Face aux conditions inhumaines infligées aux Maliens expulsés d’Algérie : Le Mali rappelle d’urgence son ambassadeur à Alger et son consul à Tamanrasset

Les autorités maliennes décident de ne plus cautionner les pratiques moyenâgeuses du voisin algérien à l’encontre de nos compatriotes migrants reconduits comme du bétails et jetés aux portes du Sahara. Cela au mépris de toutes les conventions qui lient nos deux pays. Les images et les nombreux témoignages reçus des compatriotes expulsés d’Algérie viennent de pousser le gouvernement à rappeler d’urgence son ambassadeur à Alger et son consul résident en Tamanrasset pour consultation. Pour en savoir davantage nous avons rencontré le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration Africaine, Dr Abdrahamane Sylla. Selon le ministre Sylla, depuis un certain temps, les Maliens refoulés d’Algérie sont jetés dans la zone frontalière entre l’Algérie et le Mali. Du côté du Niger, ils sont laissés pour compte à Tamanrasset. « La brutalité que nos compatriotes subissent dans ce pays dit frère est inhumaine » a martelé le ministre Sylla, très choqué de la haine viscérale que ce grand voisin du nord du Mali semble nourrir contre les Subsahariens. D’après lui, de janvier 2018 à nos jours plus de 1641 Maliens ont été expulsés dans des conditions exécrables. Ç’en est de trop, selon le ministre Sylla. « Plusieurs d’entre eux témoignent des conditions très difficiles. Et les traitements ne sont pas acceptables »a-t-il assené, très indigné de cette barbarie algérienne digne d’une autre époque. Vu l’urgence de la situation, Abdrahamane Sylla a indiqué que son homologue le ministre des Affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly a convoqué d’urgence l’ambassadeur et le consul généraldu Mali en Algérie pour consultation. Après celle-là, dit-il, le gouvernement prendra des dispositions pour trouver une solution urgente à ces multiples problèmes auxquels font face les expulsés maliens. D’ores et déjà le gouvernement a mis en place un dispositif avec l’OIM. « Toutes les fois que les expulsés arrivent au Niger, ils sont amenés à Agadez et transportés sur Bamako »a-t-il fait savoir. En ce qui concerne les autorités algériennes, le ministre précise qu’elles sont bel et bien au courant de la situation dont souffrent nos compatriotes dans la mesure où ils sont refoulés et acheminés à bord de bus algériens jusqu’à la frontière. Il ajoute qu’il a lui-même reçu en audience l’ambassadeur d’Algérie à Bamako pour échanger sur la question. A l’époque, informe t-il, l’ambassadeur semblait nier les faits. Comme pour dire qu’actuellement, les images parlent d’elles-mêmes et le diplomate algérien, qui semblait nier l’évidence,doit se souvenir des premières heures de la guerre de libération de l’Algérie quand le Mali de Modibo Kéita avait aidé militairement ce pays. En tout cas si un sujet coupe le sommeil au ministre des Maliens de l’extérieur c’est comment trouver une solution aux tracasserieset conditions souvent infra humaines qui sont faite sà nos compatriotes dans certains pays du Maghreb dont l’Algérie, la Libye. S’agissant de l’étudiant Seydou Tembely arrêté par la police algérienne, le ministre a souligné qu’il a été informé de cette situation. Il explique que le passeport de l’étudiant boursier malien a été retrouvé sur quelqu’un d’autre. Toute chose qui a conduit les autorités algériennes à l’expulser. Selon nos informations, il fait la 3e année dans une école de technologie à Ouran. Il nous précise que l’étudiant en question n’est pas en prison mais plutôt à la police. Les autorités maliennes suivent le dossier de près, précise-t-on du côté du département des Maliens de l’extérieur.

RamataTembely

L’independant

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *