CLIN D’OEIL CORONAVIRUS AU MALI:L’INFORMATION PEUT RASSURER

Nous avons vu il y’a quelques temps Adiaratou Traoré, une jeune malienne qui étudie en Chine faire une vidéo. La jeune dame a adressé un véritable SOS à l’endroit des autorités maliennes pour non seulement montrer que des maliens vivent dans l’épicentre du coronavirus, mais aussi qu’ils ont besoin d’aide.

Dans les commentaires sous la vidéo de la jeune dame, les avis étaient bien différents. Certains ne sont pas pour que les autorités aillent les chercher, d’autres pensent que ce sont des maliens qu’ils doivent rentrer chez eux. Pour les premiers le Mali n’est pas techniquement prêt pour les accueillir, pour les seconds, un État doit s’assumer.

Nous, nous pensons que le coeur ne résout rien. Notre État n’est pas assez organisé pour les recevoir aujourd’hui, ces étudiants. Nous sommes au-devant de beaucoup d’autres difficultés. Mais, nos autorités peuvent agir à l’instar du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Conakry pour ne citer que ces pays, en posant des actes qui rassurent et qui prouvent aux citoyens qu’ils ne sont pas abandonnés.

Le Sénégal a compris que la mise en quarantaine des villes provoque la pénurie et la cherté des aliments, ses gouvernants ont envoyé 900 Euros soit 600.000fcfa à tous ses étudiants en place. Aussi ces pays cités ont demandé à leur diplomates en place de maintenir des contacts soutenus avec leurs ressortissants, ils ont négocie pour que des prises de température régulière soient faites sur leurs citoyens. Ils ont organisé ensemble la semaine passée une conférence d’informations sur la maladie pour outiller leurs médecins.
Le Sénégal a même préparé tout un local à l’hôpital Fann pour recevoir d’éventuels cas.
Ces pays donnent quotidiennement des informations â leurs populations pour les rassurer.

Au Mali, nous sommes de grands voyageurs, pourtant nous avons l’impression que rien n’est fait pour protéger les populations, ou pour recevoir un cas qui surviendrait. Cette survenance peut aggraver la faiblesse d’un pays en crise politique et institutionnelle grave.

Que nous soyons au moins informés que nous sommes protégés, que des mesures sont prises, qu’il y’a une organisation contre le coronavirus chez nous.

Macké Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *