Funérailles ce matin de Nouhoum Cisse dit Abba: IBK l’a décoré à la médaille de Officier de l’ordre national du Mali à titre posthume.

Nouhoum Cisse repose au cimetière de hamdallaye.

Nous vous proposons l’oraison funèbre en son honneur lu par Monsieur Moustapha Ben Barka Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République.

ORAISON FUNÈBRE DE M. NOUHOUM CISSÉ DIT ABBA

Un ami fidèle et un collègue apprécié

Redoutable honneur que de lire une oraison funèbre, de lire cette oraison car il s’agit d’un plus que frère. Oui, celui qui est couché devant nous en ce jour, est un plus que frère, il est un autre moi-même, que dis-je, il est un autre nous-mêmes. Nouhoum Cissé dit Abba était unique en son genre. Il était à la fois lui-même et nous tous.

Un de ses collègues raconte, je cite « Mon premier contact avec Nouhoum Cissé date de juillet 2017, le mardi 04 juillet 2017, à la Présidence de la République où je venais d’être nommé Conseiller technique chargé de la Communication. Il me prît par la main, littéralement, et nous fîmes le tour de tous les bureaux afin de me présenter à celles et ceux qui m’avaient précédé dans les prestigieuses fonctions de servir l’Etat aux côtés du Président de la République. » Fin de citation.

Je disais qu’il était tout à la fois lui-même et nous tous. En effet, Nouhoum ne concevait pas sa mission dans les seules frontières de la Cellule de Communication et des Relations publiques. Il était un Conseiller technique sans frontières tout aussi à l’aise avec les agents du protocole que de l’intendance, ou de la Sécurité, ou de la DAF, ou du parc auto, ou encore des plantons et fleuristes. Parce que Nouhoum avait plaisir à servir ; parce que Nouhoum était d’un commerce agréable ; parce que Nouhoum était porteur de solutions. Quel que le soit le problème, il trouvait sa solution.

Tout le monde est présent Nouhoum, les membres de ta famille, tes amis, tes collègues, les plus hautes autorités, tous ceux qui t’ont connu et apprécié. Tous unis dans la douleur à l’annonce de ta mort qui s’est abattu sur nous comme la foudre et qui nous a littéralement dévastés.

Nous sommes tous là pour te rendre un dernier hommage, un hommage mérité.
Tu pars avant nous, bien trop tôt, bien trop vite. Et ta disparition nous rappelle la dure loi de la vie, celle qui veut que la mort fasse partie de la vie ; celle qui veut que nous sommes très peu de chose et qu’il faudrait profiter de chaque minute de sa vie.

Nouhoum, personne ne t’oubliera Inch’allah. Nous le voudrions que nous ne pourrions pas. Comment peut-on oublier un ami fidèle et généreux ? Comment oublier un collègue apprécié de tous ? Impossible. Ta mémoire restera gravée en nous, ta voix résonnera encore dans le Secrétariat Général de la Présidence et ta silhouette singulière continuera d’habiter les couloirs de la Présidence.

Nouhoum, tu pars en laissant un grand vide derrière toi. Et c’est avec beaucoup de tristesse et de compassion que nous présentons nos plus sincères condoléances à ton épouse Hawa, ton enfant Mory, tes frères et sœurs, tes parents pour leur témoigner notre soutien dans ce moment douloureux.

Le souvenir de ton rire, de ta bonne humeur, de ta bonté et de ton éternel optimisme nous servira à surmonter ces moments.

Abba, va en paix et ne craint rien. Les anges sont venus t’accueillir et t’accompagner.

Dors en paix.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *