Entre Nous: Ça suffit !

L’électrochoc provoqué par la double attaque du camp de Boulkessy et du poste militaire de Mondoro continue à empoisonner l’atmosphère socio-politique. Après les femmes et les enfants des Camp Para de Djicoroni et de Koulouba, ce fut le tour de ceux de la caserne de Sevaré de se mobiliser contre l’envoi de leurs maris et enfants au front. Le 11 octobre dernier, les femmes des militaires ont bloqué l’entrée du camp en enflammant la ville. « A bas Boulkessy », « Nos époux et nos enfants n’iront pas à Boulkessy », « Ils demandent à Barkhane de sécuriser là-bas », « A bas le commandement ». Voilà des slogans que les femmes et enfants scandaient çà et là. Ils voulaient même prendre en otage la délégation du Premier ministre, Dr Boubou Cissé qui a su contourner les barricades pour rejoindre l’aéroport afin de regagner Bamako. Le Chef du gouvernement a pris une décision hautement responsable en refusant de rencontrer ces femmes.
Les militaires passent-ils un message à travers leurs épouses et enfants ? Sont-ils derrière leurs femmes et enfants ? Ou n’ont-ils aucun contrôle sur leurs familles. Dans les deux cas, la situation est grave. Ces comportements qui s’installent dans nos garnisons militaires ne doivent ni être encouragés, ni être soutenus. Il faut avoir le courage de dire certaines vérités. Ici et maintenant ! Ça suffit ! Que les militaires qui jettent leurs femmes et enfants dans les rues, arrêtent leur machination. Qu’ils aient le courage de sortir des rangs s’ils ne veulent pas se battre ou mourir pour la patrie. Qu’ils se souviennent des sacrifices consentis par d’autres qui ont tout donné pour que le pays soit libre. Qu’ils se rappellent que mourir pour la patrie était, jadis, une fierté dans ce pays où on continue à se glorifier des faits d’armes de ses ancêtres. Où est l’amour de la patrie ? Que devient le serment de défendre le Mali jusqu’à la mort ? Préfèrent-ils l’humiliation à la mort ?
Le chef d’état-major général des armées, Général M’Bemba Moussa Kéïta, a effectué les 27 et 28 juillet 2017 une visite dans les casernes de Bamako et Kati. Au cours de ces différentes visites, le Général Kéïta a clairement fait savoir aux troupes que « c’est l’homme qui mène, gagne ou perd la guerre et que le matériel ne constitue qu’un amplificateur, un multiplicateur de force ».
Levons-nous pour sauver ce pays avant qu’il ne soit trop tard. Il ne s’agit pas de défendre le régime d’IBK mais plutôt le Mali. On peut aimer ou ne pas aimer le président de la République, mais ayons le courage et l’honnêteté de reconnaitre les efforts faits en faveur des FAMa dans un environnement international à la fois difficile et hostile. Cela ne veut nullement dire que tout est rose. Non ! Des difficultés existent. Et personne ne peut les nier.
Il faut déplorer les pertes subies par les FAMa. Pour remonter la pente et surtout éviter d’autres pertes, un engagement personnel de chaque soldat est indispensable. Donc, il est plus qu’absurde d’inciter les militaires de ne pas aller au front en ces moments d’incertitude et de forte inquiétude. Le sursaut national nous recommande de ne pas céder à la peur et à la terreur, encore moins à la surenchère ou à la lâcheté. Apportons un engagement ferme et un soutien total aux FAMa. Exprimons la reconnaissance et la gratitude de la nation aux braves et vaillants soldats qui ont accepté de consentir le sacrifice ultime pour défendre leur patrie agressée par des envahisseurs.
Il faut savoir raison garder. Le Mali est menacé de disparaitre à jamais. Il suffit juste de regarder la réalité en face pour s’en rendre compte. De grâce, arrêtez d’instrumentaliser vos femmes et enfants.

One Reply to “Entre Nous: Ça suffit !”

  1. Ok les militaires ont tous fait ce serment. Ils ne doivent pas renier leurs serments.
    Mais tous ses officiers supérieurs n’ont ils pas fait ce serment? Alors pourquoi ils ne sont pas visibles sur les champs de combat? Ils sont majoritairement nommés dans les administrations, dans les ambassades , ont ils été formé pour ses postes?
    Le Mali a atteint le fond, on doit rappeler tous ses officiers supérieurs sur le front.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *