Commune II du district de Bamako : arnaque au CSCOM de l’Hippodrome

Il y a quelques jours, l’Institut national de formation des travailleurs sociaux (INFTS), sis à l’Hippodrome en commune II du District de Bamako, a lancé son concours d’entrée 2017. Dans les dossiers de candidature, figure les certificats de visite et de contre-visite délivrés par les services de santé.

Puisque l’INFTS se trouve à quelques cents mètres du Centre de santé communautaire (CSCOM) de l’Hippodrome, ou encore l’Association de santé communautaire de l’Hippodrome (Asacohi), la plupart des candidats ont préféré rechercher ledit certificat dans ce Centre de Santé, afin de faire leur dépôt de dossiers, le plus rapidement, car le délai de rigueur n’était pas long.

Face à cette demande abondante, les agents de santé ont tout simplement augmenté le prix du document à 2000 Fcfa. Or, ce certificat est officiellement cédé à la somme de 1000 Fcfa partout au Mali. Cette arnaque envers les usagers est fréquente dans beaucoup de nos centres de santé qui ont été laissés à eux-mêmes, sans contrôle du département de tutelle.

Ousmane DIAKITE

Le Sous-préfet d’une localité déclare : « c’est une chance pour moi de serrer la main de Modibo Sidibé »

Encadré

Le Sous-préfet d’une localité déclare : « c’est une chance pour moi de serrer la main de Modibo Sidibé »

« L’homme est l’un des rares administrateurs que le Mali ait jamais connu. C’est Dieu qui a voulu que je serre la main de Modibo Sidibé avant ma retraite prévue en décembre prochain. Bonne chance à vous ! »

 

Krémis : Modibo Sidibé a fait un don de matériels médicaux au centre de santé communautaire de la localité de Kremis. Le technicien de la santé lui a adressé ses vifs remerciements pour ce geste.

Modibo Sidibé rend visite à l’homonyme de son épouse, Astou Thiam

L’ancien Premier ministre a désormais une seconde femme à Kremis, un bébé à qui on a donné le nom de Astou Thiam. Le nouveau-né, sa mère et sa grand-mère, ont bénéficié de la largesse de Modibo Sidibé  à travers une enveloppe qui leur a été remise.

Rassemblés par M.L.F

 

De la carte d'identité biométrique à la carte NINA, Cissé et ses soutiens à l'œuvre !

Face à l'argent facile, certains fonctionnaires de l'Etat, des ministres et des membres du cabinet du Premier ministre, se démènent comme un beau diable afin de satisfaire Cissé Technologie. À celui-ci, ils vont jusqu’à lui fournir des correspondances confidentielles, des documents secrets.

Ils commencent à être découverts petit à petit. D'autres commencent à payer les conséquences de leur collaboration avec le sieur Cissé. C'est le cas de l'ancien directeur des finances et du matériel du ministère de la Santé et de l'hygiène publique, Souleymane Traoré. Celui-là même qui rédigeait les correspondances de M. Cissé. Avant d’être victime de ce même Cissé. Pis, Souleymane Traoré doit bientôt répondre de ses malversations et autres usages de faux dans l'affaire de la dette intérieure du Mali.  

Au fait, M. Cissé  n’est pas un citoyen modèle. D’autant qu'il n'est pas en règle vis-à-vis du Fisc, des impôts. Il doit plus de 100 millions de FCFA à la direction générale des impôts. Question : un tel individu doit-il postuler à un marché public ?

Pourtant, il lui arrive même d’être adjudicataire de certains marchés publics.  Bénéficiant en cela de la bénédiction de fonctionnaires véreux de l’Etat. Il est déjà auréolé de la bénédiction du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, surtout, de l'entourage immédiat du ministre- général, Salif Traoré. Lui qui ne croit d'ailleurs plus en ses chances de rester dans le gouvernement à cause des affaires de vols d'armes, de groupes électrogènes et d’équipements à la police. Plaident encore en sa défaveur les malversations nées des derniers recrutements à la police.

Selon nos informations, M. Cissé a été reçu le week-end passé par le ministre-général Salif Traoré. Par ailleurs, le PM devrait se méfier de Sidiki Camara, de son cabinet, qui est en train d’orienter M. Cissé vers ses portes, à travers Amadou Touré, directeur de cabinet de la primature. Lequel, selon nos sources, aurait monnayé sa «prestation».  

Une autre question non moins pertinente est celle-ci : pourquoi donner le marché de la carte d'identité biométrique à Cissé Technologie, à raison de 6000 FCFA l'unité, alors qu’un décret confère à la carte NINA la qualité de pièce d'identité nationale et même de document de voyage dans les espaces UEMOA et CEDEAO ? Cette carte NINA est aussi biométrique et a été délivrée à zéro franc. Aux arnaqueurs !

Carte d'identité nationale biométrique sécurisée CEDEAO couplée a l'assurance maladie

Selon nos informations, dans un premier départ le ministère de la sécurité a travers son DFM et par courrier N 0629-MSPC-DFM du 05 Mai 2016, a sollicite l'accord de la DGMP -DSP pour la passation par entente directe du marche relatif a la fabrication et fourniture de la carte d'identité sécurisée  avec la société Cisse Technologie aux motifs que cette société dispose d'une part d'un accord exclusivité au Mali pour la fourniture de titres d'identité, de la société imprimerie nationale de France, et d'autre part d'un accord d'exclusivité de la société CEGEDIM. Malgré ce montage l'entente n'a pas acceptée par DGMP, il n'a pas donne de temps des le 16 Mai 2016 il a répondu et cela par courrier N0140/MEF-DGMP-DSP tout en invitant le ministère de la sécurité a organise un appel d'offres  ouvert. C'est sur la base des points précédents et par courrier N0263/MSPC-DFM du 14 juin 2016 la  DFM du ministère de la sécurité a transmis le projet d'appel d'offres a la DGMP pour avis juridique et cette dernière a donne son avis suivant lettre N02009/MEF-DGMP-DSP du 14 juin 2016. Et ce dossier d'appels d'offres concernait 1 000 000 cartes. La séance d'ouverture de plis a eu lieu le 21 juillet 2016. Quatre dossiers ont été vendus et 3 sociétés ont déposé des plis. C'est a l'issue de cet appel que le ministère de la sécurité a propose Cisse technologie comme attributaire provisoire du marche. Alors que Cisse Technologie a propose la caret a 13000 FCFA, contre 2 269 et 9438 FCFA. C'est ainsi que le rapport de dépouillement et de jugement a été transmis a la DGMP accompagnes des originaux des offres pour avis juridique. Après analyse le DGMP a émis des réserves sur le dossier tout en demandant de rendre l'appel d'offres infructueux et de procéder a un nouvel appel d'offres. C'est pour cela qu'il y a eu des doutes sur le marche, parce que Cisse Technologie est plus  cher a l'ouverture des plis et c'est a son nom qu'une demande d'entente directe avait ete introduite avant la proceddure d'appel d'offres... A suive  

Sinaly KEÏTA

Le reporter

Modibo Sidibé brave l'impraticable route en période d’hivernage

Pour accéder aux localités de Kirane, Lankanguemou, Kakhoulou vers la  frontière mauritanienne, il faut forcément emprunter  la route de Kremis située à 45 km de la ville Yélemani. En cette période d’hivernage,  la route est un véritable calvaire pour les engins à  deux et  quatre roues.  « Rares sont les personnalités qui se rendent dans ces localités éloignées de la ville de Kayes », témoignent  les populations. Malgré cet obstacle, l'équipe de Modibo Sidibé a jugé opportun d’effectuer le déplacement afin de s’imprégner des difficultés des populations. C’est vers 18h que la délégation a pris la route sous la pluie, accompagnée de vents violents. Il faut 5 h pour parcourir une distance de 45 km avec des véhicules tout-terrain. Au cours de ce périple, les véhicules s'embourbent à chaque 3 km. Pour ne rien arranger, le vent violent balance les véhicules. N’eut été l'expérience des chauffeurs, le cortège allait finir dans la forêt. S’il faut saluer le professionnalisme des conducteurs, le Président des Fare a marqué les idées. Lorsqu’un véhicule s'embourbe, Modibo Sidibé retrousse les manches de sa chemise et y met la main. Il traverse les marigots à pieds. C’est vers 23 h que la délégation est arrivée à Kremis.

Le parti FARE au chevet des sinistrés des inondations à kakhoulou dans le cercle de Yélémani

Suite à l'inondation du village kakhoulou dans la commune de Kremis, le Président du parti FARE Modibo Sidibé a volé au secours des populations. C’est d’ailleurs la raison principale de la mission du parti FARE, dans la localité de Kremis chef lieu de la commune. Le président Modibo Sidibé s’est rendu dans la localité pour constater les dégâts matériels provoqués par l'inondation.

Après la visite des lieux, il a remis une somme symbolique au chef de village Mamadi Dembélé. Sous le coup de l'émotion, le chef de village n’a pas eu de mots pour le geste. Il s’est limité à faire des bénédictions. Bangui Traoré, vice-président de l'association Dankane, la plus puissante association de la région de Kayes, a remercié la délégation des FARE pour cette présence à leurs côtés.

Modibo L. Fofana

 Mali24

Forum International des Investissements au Mali : c’est du 7 au 8 décembre !

La salle de réunion du ministère de la Promotion de l’investissement et du Secteur privé a servi de cadre à une session d’information sur la tenue du Forum international des investissements au Mali et ses attentes pour le Mali. C’était le vendredi 18 août 2017.

La session d’information était animée par le ministre de la Promotion de l’investissement et du Secteur privé, Koniba Sidibé, qui avait à ses côtés un représentant de toutes les structures relevant de son département et des partenaires techniques et financiers.

Dès sa prise de parole, le ministre Koniba Sidibé précisera que ce Forum se situe dans la perspective d’une relance économique au Mali, l’un des défis majeurs de la mobilisation des ressources nécessaires pour réaliser les investissements dans les secteurs prioritaires de développement et contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations maliennes.

Organisé par le ministère de la Promotion de l’investissement et du secteur privé, en collaboration avec le groupe de la Banque mondiale et d’autres partenaires techniques et financiers, le Forum «Invest in Mali  2017» vise quatre objectifs fondamentaux : faire connaître les opportunités d’investissement et changer le narratif sur le Mali ; faire connaître aux investissements potentiels que le climat des affaires au Mali est suffisamment attrayant et compétitif ; développer entre opérateurs privés des partenariats stratégiques dans les domaines prioritaires de développement de notre pays ; partager les bonnes pratiques de promotion de l’investissement en vigueur dans les différents pays.

Par ailleurs, le Forum «invest in Mali» regroupera des représentants de gouvernements, d’entreprises locales et étrangères, la diaspora malienne, les partenaires et financiers du Mali et d’autres institutions internationales, les médias nationaux et internationaux.

Quant à l’organisation dudit Forum, selon le ministre Koniba Sidibé, c’est l’agence pour la promotion des investissements au Mali (API-Mali) aura la charge de cette tâche avec l’assistance technique de HOPSCOTCH, une agence de communication spécialisée dans  l’organisation d’activités évènementielles et capitalisant une grande expérience sur le plan international.  

À en croire le ministre Koniba Sidibé, la sortie de crise au Mali passe par la solution sécuritaire d’une part, et par un développement inclusif du pays nécessitant une forte augmentation de l’investissement, d’autre part. Pour lui, le secteur privé étant le moteur de la croissance dans notre stratégie de développement, la promotion de l’investissement privé prend une dimension stratégique. Plus loin, il ajoutera que le gouvernement a adopté la politique nationale de promotion des investissements (Pnpi) et son plan d’action 2017/2019. C’est en «application de cette politique, le ministère de la promotion de l’investissement et du secteur privé organisera les 7 et 8 décembre 2017 à Bamako, un Forum consacré à la promotion de l’investissement national et étranger appelé ‘’Invest in Mali 2017», a-t-il indiqué.

Signalons que, pour la réussite de l’événement, il a été procédé à la constitution d’un portefeuille de projets d’investissement bancables dont la mise en place du site dédié au Forum pour servir de produit d’appel aux investisseurs potentiels et permettre la signature au cours du Forum de contrats de partenariat pour la réalisation de certains de ces projets.

Pour ce faire, il est prévu la participation active de toutes les parties prenantes au dispositif organisationnel ; une forte implication dans la promotion du Forum «Invest in Mali» 2017 de l’ensemble des dirigeants et représentants de l’Etat, y compris les représentations diplomatiques et consulaires du Mali à l’étranger ; la mise en œuvre par le ministère de la promotion de l’investissement et l’Agence pour la promotion des investissements (API-Mali), d’une série de «road shows» ou  (pré-fora) dans les zones où il existe un potentiel important d’investisseurs que la «destination Mali» pourrait intéresser ; et enfin, il est également prévu de multiples initiatives de promotion économique et le renforcement de la présence du Mali à de grandes rencontres économiques internationales en Europe, en Amérique, au Moyen-Orient, comme en Asie ou en Afrique.

Au terme de la rencontre, le ministre Koniba Sidibé a indiqué que le Forum se déroule sous le parrainage effectif du président de la République, chef de l’Etat, un témoignage de l’engagement politique fort pour l’événement.

Ousmane DIAKITE/ Stagiaire

Source: Le Reporter

Sous-catégories

© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés