EXCISION ET MARIAGES PRECOCES : 119 sur 150 villages du cercle de Kolokani disent non

Dix-huit mois après la mise en œuvre, par l’ONG «Tagnè», du projet « Promotion de la santé et des droits sexuels et reproductifs » pour la lutte contre l’excision et le mariage des enfants et la planification familiale dans 150 villages du cercle de Kolokani, 119 villages abandonnent le mariage des enfants et 116 villages rejettent publiquement la pratique de l’excision. C’était le jeudi 28 février 2019 à Kolokani.

D’importantes actions de communications de masse à travers les théâtres et forums organisés par la Direction régionale de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille (DRPFEF) de Koulikoro ont été menées sur financement de l’UNICEF. D’après la présidente d’honneur, Mme Konaté Massitan Keita, ce projet piloté par l’ONG Tagnè a déployé sur le terrain des agents, qui n’ont ménagé aucun effort dans les activités de sensibilisation, de formation, de traitement et d’orientation des victimes. Ainsi, après 18 mois de dur labeur, dans 150 villages, les résultats obtenus sont appréciables.Dans 150 villages du cercle de Kolokani, 119 villages abandonnent le mariage des enfants et 116 villages rejettent publiquement la pratique de l’excision. Sans oublier deux villages non encore couverts, qui promettent déjà d’abandonner ces pratiques néfastes. Elle ajoutera que ce sont là des acquis de taille à n’en pas douter, qui constituent un motif de satisfaction pour toute personne soucieuse de la justice et du bien-être de la femme.

La représentante de l’UNICEF chargée de la section protection dira que ces résultats sont obtenus à travers l’utilisation de plusieurs canaux, dont des séances participatives qui ont facilité les réflexions et les combats qui ont abouti  à la signature consensuelle et publique d’abandon de l’excision et du mariage des enfants. Elle espère que cette déclaration publique représente une volonté et un vrai changement collectif et individuel de mentalité à abandonner ces pratiques, qui ont des conséquences néfastes sur la santé, l’éducation et l’épanouissement de toutes les filles.

Le département en charge de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille à travers Mme Guindo Yacine Gakou, représentant la ministre, a félicité et remercié l’ONG Tagnè et ses partenaires, avant de réaffirmer que l’engagement des plus hautes autorités dans la lutte contre ces fléaux.

Au cours de cette journée de déclaration publique d’abandon, la population de Kolokani a remis un pagne traditionnel au partenaire en guise de souvenir, et l’ONG Tagnè aussi a décerné un ciwara à l’ensemble de ses animateurs, animatrices et assistants pour leurs efforts dans le cadre de cet important projet dans la capitale du Bélédougou. La cérémonie a été meublée par des poèmes et des sketchs.

Saïdou A. Diakité

One Reply to “EXCISION ET MARIAGES PRECOCES : 119 sur 150 villages du cercle de Kolokani disent non”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *