Conférence nationale extraordinaire de l’ADEMA-PASJ : Les assises de la fracture

La conférence nationale extraordinaire de l’ADEMA-PASJ tenue le 19 mai dernier à l’hôtel Maeva Palace de Bamako a été sans aucun doute les assises de la fracture. La décision de soutenir le candidat Ibrahim Boubacar Kéïta sans vote des délégués a plongé l’ancien parti au pouvoir dans une énième crise.
L’ADEMA PASJ confronté à un problème de choix d’une candidature interne a commencé sa descente à l’enfer le samedi dernier. Et pour cause, ce géant n’a pas échappé à une désintégration dès l’annonce d’un soutien à la candidature du candidat Ibrahim Boubacar Keita à l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.
Le pronostic vital de « l’abeille solitaire » pour reprendre une expression de Feu Mamadou Batourou Diaby est engagé depuis le désistement du professeur Dioncounda Traoré qui a décliné l’offre d’être le porte étendard de l’ancien parti au pouvoir. Aujourd’hui, de nombreuses abeilles ne veulent pas prendre le chemin de la ruche. Pour la simple raison que le comité exécutif du parti a décidé lors de la conférence nationale extraordinaire du 19 mai dernier à l’hôtel Maeva Palace de soutenir la candidature du camarade Ibrahim Boubacar Kéïta sur fond de contestation.
Ce soutien d’IBK a volé le parti en éclat. Pour preuve, Dramane Dembélé le deuxième vice-président a claqué la porte en appelant ses partisans à l’investiture du candidat interne de l’Adema le 25 mai. Quant à Kalifa Sanogo, il traite les partisans d’IBK notamment Tiemoko Sangaré, Yaya Sangaré, Abdel Karim Konaté, Adama Sangaré et autres ventres dodus, les vendus à IBK au détriment du parti.
A l’hôtel Maeva Palace, les jeunes massés devant la porte brandissaient les pancartes et banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « l’Adema ne sera pas un club de soutien d’IBK », « la candidature interne ou rien ».
En plus, d’autres cadres du parti reprochent au comité exécutif de l’ADEMA d’imposer le choix du candidat aux militants tout en ignorant les textes du parti. Makan Diallo, le délégué de la commune VI fustige que le parti a refusé de procéder au vote car, ils ont demandé seulement aux délégués d’acclamer le soutien à IBK. « Par contre nous étions nombreux dans la salle qui voulaient voter non à ce soutien. C’est une honte pour notre parti de s’aligner derrière un homme qui n’a pas de considération à nos égards », fustige Makan Diallo. La base de l’ADEMA va-t-elle suivre le mot d’ordre du comité exécutif ? La question reste ouverte dans la mesure où beaucoup des responsables ont claqué la porte avant la fin des travaux.
Dily Kane
Mali24

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *