Accord pour la paix et la réconciliation au Mali : Les Imghads et Alliés optent pour une relecture pure et simple

Les Imghads et Alliés sont convaincus de l’impossibilité des termes de l’Accord pour la paix et la réconciliation à régler la crise dans sa dimension actuelle. Une façon de prôner la relecture de l’Accord issu du processus d’Alger. Une relecture que le Président du PARENA, Tiébilé Dramé, avait demandé le 30 juin 2016 lors d’une journée de réflexion  sur le  thème « Regards croisés sur les contraintes politiques, institutionnelles et constitutionnelles de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la réconciliation au Mali », organisée par la Fondation Balanzan de l’ex-diplomate Moussa Makan Camara. Cette déclaration du CSIA et du GATIA que nous publions en intégralité conforte la prise de position du Président du PARENA.

Le Conseil Supérieur des Imghads et Alliés (CSIA) et le Groupe d’Autodéfense Imghads et Alliés (GATIA) ont tenu une rencontre du 02 au 3 février 2018 à Ahina, commune rurale Anchawadj 90 km à l’Est de Gao.

Les débats ont porté sur quatre thèmes essentiels à savoir :

  • La cohésion sociale
  • La réconciliation nationale
  • La situation d’insécurité généralisée
  • La mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et de Réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

La rencontre

  • se félicite de la participation d’une délégation du Conseil d’Orientation de la Communauté IDAKSAHAK et celle du Mouvement pour le Salut de l’Azawad (MSA), conduite par son Secrétaire Général Monsieur Mossa Ag Acharatmane.
  • constate avec une très grande préoccupation l’interconnexion entre la crise du nord du Mali et celle du centre avec une tendance progressive vers le sud du pays.
  • est convaincue de l’impossibilité des termes de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger à régler la crise dans sa dimension actuelle.
  • demande au gouvernement de la République du Mali, aux autres parties signataires et à la médiation Internationale d’en tirer toutes les conséquences, par l’ouverture immédiate d’un espace de dialogue inclusif pour une prise en charge de toutes les défaillances de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.
  • fait remarquer l’urgence de nouvelles solutions consensuelles (tout en préservant les acquis de l’APR) adaptées aux dimensions actuelles de la crise.
  • appelle à une réconciliation sincère et rapide de toutes les composantes de la société malienne.
  • appelle à procéder à l’indentification des pistes menant vers une parfaite cohésion sociale.
  • réaffirme son engagement dans la recherche d’une paix durable au Mali et dans toute la sous-région.
  • constate avec amertume et regret le retard pris dans l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.
  • condamne avec la dernière énergie les récentes violences dans les communes de Boni, Talataye, Anchawadj, Soumpi et sur toute l’étendue du territoire national. Présente ses condoléances attristées aux familles des victimes et ses vœux de prompt rétablissement aux blessés.
  • encourage et remercie le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ibrahim Boubacar Keïta pour ses efforts inlassables pour un Mali apaisé et réconcilié avec lui-même.
  • invite le gouvernement, les mouvements signataires et les partenaires du Mali à restaurer d’urgence la protection des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national.

Le Conseil Supérieur des Imghads et Alliés et le GATIA sont convaincus que la résolution de la crise actuelle passe absolument par les nouvelles réponses pragmatiques aux revendications légitimes des populations locales, cadrées sur le triptyque : Paix – Liberté – Egalité.

Ahina, le 03 février 2018

La rencontre

Source: Le Challenger

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*