50% des appuis budgétaire de l'UA sont d'origine non-africaine, déplore le ministre togolais des AE

Le ministre togolais des Affaires étrangères Robert Dussey a déploré le fait que 50% des appuis budgétaires de l'Union Africaine soient d'origine non-africaine.

"Le problème actuel, c'est que nous avons un financement qui fait honte à nous Africains. Près de 50% de nos financements viennent des bailleurs non-africains. Ce n'est pas normal quand on veut avoir son propre destin en mains, de se faire financer par les autres", a déploré lundi le ministre togolais, cité par le journal "Icilomé".

Il assiste aux côtés du chef de l'Etat et de la délégation togolaise à la 29ème session ordinaire de la conférence des chefs d'Etats et de gouvernements de l'UA.

Cette "honte" dont parle le ministre Dussey semble avoir été décelée depuis; ce qui a valu des instructions au président rwandais Paul Kagamé d'organiser un certain nombre de réformes avec à l'affût la question de financement de l'organisation pan-africaine.

L'établissement d'une nouvelle taxe de 0,2% sur toute exportation vers le continent africain, devrait permettre de pourvoir dorénavant à 80% des besoins du financement de l'UA, selon un plan proposé par Kigali, quelques mois plus tôt.

(Rédacteurs :Wei SHAN, Guangqi CUI)

Source: Xinhua

 

Adoption de la résolution 2364 : La France se félicite

La France se félicite de l'adoption de la résolution 2364  du conseil de sécurité des Nations unies renouvelant le mandat de la MINUSMA (29 juin 2017. Hier, à l'unanimité, de la résolution 2364 du conseil de sécurité des Nations unies, qui renouvelle le mandat de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Cette résolution confirme le mandat robuste que le conseil de sécurité a confié à la MINUSMA, en soutien du processus de paix. Elle renforce le soutien des casques bleus au redéploiement des forces de défense et de sécurité maliennes ainsi que la coopération entre les Casques bleus, la nouvelle Force conjointe du G5-Sahel et les forces françaises.

La France réaffirme son plein soutien à l'action de la MINUSMA en faveur de la paix et de la stabilisation du Mali et appelle tous les acteurs maliens à accélérer la mise en œuvre de l'accord de paix.

Source : Ambassade de France au Mali

 

Sommet de la CEDEAO: Engagement israélien d’une valeur de 1 milliard de dollars dans le secteur de l’énergie solaire de la CEDEAO

Signature du contrat de 20 millions de dollars pour le premier parc solaire du Liberia à l’arrivée du premier ministre Netanyahu ; « De l’énergie pour le peuple africain », a déclaré le député israélien Neguise

MONROVIA, Libéria, 5 juin 2017/ -- Dans le cadre du protocole d’entente signé aujourd'hui entre l’État d’Israël et la CEDEAO, le promoteur israélien de premier plan dans le secteur de l’énergie solaire va investir 1 milliard de dollars au cours des quatre prochaines années dans le but de faire progresser les projets d’énergie verte à travers les 15 pays membres de la communauté économique ouest-africaine.

« En l’honneur des deux mandats de la présidente Ellen Johnson Sirleaf et de l’amitié du Liberia avec l’État d’Israël, Energiya Global et ses partenaires internationaux vont financer et construire un parc solaire d’envergure commerciale à l’aéroport international Roberts, qui fournira 25 % de la capacité de production du pays », a indiqué le PDG, Yosef I. Abramowitz. « Nous sommes prêts à financer et à construire les premiers projets solaires de démonstration nationale dans tous les pays affiliés à la CEDEAO afin de promouvoir la stabilité politique et le développement social et économique, ainsi que le transfert de connaissances. »

Energiya Global et ses sociétés affiliées ont développé le premier parc solaire d’envergure commerciale en Afrique subsaharienne au Rwanda, qui fournit 6 % de la production énergétique du pays, et le groupe a innové lors du développement d’une installation de puissance semblable au Burundi, qui assurera 15 % de la production énergétique du pays avant la fin de l’année. Le groupe solaire détient des parcs à différents stades de développement dans dix pays africains et prévoit d’annoncer son programme complet lors du sommet Israël-Afrique qui aura lieu au Togo à la fin du mois d’octobre.

Le premier ministre israélien Binyamin Netanyahu a prévu aujourd'hui de s’adresser pour la première fois aux 15 chefs d’État ouest-africains de la CEDEAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest), ainsi qu’aux responsables de l’Union africaine. Le premier ministre annoncera « le retour d’Israël vers l’Afrique » et fournira un aperçu des innovations technologiques en matière d’agriculture, d’eau, d’énergie verte, etc. susceptibles de contribuer au développement économique de l’Afrique de l’Ouest. 

L’investissement de 20 millions de dollars sera mis en place lorsqu’Israël et la CEDEAO signeront dimanche un protocole d’entente historique destiné à promouvoir les investissements, la technologie et la coopération.

« Si l’on considère les 600 millions d’africains sans électricité, l’État d’Israël peut aider les chefs des États africains à fournir l’énergie nécessaire au peuple africain », a indiqué Avraham Neguise, membre de la Knesset et Président du caucus du parlement israélien sur les relations Israël-Afrique qui a accompagné le premier ministre. « Nos objectifs humanitaires et diplomatiques sont soutenus par le secteur privé, qui peut travailler rapidement et efficacement pour améliorer la vie de millions de personnes. Je tiens à remercier mon ami Yosef Abramowitz pour ses investissements dans le secteur de l’énergie solaire en Afrique. Nous attendons avec impatience de travailler avec la CEDEAO pour déployer 1 milliard de dollars au cours des quatre prochaines années, à commencer par ce premier investissement de 20 millions de dollars au Liberia par Energiya Global. »

Une séance de travail entre la CEDEAO, des représentants de l’État d’Israël et Abramowitz aura lieu lundi matin à Monrovia pour planifier le déploiement des investissements dans le secteur de l’énergie verte en vue d’accomplir le protocole d’entente signé par le premier ministre Netanyahu et le Président de la CEDEAO.

Le coordonnateur américain de Power Africa, Andrew Herscowitz, a souligné l’importance du travail d’Energiya Global en déclarant : « En tant que partenaire fondateur de Power Africa, Energiya Global continue de démontrer son leadership dans le secteur grâce à cet investissement important au Liberia. L’accroissement de l’accès à l’électricité et de la production énergétique constitue le fondement de la prospérité économique et du développement humain. Nous sommes impatients d’observer l’impact transformateur d’Energiya Global sur la vie du peuple libérien. »

« Nous sommes fiers de participer à la génération d’une énergie de pointe et propre pour le Liberia », a ajouté Remy Reinstein, directeur d’Energiya Global pour le pays. « Nous sommes honorés d’avoir l’approbation de la Présidente Johnson Sirleaf du Liberia et du premier ministre israélien Netanyahu, dont les initiatives ont permis le développement durable du Liberia ».

Distribué par APO pour Energiya Global.

Irak: Un sniper canadien abat un djihadiste de Daesh à une distance de 3,5 Km

Un sniper canadien déployé en Irak est parvenu à tuer un djihadiste à 3 540 mètres de distance, rapporte le journal canadien Globe and Mail. Il s’agit du record confirmé du tir d’élimination le plus long du monde.

Le tireur d’élite, membre de la Joint Task Force 2, a mis hors d’état de nuire un membre de l’organisation de l’Etat islamique.

Record battu de près d’un kilomètre

A titre de comparaison, le précédent record était moins long d’un kilomètre. Le tir avait été réalisé par le Britannique Craig Harrison, qui avait touché sa cible à 2.475 mètres de distance au cours d’une mission en Afghanistan, en 2009.

C’est quasiment le double du record du soldat américain Chris Kyle, héros du film American Sniper de Clint Eastwood. Durant une opération en Irak en 2008, ce tireur d’élite de la marine américaine était parvenu à abattre une cible située à 1 900 mètres de distance.

 

Une opération « secret défense »

La cible du sniper canadien était un membre de Daesh. « Le tir en question a interrompu une attaque contre les forces de sécurité irakiennes », détaille une source militaire anonyme, l’opération étant classifiée, c’est-à-dire classée « secret défense », précise LCI.

Pour les forces alliées déployées en Irak, le recours aux snipers plutôt qu’à des bombes représente un avantage tactique certain. « Plutôt que de lâcher une bombe qui peut potentiellement tuer des civils, c’est une application très précise de la force. Et parce que cela s’est produit à une tellement longue distance, l’ennemi n’avait aucune chance de savoir ce qu’il se passait », selon le Globe and Mail.

 

Le tir a été effectué avec un fusil McMillan TAC-50 depuis un poste en hauteur. Il a été vérifié par vidéo et par d’autres données (sans que celles-ci soient précisées), avant d’être confirmé par les autorités.

Source: 20minutes

 

Turquie : prédicateur Gülen sous la menace d’une déchéance de nationalité

Le prédicateur Fethullah Gülen, deux députés du principal parti prokurde et 127 autres Turcs ayant fuit le pays sont concernés par cette menace de déchéance.

Le gouvernement turc a annoncé lundi avoir entamé des démarches afin de retirer la nationalité à 130 fugitifs, dont le prédicateur Fethullah Gülen, accusé d’avoir ourdi un putsch manqué en juillet dernier, et des députés prokurdes.

Déchus de leur nationalité s’ils ne rentrent pas en Turquie. Au total, 130 ressortissants sous le coup d’une convocation de la justice turque, mais qui se trouvent actuellement à l’étranger, se verront déchus de leur nationalité s’ils ne rentrent pas sous trois mois en Turquie, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans le Journal officiel.

Parmi les 130 personnes concernées, dont les noms sont publiés, figurent Fethullah Gülen, ainsi que deux députés du principal parti prokurde de Turquie (HDP), Tugba Hezer Oztürk et Faysal Sariyildiz. Si ces personnes « ne retournent pas en Turquie sous trois mois (…), il sera publiquement proclamé qu’elles ont perdu leur nationalité turque, aux termes des décrets-lois » publiés sous l’état d’urgence instauré après la tentative de putsch du 15 juillet.

Fethullah Gülen, l’ennemi public numéro 1. Désigné par Ankara comme l’instigateur du coup de force, malgré ses dénégations, Fethullah Gülen réside depuis la fin des années 1990 aux États-Unis. Depuis le coup d’État manqué, la Turquie demande instamment son extradition, mais ses requêtes sont jusqu’ici restées lettre morte, une situation qui empoisonne les relations entre Ankara et Washington.

Des purges de grande ampleur. Après le putsch avorté, les autorités turques ont lancé des purges d’une ampleur inédite : quelque 50.000 personnes ont été arrêtées et plus de 100.000 limogées ou suspendues. Ces purges visent les partisans présumés du prédicateur Gülen, mais également des médias critiques et le HDP, dont les deux dirigeants ont été incarcérés.

EUROPE1.FR

 

Sous-catégories

© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés