Béléco-Flalah (Dioila): Un ancien ivoirien poignarde à mort son fils avant de se fusiller lui-même

Dans la matinée du samedi 12 janvier dernier une histoire abracadabrantesque s’est produite à Béléco-Flalah, une bourgade située à 1 Km de la ville de Béléco, région de Dioïla. Dans ce petit village, un vieux de Senou Sangaré a poignardé à mort son fils avant de se suicider à l’aide d’un fusil. Comment en est-il arrivé là ?

Le fils ainé du vieux Sangaré devrait marier sa dulcinée dans un village non loin du sien. Dans les villages avant la célébration du mariage il y a plusieurs préalables. Les démarches coutumières sont un peu nombreuses. Ainsi, après le mariage religieux, le fils ainé du vieux et son demi-frère, Yaya Sangaré, devraient sacrifier à une tradition légendaire bien établie dans la localité. De quoi s’agit-il ? Avant le déménagement de la nouvelle mariée chez son mari, celui-ci et ses amis et proches vont faire une nuit de causerie dans la belle famille. Une occasion au cours de laquelle, le marié se surpasse pour faire plaisir à la belle famille. Pour manifester sa joie d’épouser leur fille, il regroupe une fortune pour payer des cadeaux à ses beaux parents. Il fait tout pour honorer les besoins exprimés par la belle famille. C’est dans ce cadre que le samedi dernier, le fils ainé du vieux Sangaré devrait sacrifier à cette tradition (Muso baro), la nuit de causerie dans la belle famille. Pour la réussite de son offensive de charme, sa mère lui avait offert 3 sacs d’arachides en guise d’aide qu’il devait vendre pour renforcer sa tirelire. C’est ainsi que le demi-frère du fils ainé, Yaya Sangaré, est parti annoncer cette nouvelle au vieux. Il a informé le vieux que l’argent de ces 3 sacs d’arachides ne devrait suffire pour faire toutes les dépenses qu’ils comptaient faire. Il a proposé au vieux de vendre qu’il vende sa jeune brebis pour compléter l’argent. Il ne le fallait pas. Le vieux a compris que le jeune venait se venter. Sans mot dire à quelqu’un, il entra dans sa chambre. Le jeune Sangaré crut qu’il entrait pour lui apporter autre chose. C’était méconnaitre les mauvaises intentions de l’ancien rebelle ivoirien. Il sortit de sa chambre avec un coupe-coupe et contre toute attente l’enfonçant immédiatement dans les côtes de son fils (le fils à son grand frère). Le jeune ensanglanté prit ses jambes à ses coups pour se sauver. Malheureusement, il n’a pas pu être sauvé à cause de la quantité de sang qu’il perdue sur la route. Il arriva mort au centre de santé de Béléco.

Entre temps, le vieux prit un fusil traditionnel, le chargea et tira sur lui-même pour se suicider. D’après nos informations, ce montre serait un habitué des crimes. Il aurait fait la rébellion en Côte d’Ivoire où il aurait tué beaucoup de personnes. Plus récemment, il y a trois mois, il était parti dans son village pour tuer sa femme. Il a fallu l’intervention du chef de village pour l’en empêcher. L’humanité est débarrassé d’un assassin qui n’avait pas certainement dans ce bas monde.

Youssouf Diallo      

La lettre du peuple      

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *