Des mensonges pour envahir le Venezuela

Les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés sont en train de préparer l’opinion internationale à une intervention militaire pour renverser le Président de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolas Maduro, le successeur d’Hugo Chavez. Le Président Donald Trump a déclaré le 3 février dernier «qu’il considérait le recours à l’armée américaine au Venezuela comme une option face à la crise politique qui secoue le pays ». Les USA comme d’autres pays occidentaux mènent une guerre médiatique et diplomatique contre le gouvernement du Président Maduro. Ils ont reconnu comme «Président par intérim » du Venezuela, l’opposant Juan Guaido, destitué du poste de président de l’Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême. Cet opposant sorti de nulle part s’est autoproclamé président en exercice en prêtant serment lors d’une manifestation à Caracas.
Avant-hier, en Irak, à la recherche d’Armes de Destruction Massive toujours introuvables, ils ont tué Saddam Hussein. Hier, sur la base de mensonges, ils ont assassiné le Guide, Mouammar Kadhafi. Aujourd’hui, c’est le tour de Maduro du Venezuela.
« Ce pays est puni économiquement de l’intérieur et de l’extérieur pour son insoumission politique et sa volonté d’être libre », a souligné le journaliste français, Vincent Lapierre, dans une vidéo de 12 mn 19 secondes. A regarder absolument ! Ce journaliste français détaille les enjeux réels de la situation au Venezuela au-delà de ce qu’il qualifie de discours médiatiques. Selon lui, 1/3 des réserves mondiales du pétrole se trouve sous les pieds des Vénézuéliens. Cela attise les convoitises extérieures. Le Venezuela était sous la tutelle des USA jusqu’à l’arrivée au pouvoir du grand leader Hugo Chavez, père de la révolution bolivarienne. Le pétrole vénézuélien était exploité par les « sept sœurs », un groupe de multinationales.
Toujours selon le journaliste français, le peuple vénézuélien ne voyait jamais la couleur de l’argent du pétrole et l’élite politique, l’actuelle opposition à Maduro, recevait une petite partie de cette manne qui suffisait à la rendre milliardaire au milieu d’un océan de misère. C’est Hugo Chavez qui a mis fin à cette tutelle américaine.
A la tête du Venezuela, le Président Chavez a entrepris d’importantes réformes et a renationalisé l’industrie pétrolière au grand dam des américains. Les revenus de l’exploitation du pétrole sont redistribués aux populations. De gros efforts ont été faits en matière d’éducation et de réduction de la pauvreté. Grâce à Chavez, plusieurs pays d’Amérique Latine se sont émancipés de la tutelle américaine et ont noué des alliances avec la Russie et la Chine. Mais hélas, la grande alliance anti-impérialiste de l’Amérique du Sud s’est effritée avec la mort de Fidel Castro et d’Hugo Chavez.
Les médias du mensonge et de la propagande ne parlent pas des enjeux réels de la situation. Ces médias, à la solde d’intérêts puissants, ne parlent jamais des pressions économiques sur fond de chantages exercées sur le gouvernement du Président Maduro par les USA et leurs alliés, prêts à massacrer des paisibles citoyens d’autres nations pour sauvegarder leurs intérêts stratégiques. Ils ne parlent pas non plus des difficultés rencontrées par le Président Chavez et son successeur pour réussir la transformation de l’économie vénézuélienne afin de la rendre moins dépendante des importations extérieures !
La réalité est que les USA et leurs alliés veulent reprendre le contrôle du pétrole venezuelien. Aujourd’hui, ils sont prêts à tout pour remettre sous tutelle le Venezuela avec la complicité d’une élite traître. Ils veulent obtenir une soumission totale du Venezuela et le vol systématique de ses matières premières. Comme, ce fut le cas en Irak et en Libye. La démocratie et la protection des droits ne sont que de faux prétextes. La Russie, la Chine et d’autres puissances doivent se coaliser pour empêcher ce diktat des USA et de leurs alliés.
C.Doumbia
Source: Le Challenger

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *