DIASPORA MALIENNE AU CONGO BRAZZA : Le CSDM enterre le HCME à Brazzaville

La semaine dernière, le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM), Mohamed Chérif Haïdara, à la tête d’une importante délégation, a séjourné au Congo Brazzaville. Un séjour historique, qui a marqué presque la mort du Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) dans le pays de Dénis Sassou N’Guésso. En effet, désormais, le HCME n’existe que de nom à Brazzaville. A part quelques responsables, le conseil de base des Maliens du Congo Brazzaville est confondu au Conseil pays du pays du CSDM.

Même à la pleine lune, il y a des étoiles qui brillent dans le ciel. Assurément le CSDM est devenu une de ces étoiles qui rayonne le ciel de la diaspora malienne, de surcroit, avec le vide laissé par la première faitière des Maliens de l’extérieur. Depuis sa création, il y a 3 ans, le CSDM s’est fixé comme ambitions la gestion de l’immigration et la défense des droits des maliens de la diaspora. Le mercredi 7 novembre dernier marque son implantation définitive  à Brazzaville et ensuite à Pointe-Noire au Congo. C’était au cours de l’assemblée générale constitutive du Conseil pays du CSDM Congo, en présence du président Mohamed Cherif HAIDARA, en séjour à Brazzaville. A la faveur de cette assise, le démembrement Congo, dirigé par Nouhou Daou, a été présenté à la délégation venue de Bamako.

Cette assemblée générale constitutive du Conseil pays du CPDM Congo ouvre une nouvelle ère chez la diaspora malienne dans le pays des Léopards. Dorénavant, les Maliens établis au Congo ont retrouvé l’espoir qu’ils avaient perdu, faute d’organisation qui défend leur intérêt. C’est pourquoi, l’essentiel des Maliens dans ce pays de l’Afrique centrale ont décidé de rejoindre le CSDM pour l’accompagner dans son combat pour la défense des intérêts de la diaspora malienne.

Adhésion massive au CSDM

En effet, ils sont plusieurs membres et responsables du Conseil de base des Maliens de l’extérieur à regagner le CPDM Congo. A commencer par le président du CDPM Congo, Nouhou Daou, qui était vice-président du Conseil de base des Maliens de Brazzaville. Parmi les démissionnaires, on retrouve Soria Gamby dit Général, Oumar Bocoum, chargé des affaires du HCME, Souleymane Gakoye Maïga, secrétaire général adjoint, Souleymane Maïga, secrétaire à l’organisation, Oumar Timbiné, président des ressortissants du grand nord au Congo, Zeinabou Baradji, présidente des femmes musulmane du Congo Brazza. Il faut signaler également la présence de tous les imams des différentes mosquées de Brazza à cette assemblée et qui ont formulé des bénédictions pour cette jeune association qui nourrit de grandes ambitions pour les Maliens établis à l’extérieur. On notait aussi la présence des représentants de l’ambassadeur du Mali au Congo Brazzaville, Bakary Bocar Maïga. Lequel était représenté par son 1er Conseiller, Issa Sow, son 2e Conseiller, Seydou Djiré et Mohamed Kanté, Conseiller consulaire. En marge de cette assemblée générale, la délégation a rendu visite à toutes les notabilités de Brazzaville. L’ambassadeur Bakary Bocar a également accordé une audience à la délégation conduite par Mohamed Chérif Haïdara. Au cours de cette audience, son excellence monsieur l’ambassadeur a remercié le CSDM Congo pour son soutien à toutes ses activités. Il a affirmé sa disponibilité et sa franche collaboration avec le CSDM pour toutes questions concernant la vie des Maliens établis au Congo.

Le satisfécit du Président du CSDM

Après tous les honneurs qu’il a reçus avec sa délégation, le président du CSDM ne pouvait qu’être fier du travail abattu par les membres du CPDM Congo. « Je n’ai jamais été conforté après cette visite que le vide laissé par le Haut conseil est énorme et que le CSDM est venu combler. Le bureau du CSDM a fait 17 ans sans tenir une rencontre pareille. Lors de cette assemblée, nous avons senti que les Maliens voulaient se parler. Le CSDM est arrivé comme une association d’espoir. L’espoir d’une organisation qui se veut proche de la diaspora malienne et qui défend leurs intérêts. Cela a été attesté par la présence massive des Maliens de Congo Brazzaville. L’essentiel des Maliens dans ce pays était présent dans la salle pour nous témoigner leur soutien à notre démarche. En définitive, ce qui était considéré comme une chasse gardée du HCME a pris fin. Désormais, le CSDM est une association de référence pour la diaspora malienne », a-t-il déclaré ajoutant que « je n’ai vu jamais tant d’engouement chez les Maliens de l’extérieur comme ce fut le cas de cette rencontre. Malgré la cherté du prix de l’essence à Brazzaville, ils ont payé le litre à 2000 F CFA pour venir à cette assemblée. Aujourd’hui, je suis un président comblé de joie et je suis fier de ce que nous avons réalisé en seulement trois 3 ans d’existence ». Assurément, ce 7 novembre 2018 constitue un jour solennel et historique pour la diaspora malienne vivant au Congo. C’est le début de l’affirmation de l’unité des maliens.

Auparavant, lors de l’assemblée générale, Mody TAMBADOU, porte-parole du CSDM, a présenté la structure en ces termes : « le Conseil supérieur de la diaspora malienne est une association consultative, représentative, apolitique, à caractère socioculturelle et à but non lucratif». Les voix se sont levées à la faveur de cette tribune pour rendre hommage au Congo pour son hospitalité envers tous les immigrés. Tout d’abord, Nouhou DAOU, le président du démembrement du Congo a trouvé les mots justes pour remercier le Congo d’avoir bien accueilli tous les étrangers et pour le bon traitement dont ils bénéficient, comme deuxième patrie. Il a, par la même occasion invité « tous les maliens vivant au Congo d’être en conformité avec la loi congolaise».

La seconde voix est celle du président du CSDM, Mohamed Cherif HAIDARA, qui, à son tour, devant l’assemblée, a témoigné la reconnaissance du Mali au Congo pour la considération et respect des étrangers. « Ce que nous voulons faire passer comme message aux africains, aussi bien du Congo que du Monde entier, est que le cas du Congo est très spécial. Il n’y a aucun pays au monde, je dis bien aucun pays au monde, comme le Congo, où l’étranger se sent comme chez lui». Il a tenu à rendre hommage au président Denis Sassou-N’Guesso : « nous remercions le président de la République du Congo d’avoir instruit et veillé à ce que les maliens en particulier et les étrangers en général vivant au Congo se sentent comme chez eux».

Mohamed Chérif a avoué sa satisfaction sur l’application par le gouvernement congolais de l’article 49 de la constitution du Congo du 25 octobre 2015, qui dispose que « Les étrangers régulièrement établis sur le territoire national, bénéficient des mêmes droits et libertés que les nationaux».

En somme, par cette assemblée générale, le CSDM a tenu, non seulement, à officialiser son existence au Congo, mais aussi et surtout à dire au monde de copier l’exemple du Congo, qui a compris qu’une immigration bien gérée est une richesse.

Youssouf Diallo

 La lettre du Peuple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *