CANAM : les réformes salvatrices engagées par le DG Mahamane Baby

Depuis son arrivée à la tête de la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam), il y a plus d’une année, Mahamane Baby, le directeur général, a entrepris de grandes réformes tendant à améliorer les conditions d’accès à l’Assurance maladie obligatoire (Amo).

Pour assurer une gestion efficace et efficiente des ressources humaines et financières, tout en améliorant  les relations entre  la  Caisse nationale d’assurance maladie (CANAM) avec ses partenaires, la direction générale de la Canam, sous le leadership de Mahamane Baby, a entrepris de grandes réformes stratégiques.

La renégociation à la baisse (-15%) de tous les contrats de bail

Il s’agit entre autres de la mise en place des stratégies de réduction des charges de gestion ; l’opérationnalisation des bureaux régionaux ; la mise en place progressive des points focaux dans les régions ; la mise en œuvre de certaines recommandations majeures du conseil d’administration, de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) et d’autres missions d’audits externes et internes ; les dispositions prises au niveau des prestataires pour réduire la fraude.

Concernant les stratégies pour la réduction des charges de gestion, elles ont consisté à la réduction des dépenses relatives aux missions (NDLR : réduites de 57% en 2020), la suspension du paiement de presque toutes les commissions, la renégociation à la baisse (-15%) de tous les contrats de bail, l’arrêt des dotations aux agents depuis octobre 2019.

C’est dans ce cadre (la réduction des charges de gestion) et sur recommandation de la CIPRES, que les contrats des agents d’appui mis à la disposition des structures sanitaires n’ont pas été renouvelés. Ce qui a permis à la Canam de faire une économie notable. À titre illustratif,  elle a dépensé pour la prise en charge de ces agents plus de 826 millions de CFA en 2019 et seulement plus de 352 CFA du 1er janvier au 30 juin 2020.

L’arrêt de la campagne d’enrôlement biométrique le 31 décembre 2019 participe de la volonté de Mahamane Baby d’économiser de l’argent. Cette campagne, selon nos informations, a coûté à la Canam plus de 5 milliards de FCFA (2016-2019) dont plus d’un milliard de FCFA en 2018.

L’autre réduction des charges de gestion concerne la diminution des subventions. Ainsi, au 1er trimestre 2019, les subventions s’élevaient à plus de 298  FCFA contre plus de 178 FCFA au 1er trimestre 2020, soit une baisse de 40%.

Sur recommandation du conseil d’administration de la Canam, le DG Mahamane Baby a aussi mis fin au paiement des indemnités, autres que les jetons de présence, allouées aux membres du conseil d’administration conformément aux recommandations de la CIPRES.

Une lutte acharnée contre la fraude

La lutte contre la fraude constitue une des préoccupations majeures de Mahamane Baby. Ce d’autant qu’il nous est revenu que l’ancien ministre de l’Emploi est convaincu que si on ne met  pas un frein à la fraude, la Canam pourrait mettre la clé sous le paillasson. Et cela dans un avenir très proche. Car  tous les rapports d’audits, y compris ceux de la CIPRES, relèvent des cas de fraude. 

C’est dans ce cadre qu’un plan d’action a été élaboré en vue de mieux organiser la détection et la lutte contre les agissements frauduleux qui portent préjudice à l’assurance maladie, et proposer des sanctions à l’encontre des auteurs desdits agissements. À cela s’ajoutent la mise sur pied du Comité de pilotage de lutte contre la fraude, la Commission médicale et la Commission technique. Les OGD (Organismes de Gestion Délégués) et les Ordres professionnels de santé sont membres de toutes ces commissions.

Par ailleurs, une source proche de la Canam a indiqué au journal Le Wagadu que Mahamane Baby est venu trouver des cas de détournement avérés des ressources. Il a, selon la même source, tenu à ce que l’on recouvre les montants.

Une économie de 3 à 4 millions par mois

D’autres réformes et non les moindres ont aussi été engagées par le DG de la Canam. Parmi celles-ci, on peut retenir : la migration vers le logiciel Activ Premium et l’instauration du ticket d’accréditation (Ndlr : sur ce point voir encadré) et enfin l’interdiction des actes de laboratoire dans 76 cabinets et cliniques privées.

Cette dernière mesure va permettre à la Canam d’économiser la somme de 3 à 4 millions par mois. Avec l’arrêt du remboursement de ces prestations au niveau desdites structures, le montant remboursé à ces structures ne dépasse guère 200 000 francs CFA par mois.

En perspective, Mahamane Baby prévoit l’opérationnalisation du Régime d’assurance maladie universelle au Mali (RAMU) en janvier 2021, et la mise en place progressive des points focaux dans les régions (Gao et Tombouctou).

L’application de ces réformes est considérée par beaucoup comme des avancées notoires en matière de rationalisation des dépenses (réduction des dépenses) et un gage de bonne gestion du régime de l’Assurance maladie obligatoire

Abdramane Sissoko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *