Education : Les enseignants en grève de deux semaines à partir de ce mardi; Le Premier ministre brandit la menace de la radiation

Après les coupes sur les salaires, le gouvernement a sorti de sa besace l’arme (absolue ?) pour faire plier les enseignants grévistes qui entament une nouvelle grève de deux semaines à partir de ce mardi 21 janvier 2019. Le Premier ministre menace, en effet, de faire remplacer tout bonnement ceux qui continueront de bouder les classes. Les concernés ont jusqu’à deux semaines pour rentrer dans le rang.

C’est plus que jamais l’impasse. Les enseignants grévistes et le gouvernement malien ne sont toujours pas parvenus à un accord lors des négociations. En effet, le collectif des syndicats des enseignants signataires du 15 octobre 2016 (SYPESCO, SYNEB, SYNEFCT, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES, SNEC) entame une nouvelle grève (après deux grèves de cinq jours chacune, en décembre 2019 et en janvier 2020), à partir de ce mardi 21 janvier.

Et cette fois ci, les enseignants comptent observer un arrêt de travail de 14 jours (336 heures allant du Mardi 21 au Vendredi 24 Janvier 2020, du lundi 27 au vendredi 31 Janvier 2020 et du lundi 03 au vendredi 07 Février 2020 inclus.) Ils exigent l’application immédiate de l’article 39 de la Loi N°2018-007 du 16 janvier 2018, portant Statut du personnel enseignant de l’Enseignement secondaire de l’Enseignement fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale.

Le gouvernement malien ne l’attend pas de cette oreille. Le dimanche 19 Janvier dernier, lors de l’atelier de validation des grandes orientations politiques sur la mise en œuvre des résolutions et recommandations du Dialogue national inclusif, le Premier ministre Dr Boubou Cissé a lancé des menaces à peine voilées à l’endroit des enseignants grévistes : « …Je vous le dis ici, nous n’allons pas accepter ce qui s’est passé l’année dernière…les négociations ont échoué avant hier, il n’y avait pas de raison que ça échoue car nous avons accepté le principe , mais ça a échoué ….Ils vont aller vers la grève, les retenues sont faites et si dans deux semaines,  les enseignants ne décident pas de retourner en classe nous allons procéder à un recrutement exceptionnel de 15.000 enseignants qui ont été formés dans nos Instituts de formation des maîtres.» Selon le Premier ministre, « ces derniers sont qualifiés, sans emplois, que l’on peut utiliser sur la base d’un volontariat.» «C’est à ceux là que nous allons faire appel,  c’est un contrat de volontariat sur la base d’un contrat à durée déterminé(CDD) et en fonction de l’évolution de la situation, nous verront comment les intégrer », a ensuite ajouté le Premier ministre.  Selon des observateurs ce durcissement de ton risque de braquer les enseignants.

Madiassa Kaba Diakité

Le républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *