Entre Nous: Une victime nommée Rokia Traoré

L’incarcération de notre compatriote, Rokia Traoré par la justice française en exécution d’un mandat d’arrêt européen émis par la justice belge a donné lieu à une mobilisation générale au delà du Mali. Ces dernières années, il est rare de voir nos compatriotes souder au tour d’une cause commune comme cette affaire.


Me Tall, Nadia Myriam Biouélé, avocate, non moins présidente de la Fondation Hera évoque «une incarcération en parfaite violation des règles du droit international et de la diplomatie». « Notre sœur, l’une de nos grandes ambassadrices qui porte et promeut l’histoire et la culture du Mali et de l’Afrique, une mère dont la première œuvre musicale sanctionnée par le prix découverte RFI fait le plaidoyer contre le divorce et en faveur des enfants, se trouve incarcérée et traitée commune une criminelle pour avoir protégé sa fille. Elle subit cette injustice dans le ‘’pays des droits de l’homme et de la protection des femmes’’», souligne Mahamadou Diouara, sociologue. «La violence physique et surtout symbolique exercée par la justice Belge contre Rokia Traoré dit ceci: Tu as beau t’appeler Rokia Traoré, être une artiste d’une qualité exceptionnelle, mondialement reconnue, si un contentieux t’oppose avec l’un de nos ressortissants, nous avons les moyens au mépris de ta dignité de te jeter en prison et de te traiter comme la dernière des criminelles, en mettant en branle notre appareil juridico-répressif et en te remettant à ta place. Parce que, disons-nous, le bien après tout, tu n’es qu’une Africaine. Issue d’une région du monde qui a un faible pouvoir économique, politique et donc symbolique», écrit le sénégalais Felwine Sarr avant d’ajouter : «Cette affaire nous concerne en ce qu’elle rappelle notre condition incertaine et vulnérable que nous soyons face à la justice des pays du Nord. Imaginez la situation inverse, une grande star belge ayant un contentieux post-union avec un malien et qui se retrouve emprisonnée au Mali, c’est juste impensable».


L’occident n’a pas de leçons à donner à l’Afrique en général et au Mali. On ne peut pas embastillée au fond d’une cellule de prison, une femme pour «enlèvement, séquestration et prise en otage» de son propre enfant. L’enfant dont elle a porté la grossesse pendant neuf (9) mois et souffert sur la table d’accouchement pour le mettre au monde. L’enfant qu’elle a allaité pendant plusieurs mois. L’enfant qu’elle a essuyé les larmes quand il pleurait sans cesse. L’enfant dont l’entretien l’a fallu des nuits blanches dans une indifférence totale de son géniteur qui ronflait quelque part sur le globe terrestre.
L’occident des droits de l’homme et de la protection des femmes dont certains habitants continuent à vociférer des cris de singe à travers des stades pour se moquer de nos joueurs, est disqualifié pour nous imposer des lois sous des prétextes fallacieux. L’un des combats de Rokia Traoré est justement la renaissance de la culture africaine et surtout un développement du continent inspiré de ces valeurs culturelles authentiques.
La résistance de Rokia Traoré face cette injustice arbitraire est à saluer. Elle est réconfortante et nous convainc davantage de la justesse du combat que l’artiste mène sur plusieurs fronts depuis belle lurette. Une femme africaine et surtout est prête à subir tout pour sa progéniture. D’ailleurs, un adage populaire nous dit que : «une femme est prête à donner sa vie pour la cause de son enfant». Cette détermination à ne pas laisser son enfant entre les griffes d’un homme aux comportements peu orthodoxes est digne de la Malienne.


Cette incarcération n’est pas une humiliation pour la mère qui défend son enfant contre une justice sélective sans visage humain. Elle nous montre tout simplement un autre visage de l’occident. Ce sont les justices française et belge qui portent cette grande humiliation. Non ! Rokia n’est pas une criminelle. Elle n’est qu’une victime d’un système qui méprise les valeurs universelles d’humanisme. Notre Rokia sortira très forte, requinquée de cette épreuve et plus que jamais déterminée à continuer son noble combat.

One Reply to “Entre Nous: Une victime nommée Rokia Traoré”

  1. je suis maitre Antoine djaffa ,maitre spirituel des esprits et très connue pour mes travaux occulte je suis disponible pour résoudre tous vos problèmes tel-quel soit
    1:Retour affectif
    2:Parfum de chance
    3:Talisman de protection
    4:Rituel d’attirance clientèle
    5:Savon de chance
    6:Gagner aux jeux de Loto
    7:Rituel de richesse
    8:Bague de richesse
    9:Porte monnaie de richesse
    10:valise de richesse
    11:Comment Guérire du faiblesse sexuelle
    Etc…….
    Tel:22967689066

    http://www.pacteavecsatana.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *