Gestion des risques climatiques et inondations en Commune I : Le PGRCI renforce les capacités des conseillères

Responsabiliser les femmes conseillères dans le suivi et la gestion des pépinières communales et du Système d’Alerte Précoce sur les risques d’inondations intégrés dans le PDESC, c’est l’objectif visé par un atelier de deux jours qui s’est tenu du 6 au 7 Août 2020 en commune I du district de Bamako.
Il est organisé par le projet de Gestion des Risques Climatiques et d’Inondations au Mali en vue de préserver des vies et des Biens à travers l’Agence de l’Environnement et du Developpement Durale.
Durant deux jours il a été question du plan d’organisation des secours – Plan ORSEC, du Systeme d’Alerte Precoce, de la Gestion des dechets du changement climatique et de la carthograpie des zones d’inondations en commune I.
Cette session de renforcement des capacites a enregistré la présence de plus d’une vingtaine de femmes conseillères élues en commune I du district de Bamako.
Pour le formateur Inde dit Amadou Tembine, la question relative à la Gestion des Risques Climatiques et d’inondations reste toujours d’actualité en commune I après les évènements tragiques de 2013.

« Les inondations deviennent de plus en plus préoccupantes dans la zone d’intervention du PGRCI. Pour boulverser cette problématique dans un contexte de changement Climatique les plantes semblent être une alternative credible et fiable », a-t-il soutenu.
En présidant les travaux, Daouda Simpara, maire de Banconi et président de la commission assainisement s’est réjoui du choix porté sur les conseillères de la mairie de la commune I pour une telle activité.
Pour lui, la présente formation a été initiée pour restaurer des zones riveraines des zones humides exposées aux risques et menaces d’inondations dans les 7 communes d’intervention du PGRCI.
« Les femmes et les enfants sont les premières victimes en cas d’inondations si aujourd’hui les femmes sont là pour renforcer leurs capacités en matière de gestion des risques et inondation, c’est a saluer », a ajouté M. Simpara. Il n’a pas manqué de demander aux femmes conseillères leur implication sur le terrain pour un changement de comportement face aux dangers du changement Climatique.
Au sortir de ces deux jours d’atelier les participantes ont formulé quelques recommandations qui sont entre autres:
Redynamiser les comités de veille et de suivi mise en place,
une implication des femmes conseillères dans la Gestion du Système d’Alerte Précoce et les pépinières, sensibiliser les femmes sur les risques d’inondations.

Mohamed Kanouté

Source: Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *