Billet : Les gendarmes couchés et notre circulation routière

« Gendarme couché  » par-ci, « gendarme couché par-là » c’est pratiquement l’expression consacrée pour désigner les dos d’ânes ou ralentisseurs longeant les voies publiques.

Longeant nos rues, voies publiques et artères principales, « ces   gendarmes couchés » (Véritable insulte pour cette belle unité de l’armée nationale) obligeant le conducteur à ralentir tirent leurs origines de Fana. En effet, dans les années 1989 1990 un camion-citerne n’ayant pas pu freiner percuta des forains à Fana avec un bilan lourd de plusieurs  morts. Excédées par cette tragédie, les populations de Fana érigèrent  des gendarmes couchés le long des routes. Tel un appel d’air, à l’instar de celle de Fana, les populations des zones urbaines et péri urbaines ont  réalisées à l’emporte-pièce ces prétendues digues d’autoprotection. Parfois même sans autorisation. Diantre ! Le gendarme peut-il réglé coucher ce qu’il n’a pu  gérer debout? En tous cas, elles y croient dur comme fer et continuent de  les ériger….

Alpha Sidiki Sangaré

Laisser un commentaire