.

L'entrée en politique

En septembre 1981, il devient secrétaire d'État à l'Information dans le gouvernement du colonel Saye Zerbo avant de démissionner le 21 avril 1982.

Le 7 novembre 1982, un nouveau coup d'État porte au pouvoir le médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo. Sankara devient Premier ministre en janvier 1983, position acquise grâce au rapport de forces favorable au camp progressiste au sein de l’armée, mais il est limogé et mis en résidence surveillée le 17 mai, probablement sous la pression de la France.

La Révolution démocratique et populaire

Un nouveau coup d'État, le 4 août 1983, place Thomas Sankara à la présidence du Conseil national révolutionnaire.

Sur le plan intérieur, il définit son programme comme anti-impérialiste, en particulier dans son « Discours d'orientation politique », écrit en septembre-octobre 1983 par Valère Somé et enregistré dans la salle du Conseil de l'Entente puis diffusé à la radio le 2 octobre 1983. Ainsi, en novembre 1986, Thomas Sankara avait attaqué la France de la cohabitation en présence de François Mitterrand et devant les caméras pour avoir accueilli Pieter Botha, le premier ministre d'Afrique-du-Sud, et Jonas Savimbi chef de l'UNITA, l'un et l'autre « couverts de sang des pieds jusqu'à la tête ». De ce fait, aux yeux de Thomas Sankara, ces gouvernants « en portent aujourd'hui et toujours la responsabilité ».

Sur le plan intérieur, son gouvernement retire aux chefs traditionnels les pouvoirs féodaux qu'ils continuaient d'exercer. Il crée les CDR (Comités de défense de la révolution), qui auront toutefois tendance à se comporter en milice révolutionnaire faisant régner la terreur.

L'assassinat

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara est assassiné lors d'un coup d'État organisé par un de ses camarades les plus proches, Blaise Compaoré. Plusieurs jours plus tard, il est déclaré « décédé de mort naturelle » par un médecin militaire.

Les responsables et les circonstances de sa mort restent assez mystérieux. Le gouvernement français de l'époque - un gouvernement de cohabitation avec Jacques Chirac Premier ministre et François Mitterrand président de la République - ainsi que plusieurs autres gouvernements africains proches de la France sont ainsi soupçonnés d'avoir soutenu cet assassinat, voire Kadhafi.

Son frère d'armes, Blaise Compaoré, qui lui succède à la tête du Burkina Faso, est naturellement soupçonné d'être le principal responsable de son assassinat.

Thomas Sankara et certains de ses camarades tués lors du coup d'État seraient enterrés sans tombe au cimetière de Dagnoën à Ouagadougou (12° 21′ 55,58″ N, 1° 29′ 01,05″ O). Plus tard, de simples tombes en ciment sont construites.

Le 14 mai 2015, pour la première fois depuis 2007, Mariam Sankara revient à Ouagadougou après le renversement de Blaise Compaoré pour être entendue par le juge chargé d'enquêter sur la mort de son mari et est accueillie par plusieurs milliers de personnes. Des doutes subsistent sur le lieu réel de la sépulture de Sankara et en mai 2015, un juge burkinabè ordonne l'exhumation de corps du cimetière de Dagnoën pour déterminer s'il s'agit de Sankara et quelles sont les conditions de sa mort. Le 6 décembre 2015, Gilbert Diendéré, auteur du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, est inculpé pour complicité dans l’assassinat de Thomas Sankara, le 15 octobre 1987.

Idées et actions politiques

La lutte anti-impérialiste

Thomas Sankara est un des chefs du Mouvement des non-alignés. Il côtoie beaucoup de militants d'extrême gauche dans les années 1970 et se lie d'amitié avec certains d'entre eux. Il met en place un groupe d'officiers clandestins d'influence marxiste : le Regroupement des officiers communistes (ROC).

Dans ses discours, il dénonce le colonialisme et le néo-colonialisme, dont celui de la France, en Afrique (notamment les régimes clients de Côte d'Ivoire et du Mali, lequel lance plusieurs fois des actions militaires contre le Burkina Faso, soutenues par la France).

Il se rapproche ainsi de plusieurs pays du bloc socialiste. En octobre 1986, peu avant le sommet Gorbatchev-Reagan à Reykjavik, il se rend une semaine en URSS, mais aussi à Cuba du 25 septembre au 1er octobre 1984, puis une deuxième fois au mois de novembre 1986.

Parallèlement, il rejette le fardeau de la dette qui pèse sur les pays en voie de développement. Son discours contre la dette [1] [archive], prononcé le 29 juillet 1987 lors d'un sommet de l'OUA, est sans doute le plus connu des discours de Thomas Sankara.

Devant l'ONU, il défend le droit des peuples à pouvoir manger à leur faim, boire à leur soif, et à être éduqués. Pendant ces quatre années le Burkina Faso est ainsi, selon les critères géopolitiques nés au milieu des années 1970, la dernière révolution de l'« Afrique progressiste », opposée à l'« Afrique modérée ».

La démocratie participative

Souhaitant redonner le pouvoir au peuple, dans une logique de démocratie participative, il crée les CDR (Comités de défense de la révolution) auxquels tout le monde peut participer, et qui assurent la gestion des questions locales et organisent les grandes actions. Les CDR sont coordonnés dans le CNR (Conseil national de la révolution). Cette politique visait à réduire la malnutrition, la soif (avec la construction massive par les CDR de puits et retenues d'eau), la diffusion des maladies (grâce aux politiques de « vaccinations commandos », notamment des enfants, burkinabè ou non) et l'analphabétisme (l'analphabétisme serait passé pour les hommes de 95 % à 80 %, et pour les femmes de 99 % à 98 %, grâce aux « opérations alpha »).

Sankara tente également de rompre avec la société traditionnelle inégalitaire burkinabè, en affaiblissant le pouvoir des chefs de tribus, et en cherchant à intégrer les femmes dans la société à l'égal des hommes.

Il institue la coutume de planter un arbre à chaque grande occasion pour lutter contre la désertification.

Il est le seul président d'Afrique à avoir vendu les luxueuses voitures de fonctions de l'État pour les remplacer par des Renault 5. Il faisait tous ses voyages en classe touriste, ses collaborateurs étant tenus de faire de même. Il est célèbre aussi pour son habitude de toujours visiter Harlem (et d'y faire un discours) avant d'arriver à l'ONU[réf. nécessaire].

Postérité

Thomas Sankara est considéré aujourd'hui par une grande partie de la jeunesse burkinabè voire continentale comme une sorte de "Che Guevara" africain (malgré leurs différences importantes). Au Burkina Faso, une multitude de partis et de mouvements de la société civile se revendiquent de lui.

En 2006, le Comité des droits de l'Homme des Nations unies condamne l'absence de tout procès ou de toute enquête de la part du gouvernement burkinabè. Cette décision symbolique constitue une première mondiale dans la lutte contre l'impunité.

Thomas Sankara a été proclamé modèle par la jeunesse africaine au forum social africain de Bamako 2006 et au forum social mondial de Nairobi en 2007.

Depuis le 28 décembre 2005, une avenue de Ouagadougou porte son nom, dans le cadre plus général d'un processus de réhabilitation décrété en 2000 mais bloqué depuis lors. Diverses initiatives visent à rassembler les sankaristes et leurs sympathisants, notamment par le biais d'un comité national d'organisation du vingtième anniversaire de son décès, de célébrer sa mémoire, notamment par des manifestations culturelles, tant au Burkina Faso qu'en divers pays d'implantation de l'émigration burkinabè. En 2007, pour la première fois depuis 19 ans, la veuve de Thomas Sankara, Mariam Serme Sankara, a pu aller se recueillir sur sa tombe présumée lors des 20e commémoration à Ouagadougou.

Les différents réseaux internationaux, notamment le CADTM (Comité pour l'annulation des dette illégitimes), ont fait du discours de Sanakara contre la dette en quelque sorte un étendard et une référence de son combat.

Source : Wilkipedia

Commentaires   

0 #20 Cecilia 11-11-2017 19:07
This design is incredible! You definitely know how to keep a reader
amused. Between your wit and your videos, I was almost moved to start my own blog (well, almost...HaHa!) Great job.
I really enjoyed what you had to say, and more than that, how you presented it.
Too cool!

My web blog :: bandar ceme: http://tinyurl.com/ycboa5sl
Citer
0 #19 Indiana 11-11-2017 16:33
Hi, this weekend is good in support of me,
for the reason that this point in time i am reading this fantastic
informative piece of writing here at my house.

Look at my site - guanyusjc.com: http://www.guanyusjc.com/comment/html/?165188.html
Citer
0 #18 Archie 09-11-2017 15:49
you are really a just right webmaster. The website loading pace is
incredible. It seems that you're doing any unique trick.

In addition, The contents are masterwork. you have done
a fantastic task on this matter!

Take a look at my blog post :: http://www.beiqixs.com/luntan/home.php?mod=space&uid=488458&do=profile&from=space: http://www.beiqixs.com/luntan/home.php?mod=space&uid=488458&do=profile&from=space
Citer
0 #17 Winnie 09-11-2017 14:43
I'm not sure where you are getting your info, but good topic.

I needs to spend some time learning more or understanding more.
Thanks for excellent info I was looking for this information for my mission.

Have a look at my web site: Jeannie: http://www.shanghaishichao.com/comment/html/index.php?page=1&id=32945
Citer
0 #16 Deborah 08-11-2017 22:22
I savor, lead to I discovered exactly what I
used to be taking a look for. You have ended my 4 day lengthy hunt!
God Bless you man. Have a nice day. Bye

Feel free to visit my blog - 0830akn.com: http://0830akn.com/comment/html/?26931.html
Citer
0 #15 Minnie 08-11-2017 14:42
I am really loving the theme/design of your weblog.
Do you ever run into any internet browser compatibility issues?
A couple of my blog audience have complained about my blog not operating correctly
in Explorer but looks great in Firefox. Do you have any tips to help fix
this issue?

my site - Cnxklm.com: http://Cnxklm.com/home.php?mod=space&uid=3805360&do=profile
Citer
0 #14 Norris 08-11-2017 06:35
Hey! This is my first visit to your blog! We are a group of
volunteers and starting a new project in a community in the same niche.
Your blog provided us beneficial information to work on. You have
done a wonderful job!

my web page ... Fallon: http://griffithzone.com/UserProfile/tabid/61/userId/8326956/Default.aspx
Citer
0 #13 Maybell 06-11-2017 09:54
We stumbled over here by a different web address and thought I might as well check things out.
I like what I see so i am just following you. Look forward to looking
over your web page again.

Feel free to visit my site ceme online: http://site.zjhd.pw/comment/html/?385020.html
Citer
0 #12 Denice 03-11-2017 04:49
Your style is so unique compared to other folks I have read stuff from.
I appreciate you for posting when you have the opportunity, Guess I'll just bookmark this page.


Here is my site :: www.nzchina.Co.nz: http://www.nzchina.Co.nz/home.php?mod=space&uid=172629&do=profile&from=space
Citer
0 #11 Leoma 02-11-2017 20:37
Woah! I'm really loving the template/theme of this website.
It's simple, yet effective. A lot of times it's very hard to
get that "perfect balance" between usability and visual appeal.
I must say that you've done a amazing job with this. Additionally,
the blog loads extremely fast for me on Opera. Exceptional Blog!


Feel free to visit my blog post - bandar ceme: http://www.audiobucket.net/forum/profile.php?id=76975
Citer

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés