Dialogue politique inclusif : La Société civile prépare sa contribution

Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, accompagné de plusieurs membres du Gouvernement dont le ministre en charge des Réformes Institutionnelles et des Relations avec la Société Civile, Amadou Thiam, a présidé le samedi 7 septembre dernier au CICB, l’ouverture des travaux de l’atelier national de réflexion sur la contribution de la société au Dialogue Politique Inclusif en cours. C’était en présence des présidents des Institutions de la République, du Corps diplomatique ainsi des partenaires au développement.

L’atelier a été organisé par le ministère des Réformes institutionnelles et des Relation avec la Société civile avec l’appui financière de la Minusma.

Durant deux (2) jours c’est-à-dire  du 07 au 08 septembre, environ 800 participants de la société civile venus dans 60 cercles du pays, de la diaspora et les 6 communes du district Bamako, en plus des experts, ont penché sur les voies et moyens de contribuer efficacement au processus du Dialogue politique inclusif en cours.

Après le discours de bienvenue de la maire de la Commune III du District de Bamako, Mme Djiré Mariam Diallo, le président du Conseil national de la société civile Boureima Allaye Touré a rappelé les réformes entreprises pendant la Transition de 1991, notamment l’instauration du multipartisme intégral et de l’état de droit, afin d’asseoir la République sur un État plus légitime et plus crédible à travers une bonne gouvernance des affaires publiques au niveau locale, régionale et nationale.  Selon le président du Conseil national de la Société civile, actuellement 8 régions sur 10 du Mali sont devenues ou peuvent devenir une base aérienne pour la facilitation d’attaques terroristes, de trafic de drogue, de prises d’otages avec des risques accrus sur toute l’étendue du territoire. Il a en outre justifié l’organisation du Dialogue Politique Inclusif par la fragilisation du tissu social, les pertes en vies humaines et la destruction de sites emblématiques du patrimoine culturel malien. « L’objectif que nous société civile assignons au Gouvernement pour le dialogue politique inclusif est l’instauration d’un climat social apaisé, afin d’apporter le soutien nécessaire aux mesures politique, économique et social et de restaurer la confiance et la sécurité pour un développement humain durable aux citoyens », a conclu Bouréima Allaye Touré.

Selon le ministre des Réformes Institutionnelles et des Relation avec la Société civile, aujourd’hui le Dialogue Politique Inclusif est apparu comme intournable aussi bien pour les autres générations, que pour  les pouvoirs publics. Amadou Thiam a saisi l’occasion pour réaffirmer la totale disponibilité de son département pour le renforcement des capacités de la Société civile en vue de sa contribution positive dans l’accompagnement du Gouvernement dans la plus grande satisfaction des besoins francs de collaboration.

Dans cette perspective, le ministre Thiam, a informé de la mise en place très prochaine des organes du Conseil consultatif de la Société civile et le Fonds d’appui aux initiatives de la Société civile pour leur mobilisation pour la mise en œuvre des réformes politiques.

Dans son allocution, le Premier ministre, Dr Boubou Cissé a souligné la nécessité que cet atelier débouche sur des recommandations pertinentes de la Société civile. Il a également pris l’engagement que les résultats de cet atelier feront l’objet d’une attention particulière du Gouvernement.

AMTouré

22 septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *