Budget d’Etat consacré à l’Hygiène et l’assainissement : Le GSB rendu public un rapport d’analyse des trois dernières années.

C’était lors d’un atelier de restitution à la direction du GSB à l’Hippodrome.

WaterAid Mali en collaboration avec le Groupe de Suivi Budgétaire a initié l’étude relative à l’analyse des parts du Budget d’Etat consacrées ces trois dernières années à l’assainissement et à l’hygiène au Mali. L’assainissement et l’hygiène sont deux composantes de la protection de l’environnement qui constituent des préoccupations majeures du Gouvernement du Mali.

L’objectif global recherché par la présente étude est la sensibilisation et l’accompagnement des décideurs dans un cadre concerté pour un meilleur financement de l’assainissement et de l’hygiène au Mali afin de permettre à l’Etat d’atteindre ses objectifs.

Bissidy Diabaté, coordinateur des programmes du groupe de suivi budgétaire révèle que qu’au cours des travaux, des difficultés ont été rencontrées  surtout lors de la collecte des données relatives aux dotations budgétaires en termes de prévisions et de réalisations. Selon lui, ces difficultés n’ont pas pour autant entaché sérieusement l’accomplissement de leur mission.

A l’en croire, seul le Ministère de l’Education Nationale n’a pas répondu favorablement à leur requête. En conséquence et sur la base des données collectées au titre des prévisions et réalisations des budgets-programmes, l’analyse a débouché sur les résultats qui sont entre autres les prévisions budgétaires du Cadre stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable du Mali (CREDD) en 2016-2018 qui sont en progression régulière en ce sens qu’elles sont passées de 10 349 900 000 FCFA en 2016 à 12 236 874 000 FCFA en 2017 pour finalement atteindre 14 429 811 000 FCFA en 2018.

Selon le constat fait par le GSB, les prévisions budgétaires de l’Etat connaissent une baisse tendancielle dans toutes les divisions à l’exception de celles consacrées à la gestion des déchets qui ont légèrement augmenté en 2017 avant de stagner en 2018 (4 850 000 000 FCFA en 2016 ; 5 500 000 000 FCFA en 2017 et 5 500 000 000 FCFA  en 2018).

« En revanche, le budget d’Etat ne fait que croître sur la période sous revue en raison principalement, nous semble-t-il, de pouvoir mieux répondre aux impératifs de changement que la conjoncture économique et sociale impose », a martelé M. Diabaté coordinateur au GSB.

En prévision, la part allouée à l’assainissement du Ministère de l’Environnement, on note une tendance baissière en 2017 (37,26 milliards Francs CFA) par rapport à 2016 (46,325 milliards). Par contre, il y a une hausse très importante de cette part en 2018 (71, 047 milliards Francs CFA) comparativement en 2016 et en 2017.

En effet, les prévisions du Budget du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique ont connu une baisse significative de 39,57% entre 2016 et 2017.  On note également une diminution de 50,30% entre 2016 et 2018.

En réalisations, on observe un taux de 27,72% en 2016, 49,4% en 2017 et  60, 01% en 2018. En prévisions, la part du budget du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique destinée à l’Hygiène et à l’assainissement n’a subi aucune variation au cours de la période 2016 – 2017. Elle a  par contre connu une hausse de 19,65 % en 2018. En réalisation, on constate un taux de 89,3% en 2016, 76,37%  en 2017, et 31,89% en 2018.

En somme, la protection de l’environnement impose aux structures concernées des mesures plus salutaires pour la préservation de notre qualité de vie et celle des générations futures. C’est pourquoi, au lieu de se contenter des réalisations comprises entre 30 à 40% fréquemment constatées, le GSB propose qu’il serait souhaitable d’intensifier les efforts consentis jusqu’ici à la consolidation des acquis pour atteindre 90 à 95 %. Cet accroissement de réalisations progressif et accentué permettra à WaterAid d’assumer efficacement son rôle dans l’exercice de ses missions et attributions.

« S’agissant du cas particulier du Ministère de l’Education Nationale, il faut noter que le Groupe de Suivi Budgétaire a adressé un courrier officiel au Ministre le 28 août 2018. Ce dernier n’a pas réagi durant toute la phase de collecte des données et même au-delà », a conclu le coordinateur Diabaté du GSB.

Bourama Camara

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *