Caricatures du prophète en France : Le Haut Conseil Islamique appelle à un rassemblement aujourd’hui à la grande mosquée de Bamako

Le Haut Conseil Islamique du Mali( HCIM) a appelé, hier, à un grand rassemblement, ce mercredi 27 octobre 2020 à partir de 14 heures, à la grande mosquée de Bamako. Objectif : dénoncer la publication des caricatures du prophète Mahomet et les déclarations du président français Emmanuel Macron suite à l’assassinat de Samuel.

Selon les responsables du HCIM, il faut dénoncer l’affaire et montrer une position unifiée des musulmans du Mali sur le refus catégorique de toucher au prophète. En plus de ce rassemblement, d’autres actions sont en cours : une déclaration de condamnation commune des musulmans du pays, des prêches de condamnation lors des activités du Maouloud de cette année qui ont déjà commencé.

Dans plusieurs pays musulmans, des manifestations ont eu lieu pour dénoncer les propos jugés « scandaleux »» du président français Emmanuel Macron s’exprimant sur l’affaire du professeur décapité, Samuel Paty. Le président français avait déclaré : « nous ne renoncerons pas aux caricatures. »

Beaucoup de musulmans voient en cette sortie médiatique du président français, une énième offense pour ne pas dire insulte dirigée contre l’Islam. Professeur d’histoire et de géographie, Samuel Paty avait montré des caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression. Il a été, par la suite, décapité par un jeune réfugié tchétchène de 18 ans.

Appel au boycott des produits français

Pour répliquer, en accusant le président français d’être antimusulman, quelques pays du monde musulman ont lancé des appels à boycotter les produits français. Face à cette levée de bouclier, le ministère français des affaires étrangères parle d’une instrumentalisation à des fins politiques. « Ces appels dénaturent les positions défendues par la France en faveur de la liberté de conscience, de la liberté d’expression, de la liberté de religion et du refus de tout appel à la haine. Ils dénaturent également et instrumentalisent à des fins politiques les propos tenus par le président de la République le 2 octobre dernier aux Mureaux et lors de l’hommage national à Samuel Paty, visant à lutter contre l’islamisme radical, et à le faire avec les musulmans de France, qui sont partie intégrante de la société, de l’histoire et de la République françaises», lit-on dans un communiqué publié dimanche par le ministère français des Affaires étrangères. En conséquence, précise Paris, les appels au boycott sont sans aucun objet et doivent cesser immédiatement, de même que toutes les attaques dirigées contre notre pays, instrumentalisées par une minorité radicale. « Les ministres ainsi que l’ensemble de notre réseau diplomatique sont entièrement mobilisés pour rappeler et expliquer à nos partenaires les positions de la France, notamment en matière de libertés fondamentales et de refus de la haine, appeler les autorités des pays concernés à se désolidariser de tout appel au boycott ou de toute attaque contre notre pays, accompagner nos entreprises et assurer la sécurité de nos compatriotes à l’étranger. »

M.K. Diakité

Le republicain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *