Front social: Les DAF et DFM donnent un mois au gouvernement pour appliquer le protocole

La confiance n’est plus entre le gouvernement et les syndicalistes de la coordination des DAF, DFM et autres. Pour exprimer leurs ras-le-bol, leur désarroi et surtout leur mécontentent, la coordination des DAF, DFM et autres étaient ce Jeudi 23 Janvier 2020 après-midi face à la presse.
Cette énième conférence de presse qui s’est tenue dans les locaux de la bourse du travail visait à donner la bonne information aux journalistes sur l’état d’exécution du protocole d’accord signé entre le gouvernement et la coordination des comités syndicaux des DAF, DFM et autres.
Les Militants et militantes de la coordination des comités syndicaux des DAF, DFM et autres ont répondu à l’appel de leurs responsables syndicaux pour connaître enfin les derniers développements à propos de l’exécution du protocole d’accord. « Tout est bloqué à la Primature, le premier ministre Boubou Cissé est en train de confondre vitesse et précipitation », a déclaré le secrétaire général de la coordination des comités syndicaux des DAF, DFM et autres, Issa Sinayoko a planté le décor de cette rencontre avec les hommes de médias.
Très remonté contre l’attitude du gouvernement à propos de l’exécution du protocole d’accord signé, le conférencier Issa Sinayoko n’est pas allé avec le dos de la cuillère. Dans une communication, il dit ne pas comprendre ce gouvernement qui signe des accords et ne les honore point. « 337 agents de plus de 500 services sont concernés par ce protocole d’accord signé entre le gouvernement et la coordination des comités syndicaux des DAF, DFM et autres. Nous sommes des financiers et nous savons que l’Etat a les moyens, mais il y a une mauvaise volonté », a-t-il soutenu.
Il a ensuite annoncé que  » Dans les jours à venir, il faut s’attendre à des actions de grandes envergures de la part de la coordination des comités syndicaux des DAF, DFM, et autres pour exiger au gouvernement l’exécution du protocole d’accord signé ».
Issa Sinayoko a fustigé le manque de considération du gouvernement aux différentes correspondances de l’UNTM à propos de l’exécution du protocole d’accord et surtout la lenteur de l’UNTM, la centrale mère en ce qui concerne la prise en charge de certaines décisions.
A noter que la coordination des comités syndicaux des DAF, DFM et autres donne un délais d’un mois au gouvernement pour appliquer ce protocole faute de quoi de grandes actions seront menées sur le terrain.

Mohamed Kanouté

Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *