Recrudescence des attaques contre les FAMAs : Préservons la vie de nos braves soldats !

Boulkéssi, Rharous, Dogofri, Almoustrat…. Les dernières semaines ont été particulièrement meurtrières pour les Forces armées de défense et de sécurité du Mali (Fama). De braves soldats souvent très jeunes tombent sous les balles des forces djihadistes terroristes. Attaque suicide, pose de mines ou embuscade ! Voilà les modes opératoires fréquemment utilisés par les groupes terroristes pour endeuiller la nation malienne. Les « vomis » de la communauté internationale continuent dans leur logique de montrer à la face du monde entier que ce sont eux les vrais maîtres des lieux. Le message d’Iyad Ag Ghaly et de ses alliés semble clair : sans eux, pas de paix durable.

La communauté internationale a fait ses choix. Les enfants gâtés du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) qui n’ont jamais renoncé à leur projet séparatiste sont invités sur la table des négociations. De même que certains islamistes recyclés au sein du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) avec la complicité du clan de Blaise Compaoré et de son ex-ministre des Affaires étrangères, Djibril Bassolé. Dans l’imaginaire populaire, il n’y a pas de différence entre les responsables du MNLA et du HCUA et les terroristes d’Iyad et alliés. Pas de différence entre ceux qui tuent nos braves soldats aujourd’hui et ceux ont égorgé des jeunes militaires en 2012 à Aguelhok de manière atroce. Pas de distinction entre ceux qui sont logés dans des grands hôtels aux frais du contribuable malien et Iyad et sa bande de semeurs de deuils.

La communauté internationale a imposé un accord de paix dont les termes de référence ont été rédigés par ses émissaires. Deux ans après, la situation sécuritaire est loin d’être reluisante même si les armes ne crépitent plus entre l’armée malienne et les groupes signataires de l’Accord. Pas de désarmement ! Pas de cantonnement ! Pas de retour des services sociaux dans la majorité des zones du nord ! Kidal reste aux mains des responsables de la Coordination des mouvements de l’Azawad avec la complicité de la communauté internationale ! Les Fama sont régulièrement sous les balles des groupes djihadistes avec d’énormes pertes en vie humaine et en moyens matériels !

Le Président de la République et son gouvernement commettent une grosse erreur en épousant aveuglement la doctrine occidentale de lutte contre le terrorisme. Il faut se démarquer de cette doctrine si nous voulons avoir la paix. Les pays occidentaux, à l’image de l’ancienne puissance coloniale, vivent et se nourrissent de la lutte contre le terrorisme. Pour la défense de leurs intérêts stratégiques, les dirigeants de ces pays n’hésitent pas à sacrifier leurs concitoyens. Pour la libération de ses otages, la France négocie avec les terroristes en versant des millions.

Pourquoi le Mali ne peut-il pas négocier avec les terroristes pour avoir la paix ? Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, doit faire preuve de courage politique en décidant d’ouvrir le dialogue avec Iyad Ag Aghaly et Amadou Kouffa. Et cela, conformément aux recommandations de la conférence d’entente nationale.

Epargnons et préservons la vie de nos soldats !     

Chaka Doumbia

Le challenger

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés