Koulikoro : Les femmes des licenciés de l’HUICOMA bloquent le cortège présidentiel

Le Président de la République, de retour de la cérémonie de sortie de la 38ème promotion de l’EMIA , a été forcé de s’arrêter pour écouter les femmes des licenciés de l’Huilerie Cotonnière du Mali (HUICOMA), ce vendredi 07 juillet 2017.

L’événement spectaculaire a eu lieu à Koulikoro situé à 60 km de la capitale malienne. Le cortège présidentiel du Mali qui revenait de la cérémonie de sortie de la 37ème promotion de l’Ecole Militaire Inter arme (EMIA), a été bloqué par les femmes des licenciés de l’USINE devant laquelle ces dames sont restées sous le soleil de 8 h à 13 heures. Si le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) est passé sans jeter un clin d’œil à ces dames, à son retour, il a été obligé de s’arrêter devant la détermination des épouses en détresse qui brandissaient des pancartes et banderoles.

Sorti de son véhicule présidentiel, le Président IBK a fondu en larmes lorsque les épouses des licenciés ont exprimé leur situation extrêmement précaire et pitoyable.

Selon le correspondant de mali24 à Koulikoro, les femmes ont remis une déclaration au Président Kéïta dans laquelle on retient deux points à savoir : la réouverture de l’HUCOMA et le plan social des licenciés et compressés. Selon les témoignages sur place, le Président IBK a rassuré les femmes de la cité de Meguetan qu’il va essuyer leurs larmes en ouvrant l’HUICOMA comme il l’avait promis lors de la campagne en 2013.

Après 4 ans de son mandat, c’est le statuquo.

Rappelons que le vendredi 30 juin dernier les populations sont sorties massivement pour décrier le silence des autorités sur la situation de l’HUICOMA. Au cours de cette marche, les manifestants disaient niet aux élections tant que l’usine n’était rouverte.

L’huilerie cotonnière du Mali (HUICOMA), est une usine considérée comme la mamelle nourricière de l’économie de cette ville. Depuis son arrêt en 2007, c’est le malaise social et l’effondrement de l’économie de cette ville avec comme conséquences les divorces et les décès liés à la déception des licenciés.

Dily Kane

Mali24

 

Commentaires   

0 #4 Wali Keita 13-07-2017 19:11
Sidibé c'est president IBK qui a melangé le pays. Sa famaille est devenue une institution, il n'a pas de programme ni de vision pour le Mali. Il a menti au peuple. C'est normal que les femmes cherchent aussi leur part
Citer
0 #3 Sidibe 08-07-2017 19:35
Mon Frère Kane, nos braves femmes qui étaient au bord de la route au passage du cortège n'avaient pas bloqué le véhicule du Président de la République. C'est lui qui a fait arrêter son cortège et est descendu pour les rencontrer. Je pense que ce pays a besoin de calme, de compréhension, de vérité. La photo que vous montrez en support de votre information n'est pas celle correspondant au cortège du Vendredi. Cette escalade de violence que certains cherchent à vulgariser dans notre pays n'est dans l'intérêt de personne. Regardons les autres pays et acceptons-nous car nous devons tous nous battre ensemble pour le bien commun. Nos Institutions ont besoin de Protection et c'est à nous de Les consolider. Merci de votre compréhension.
Citer
-1 #2 Madoudia 07-07-2017 22:48
Ces prostituees femmes veulent violenter notre president ou était les gardes corps
Citer
0 #1 Diouma kata 07-07-2017 22:45
Ibk a berne encore les femmes. Elles de vraiment lui huer pour la fasse promesse
Citer

Ajouter un Commentaire


© Copyright MALI 24 – Avenir Média/Mali 2013. Tous droits réservés