ADEMA-PASJ : Une quarantaine de membres fondateurs appellent à voter contre IBK

Dans une déclaration qui nous est parvenue, une quarantaine de membres fondateurs de l’Adéma-PASJ rejettent la « résolution forcée de soutien au Président Ibrahim Boubacar KEITA,  candidat extérieur à notre parti ». Ils appellent surtout « les militants et militantes, sympathisants et sympathisantes de la Ruche à opposer une résistance déterminée et organisée aux velléités d’affaiblissement de leur parti… » . Nous vous proposons l’intégralité de leur déclaration.

 

DECLARATION SUR LA NECESSAIRE RENAISSANCE DE Adema-P.A.S.J.

« Devons-nous ? Pouvons-nous laisser faire ? »

Cette année 2018 en raison des échéances électorales prévues, est une période charnière dans la vie de notre pays. La communauté nationale dans toutes ses composantes observe avec beaucoup d’appréhensions le processus de préparation de l’élection présidentielle (première échéance des élections générales à venir). Les acteurs politiques en général et les partis en particulier qui ont vocation à conquérir le pouvoir affûtent leurs armes.

Notre parti, Adéma-P.A.S.J. a engagé dès le début de l’année 2017 le processus de désignation de son candidat à l’élection présidentielle de 2018. Dès l’entame, la conduite de ce processus en raison de la place de choix qu’occupe ce parti sur l’échiquier politique et des enjeux liés à cette élection présidentielle a naturellement suscité l’intérêt de l’opinion nationale, africaine voire internationale.

Dès la 15ème Conférence Nationale tenue le 25 mars 2017 les délégués ont « invité le Comité Exécutif (C.E.) à engager dans les meilleurs délais, le processus du choix du candidat à l’élection du président de la République  de 2018 ».

Le 27 mars 2018 la 16ème Conférence Nationale : « invite le Comité Exécutif à boucler le processus du choix du candidat à l’élection présidentielle de 2018 à la fin du mois d’avril 2018 au plus tard » conformément à l’article 64 des Statuts.

Les recommandations issues de ces instances  traduisent ainsi la volonté de la majorité des délégués des structures de base du Parti de mettre fin à  cette  politique  appelée  « stratégie d’accompagnement » pratiquée depuis 2002.

Le peuple d’Adéma-P.A.S.J. était donc en droit d’attendre la désignation d’un candidat interne à l’issue de la dernière instance (la Conférence Nationale extraordinaire du 19 mai 2018).

Au lieu de s’atteler à la mise en œuvre de ces recommandations (mandat des délégués) les premiers responsables du Comité Exécutif Parti useront de subterfuges, de manœuvres dilatoires pour retarder la prise de décision, entretenant l’hypothétique candidature de Dioncounda Traoré  avec  comme point culminant à une ridicule et humiliante passe d’armes épistolaire entre le Président et le Secrétaire Général du parti.

Les tenants de la stratégie de l’accompagnement n’auront rien épargné aux militants pour atteindre leur objectif : maintenir arrimé coûte que coûte le grand Adema-P.A.S.J. à l’attelage du parti au pouvoir.

C’est ainsi que le 19 mai 2018 à l’issue de la 3ème Conférence Nationale extraordinaire du parti Adema-P.A.S.J. tenue sous tension et haute pression, le Comité Exécutif a annoncé la « décision » du parti de ne pas présenter de candidat et de soutenir la probable candidature  du Président sortant Ibrahim Boubacar KEITA.

Faisant fi de l’important enjeu que constitue le choix d’un candidat à l’élection présidentielle, la résolution issue du rapport d’orientation politique du Comité Exécutif est adoptée par acclamation contre la volonté de la majorité des délégués qui exigeaient un vote.

La procédure adoptée en matière de désignation du candidat à l’élection présidentielle est sans précédent dans les annales du parti. Elle constitue une violation des règles démocratiques qui devraient régir le fonctionnement d’un parti démocratique.

Le Parti se trouve ainsi pris en otage par quelques responsables de  sa  direction  au mépris de  la volonté de la base.

Notre parti qui a certes traversé de nombreuses crises au cours des 2 dernières décennies fait face  aujourd’hui à une des épreuves les plus douloureuses de son existence.

Cette « décision/résolution » a suscité la colère, la consternation, l’indignation, l’humiliation, l’incompréhension chez les militants, les sympathisants, et au-delà chez de nombreux démocrates maliens comme africains qui continuent de faire part de leur inquiétude, quant à la survie du parti et l’avenir de la démocratie malienne.

L’atmosphère tendue dans laquelle se sont déroulés les travaux et les multiples pressions exercées par les partisans du soutien à Ibrahim Boubacar Keita, ont fini de convaincre de l’existence d’un véritable plan de déstabilisation (voire de  destruction) du Parti.

A l’ouverture de la Conférence Nationale extraordinaire, le Président du Parti a lancé cet appel : « Gardons à l’esprit que dans notre pays, nous sommes les héritiers d’un riche patrimoine politique dont les maîtres mots sont la discipline, le débat d’idées dans la courtoisie, le droit à la différence dans le respect mutuel, la protection de l’intérêt supérieur du pays entre autres ». En effet, ce sont, entre autres, les mêmes  valeurs et les principes sur lesquels les membres fondateurs ont créé le Parti et auxquels des millions de Maliens ont adhéré.

Mais quelles réponses le Président du Parti et ses soutiens ont-ils eux-mêmes réservées à cet appel ?

Par la violation des textes du parti et le mépris de la volonté ferme de la base militante, et cela simplement à des fins personnelles et pour pérenniser les Abeilles dans le rôle d’accompagnatrices des régimes en place, au lieu de travailler à consolider le parti, à renforcer sa base, à maintenir son leadership sur l’échiquier politique national et sa réputation au niveau africain et international.

Par la conduite plutôt cavalière des débats allant jusqu’à l’exclusion des délégués présumés favorables à la candidature interne et le refus de procéder au  vote.

La controverse est ainsi ouverte :

Lesquels sont majoritaires ?

Les partisans de la candidature interne ou les gestionnaires du Parti qui veulent soutenir le Président sortant dès le 1er tour ?

Nous, membres fondateurs et militants d’Adema-P.A.S.J, signataires de la présente déclaration :

Dénonçons ces pratiques du Comité Exécutif qui constituent une violation flagrante des principes démocratiques et mettent le Parti en péril ;

Rejetons cette résolution forcée de soutien au Président Ibrahim Boubacar KEITA,  candidat extérieur à notre parti ;

Considérons comme nulles et de nul effet les sanctions prononcées contre les camarades « coupables » de non-respect des décisions illégitimes ;

Appelons tous les militants et militantes, sympathisants et sympathisantes de la Ruche, fidèles à l’Appel au Peuple malien lancé le 26 mai 1991 par les fondateurs d’Adema, le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice, à opposer une résistance déterminée et organisée aux velléités d’affaiblissement de notre parti , à se tenir mobilisés pour la Reconstruction de leur maison fortement ébranlée sur la base de son projet de société toujours actuel.

Ce faisant, nous contribuerons à renforcer et à consolider les acquis démocratiques et à restaurer la confiance des Maliens aux vertus de l’engagement politique.

Fait à Bamako, le 18 juillet 2018

Ont signé :

Richard TOE, militant en C. VI du District de Bamako.

Drissa SIDIBE, ancien Secrétaire Général de la Section de la Commune IV.

Sergent Guédiouma SAMAKE, sympathisant à Ouélssébougou.

Pr. Ali Nouhoum DIALLO ancien Secrétaire politique du C.E, Président d’Honneur du parti.

Mohamed El Makyou DIALLO, sympathisant à Bamako.

Mme TRAORE Sali TAMBOURA, militante.

Bintou SANAKOUA, ancienne député.

Ousmane SY, ancien Secrétaire Politique du Comité Exécutif.

Samba DIALLO, ancien membre du Comité Exécutif.

Mahamadou Balla CISSE, militant.

Mohamed TRAORE, ancien membre du Comité Exécutif.

Mme SY Kadiatou SOW, Section de Nioro du Sahel, ancienne Secrétaire Générale Adjointe du Comité Exécutif.

Mme DIALLO Fatoumata CAMARA militante, ancienne ministre.

Sanou Lamine SOW, ancien membre du Comité Exécutif.

Amadou Alioun SARR, militant  à Magnambougou Bamako.

Konimba DEMBELE, membre de la Section de Sikasso ancien député.

Alexis KALAMBRY, militant.

Mamoudou SIDIBE, militant en Commune I du District de Bamako.

Oumar SOW, militant Commune V du District de Bamako.

Hamidou TRAORE, Conseiller municipal en Commune V du District de Bamako.

Modibo TRAORE Secrétaire Général de Sous-section en Commune V.

Kalifa TRAORE Jeunesse du parti en Commune V du District de Bamako.

Modibo TRAORE, militant en Commune II du District de Bamako.

Oumar DIALLO dit Bako, militant en Commune V du District de Bamako.

Dougoukolo SANGHO, militant en Commune III du District de Bamako.

Boubacar BAGAYOKO, militant en Commune IV du District de Bamako.

Ibrahima Kanty SISSOKO, militant en C. I du District de Bamako.

Cheick FALL, militant en C. V du District de Bamako.

Pr. Modibo TOGOLA, militant en C. I du District de Bamako.

Ouandji DIARRA, militant en C. IV du District de Bamako.

Hamadoun BAH, militant  à Bamako.

Salif BAH, militant en C. IV du District de Bamako.

Mamadou Oury BAH, militant à Bamako.

Amadou LAURA, militant à Bamako.

Diala DIAKITE, militant à Ségou.

Mme COULIBALY Alima TRAORE, militante en C. II du District de Bamako.

Cheick Pléah, militant à Bamako.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *