Coopération Mali-France : Le ministre Jean-Yves Le Drian à Bamako pour signer cinq projets majeurs d’un montant de 92 milliards FCFA

Le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République française est en visite au Mali depuis ce matin. Au cours de son séjour de 48 heures (25 au 26 octobre 2020), le patron de la diplomatie française, après des échanges avec les autorités de la transition, signera 5 conventions de l’Agence française de développement pour un montant total de plus de 92 milliards de francs CFA (140 M€). Ces conventions portent sur des projets très concrets, répondant aux principaux besoins des populations du Mali à savoir : l’amélioration du réseau électrique national, l’amélioration de l’accès en eau potable pour 6 localités du Mali, l’autonomisation des femmes, « filets sociaux » de lutte contre la pauvreté notamment par le biais de transferts monétaires et enfin l’accompagnement de la Banque nationale de développement agricole du Mali.

Selon de le communiqué de presse de l’Ambassade de France au Mali, dans le cadre de la matérialisation concrète de l’engagement de l’Alliance Sahel au Mali, trois de ces cinq projets font l’objet de cofinancements : avec la Banque mondiale pour les projets relatifs à l’autonomisation des femmes et aux « filets sociaux » ; avec la Banque européenne d’investissements pour le projet « Boucle haute tension Nord de Bamako ».

Détail des 5 conventions à signer à l’occasion du déplacement (92 MdCFA soit 140 M€)

1. Boucle haute tension nord de Bamako

Prêt de 36,3 MdCFA rétrocédé à EDM, signature par le MEF et le ministre Le Drian

Pour réduire les coûts de revient de l’énergie, la société Electricité du Mali s’est tournée vers les réseaux internationaux interconnectés et la production des grands barrages de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Les projets de lignes entre ces sources et Bamako sont en cours, notamment le renforcement de la ligne Manantali-Bamako et les interconnexions Guinée-Mali, Ghana-Burkina-Mali, et Côte d’Ivoire-Mali.

Le projet de Boucle, véritable « ceinture électrique » autour de Bamako, a été programmé en deux phases. La première, dite Boucle Sud, accueillera les interconnexions et est localisée sur le pourtour sud de la capitale. La seconde, dite Boucle Nord, accueillera quant à elle l’énergie venant du barrage de Gouina, et de fermes photovoltaïques comme Kita.

Le projet Boucle Nord a pour objectifs de répondre à la demande croissante d’améliorer la stabilité du réseau, de permettre à EDM d’augmenter la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays tout en réduisant sa dépendance aux cours des hydrocarbures.

Le coût total du projet s’établit à 56,1 MdCFA (85 M€). Il est financé par l’AFD (36,3 MdCFA soit 55 M€) et la Banque européenne d’investissements (19,8 Md CFA soit 30 M€).

2- Adduction Eau potable Villes secondaires

Prêt de 19,8 MdCFA rétrocédé à la SOMAPEP, signature par le MEF et le ministre Le Drian.

D’un montant total de 52,8 Md CFA (80 M€), ce projet vise à contribuer à l’amélioration des services d’eau potable dans 6 villes du Mali : Koulikoro, Ségou, San, Mopti-Sévaré, Bandiagara et Ménaka.

A la suite d’un premier financement de 32,9 MdCFA (50 M€) engagé par l’AFD en 2017, ce second prêt de 19,8 MdCFA (30 M€) permettra la réhabilitation et la réalisation d’infrastructures de production (forages, prises d’eau de surface et stations de traitement d’eau potable), ainsi que la réalisation d’ouvrages de stockage et d’adductions d’eau, pour répondre à la demande en eau à l’horizon 2030.

Il permettra également de raccorder aux réseaux d’eau l’intégralité des écoles et des centres de santé des six villes. Outre la réalisation de bornes fontaines qui seront implantées en concertation avec les habitants des quartiers concernés, le programme raccordera au moins 15 000 ménages.

Le projet financera également dans chacune des villes des campagnes de communication auprès des usagers des services d’eau, pour sensibiliser au bon usage de l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement.

3- Projet pour l’autonomisation des femmes et le dividende démographique, phase 2

Subvention de 6,6 MdCFA, signature par le MAECI et le ministre Le Drian

Le gouvernement du Mali a lancé en 2015, avec l’appui de la Banque mondiale, le

programme multi-pays d’Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (SWEDD en anglais). La finalité du projet est d’accélérer la transition démographique au Mali et de réduire les inégalités de genre en répondant aux déterminants profonds de la transition démographique, à savoir : l’accès et le maintien des filles à l’école, l’amélioration des « compétences de vie » et des connaissances en santé sexuelle et reproductive et, l’amélioration des opportunités économiques pour les jeunes filles et adolescentes.

Une première phase du projet (40 M$ pour le Mali entre 2015 et 2020) a permis de

démontrer la pertinence d’investir dans le capital humain, et en particulier dans

l’autonomisation des femmes. La deuxième phase dont il est question a pour objectifs : (i) d’accroître le nombre de bénéficiaires, (ii) de dynamiser les activités sur les régions où les besoins sont les plus prégnants (Kayes, Sikasso et Koulikoro) et (iii) de renforcer l’intervention du programme en matière d’offre de services de santé.

La contribution de 6,6 MdCFA de l’AFD fait passer le budget total du programme SWEDD Mali de 60 M$ à environ 71 M$. Le financement de l’AFD permettra d’atteindre 147 000 filles et adolescentes en plus du million de bénéficiaires visées par le financement de la Banque mondiale.

4. Projet de filets sociaux Jigisemejiri

Subvention de 6,6 MdCFA, signature par le MAECI et le ministre Le Drian.

Lancé par le Mali en 2014 avec l’appui de la Banque mondiale, le projet de filets sociaux Jigisemejiri vise à accompagner les populations pauvres du Mali hors des trappes de pauvreté. Jigisemejiri consiste en des transferts monétaires réguliers et des mesures d’accompagnement (bonnes pratiques en matière de nutrition, de santé, d’éducation et d’économie familiale). Cet accompagnement a été complété par le développement de mesures cherchant à renforcer la résilience des ménages.

La subvention de 6,6 MdCFA (10 M€) de l’AFD permettra : (i) d’accroître de 5000 le nombre de bénéficiaires pour le programme de transferts monétaires et de mesures

d’accompagnement ; (ii) d’expérimenter une seconde phase de subventionnement des primes versées par les bénéficiaires d’activités génératrices de revenus aux mutuelles ; (iii) de contribuer à la mise à jour et l’extension du registre social unifié (RSU) sur les communes fragiles du Mali, et plus généralement de la bande sahélienne.

5- Ligne de crédit à la Banque nationale de développement agricole (BNDA)

Prêt de 26,4 MdCFA en faveur de la BNDA (non souverain), assorti d’une subvention de 1,5 MdCFA et d’une garantie de 2,3 MdCFA, signature par DG BNDA et directeur AFD au Mali.

L’objectif principal du projet est d’accompagner la transformation de la BNDA pour conforter son positionnement et assurer la modernisation de ses processus internes et de ses outils de financement. Pour atteindre ces objectifs, le Projet comprend trois volets :

1. Une ligne de crédit à long terme de 26,4 MdCFA (40 M€) pour refinancer l’activité de financement de l’économie malienne de la BNDA.

2. Une subvention de 1,5 MdCFA (2,25 M€, dont 250 000 € de l’UE) pour financer une assistance technique et des primes d’équipement pour ses financements climat,

3. Une garantie de portefeuille EURIZ de 2,3 MdCFA (3,5 M€) sur les crédits en faveur des femmes (dont les crédits octroyés dans le cadre du projet ONU Femmes) et les régions Nord-Centre.

David

Source: Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *