Ministère solidarité

Changement générationnel à la tête du pouvoir français : Pourquoi pas au Mali ?

La victoire éclatante d’Emmanuel Macron, un jeune de 39 ans seulement est perçu comme un message fort aux vieux briscards présidents africains. Pour le cas malien, 2018 s’annonce une année électorale où déjà beaucoup de candidats se positionnent. Et si le scenario Holland-Macron servait d’exemple au Mali en 2018, avec la présentation des jeunes à l’élection présidentielle.

A l’image de François Hollande qui a passé la main à E. Macron, les acteurs (vieux) de la vie politique malienne doivent songer à passer le relais aux plus jeunes, en renonçant par exemple à se présenter au profit des jeunes en 2018.

IBK peut renoncer à se présenter soit au profit de son fils Karim Kéïta, président de la commission de défense de l’assemblée nationale ou Moussa Timbiné actuellement premier vice président de l’assemblée nationale et non moins président des jeunes du Rassemblement pour le Mali.

Le même schéma pour la famille Urd où Soumaila Cissé peut céder à Me Demba Traoré ou Dr Madou Diallo. Le parti Adema qui a un sérieux problème  de leadership peut positionner un jeune leader pour la présidentielle de 2018 comme Lazard Timbely, président du mouvement des jeunes ou Sidi Dagnoko, le patron de sprint Mccan.

Idem pour le parti FARE où Modibo Sidibé qui peut désister pour  Abba Maiga, le benjamin des candidats en 2013.

Si ce scenario est inimaginable pour certains dans un pays où le pouvoir est réservé  aux vieux retraités, il pourrait par contre, être une réelle opportunité pour la gouvernance car, il existe bien des jeunes cadres compétents, capables et ambitieux.

Dily Kane

mali24

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés

Creampie