Gestion de la transition : Moussa Mara appelle au respect de l’article 10 de la Charte

Après le M5-RFP, l’ancien Premier ministre Moussa Mara a invité les autorités transitoires, à savoir le Président, le Vice-Président et le Premier ministre à déclarer leurs biens à la Cour suprême conformément à l’article 10 de la Charte de Transition. C’était sur sa page Facebook.

Le président de la Transition, Bah N’daw, qui a promis impunité zéro lors de sa prestation de serment, n’a pas toujours déclaré ses biens devant la Cour suprême. Ni son Vice-président encore moins le Premier ministre ne l’ont encore fait. En tout cas, pas de façon officielle. Beaucoup d’acteurs politiques ont commencé à dénoncer cet état de fait qu’ils trouvent comme une violation de certaines des dispositions de la Charte de la transition. Le M5-RFP, lui, a d’ailleurs déjà exprimé sa colère. « Le délai de la déclaration des biens a expiré pour certains. Nous les invitions à se soumettre à cette exigence… », a fait savoir le mouvement hétéroclite lors de sa conférence de presse tenue le jeudi dernier au siège de la CMAS.  En plus de ce mouvement, Moussa Mara a, lui aussi, rappelé les autorités concernées à déclarer leurs biens conformément à l’article 10 de la Charte de la transition. « Selon l’article 10 de la Charte, le Président, le Vice-Président, le Premier ministre et les ministres de la transition doivent déclarer leurs biens à la Cour suprême », a-t-il écrit sur sa page Facebook.  Cet article de la Charte de la transition précise  : « Après la cérémonie d’investiture et dans un délai de quarante-huit (48) heures, le Président de la Cour Suprême reçoit publiquement la déclaration écrite des biens du Président et du Vice-président de la Transition. Cette déclaration fait l’objet d’une mise à jour annuelle. Dans un délai maximum d’un (1) mois avant la fin de la transition, il reçoit une seconde déclaration écrite. Celle-ci est publiée au Journal officiel accompagnée des justificatifs éventuels en cas d’augmentation du patrimoine. Cette obligation de déclaration s’applique également à tous les membres des organes de la Transition institués par la présente Charte, à l’entrée et à la fin de leurs fonctions ».

Pour Mara, si ces autorités ont déjà déclaré leurs biens au niveau de la Cour suprême, le Gouvernement, selon lui,  doit informer les populations.  Dans le cas échéant, il les invite à se soumettre à cet exercice. «Sinon, il devient urgent de procéder à cette action indispensable pour restaurer la confiance entre les citoyens et les élites afin d’engager la refondation du pays », a-t-il indiqué.

Les autorités transitoires, sans faire cette déclaration, auront-elles de crédit devant le peuple malien ? En tout cas , elles doivent le faire ne serait-ce que pour leur crédibilité.

Boureima Guindo

Source: Le Pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *