Coronavirus : Le cas des mendiants

Ils vivent dans des conditions extrêmement difficiles et n’ont pas facilement accès aux mesures barrières encore moins aux soins de santé.

Par ces temps d’épidémie de coronavirus, tout le monde est exposé. Mais certaines catégories de citoyens le sont particulièrement en raison de leur mode de vie. Les mendiants en font partie. Eux qui passent le plus clair de leur temps dans les rues. Ce jeune talibé, la sébile accrochée au bras, lance : «Covid-19, je ne veux pas en être victime». Son témoignage tient lieu de message de sensibilisation sur les réseaux sociaux. C’est le cri de détresse d’une personne particulièrement exposée à la maladie à coronavirus.
à travers la mégapole bamakoise, les mendiants arpentent les rues et colonisent généralement les abords des stations service, des mosquées, des feux de signalisation. Ils occupent les trottoirs des grandes artères et semblent plus nombreux que les voyageurs dans les gares routières.
Beaucoup sont sans domiciles fixes et vivent dans la rue, dans des squats. Certains habitent dans des bidonvilles, des maisons délabrées dans des quartiers insalubres et mal famés. La pandémie du coronavirus a un impact négatif sur leurs gains journaliers. Les mesures barrières ayant amener beaucoup de gens à éviter tout contact rapproché, baisser la vitre de sa voiture pour donner des jetons à un mendiant peut être considéré comme un geste à risque.
En plus des pertes de recettes, beaucoup d’indigents n’ont pas la possibilité de respecter les gestes barrières. Impossible pour eux de rester à la maison. Ils sont obligés de sortir et de s’exposer à des contacts qui pourraient les contaminer.
Il est 9 heures environ. Nous arrivons au niveau d’un groupe de jeunes talibés postés au niveau d’un feu de signalisation au centre-ville. Connaissent-ils les mesures sanitaires annoncées contre la maladie ? Comment font-ils face à la situation ? Ont-ils peur ? Que pensent-ils de la maladie ? Le chef du groupe, Mody Konaté, serre la mine en entendant le mot «coronavirus» et lance : «Je ne crois pas au coronavirus». Le garçon et ses camarades sont convaincus que tout ce qui leur arrive de bien ou de mal, relève de la volonté de Dieu. «La maladie peut être vraie, mais moi j’ai foi en Dieu. C’est Lui seul qui peut me protéger de tout mal. Les mesures sanitaires ne peuvent pas freiner la propagation. C’est quelque chose qui circule dans l’air et qu’on respire par la grâce de Dieu. Je m’en remets à Dieu, le Tout-Puissant», soutient notre interlocuteur qui avoue qu’il passe des jours sans se laver les mains.

……….lire la suite sur lessor.site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *