Hôtel Massaley : Mamoutou Coulibaly meurt dans des conditions mystérieuses

Le jeudi 04 octobre, dans l’après-midi, le corps sans vie de Mamoutou Coulibaly dit Kirou a été découvert dans la piscine de l’hôtel Massaley sis à Hamdallaye ACI 2000. C’est une serveuse qui aurait alerté d’autres agents de l’établissement hôtelier.

Selon les sources proches du défunt, il était le Parker d’un bar chinois appelé Chan chan à l’ACI 2000 près de la Boulangerie Ba Djelika. Toujours selon notre source, il aurait été réveillé de son sommeil vers 15 h par un coup de fil de la fille du propriétaire du bar, l’invitant à venir la rejoindre à l’Hôtel Massaley. Une heure plus tard, il est retrouvé mort dans la piscine de l’Hotel Massaley.

Transporté au Centre de Santé de Référence de la Commune IV (Lafiabougou) par la police du 14ème Arrondissement de Bamako, l’examen préliminaire a recommandé l’autopsie du corps. Cet examen approfondi devant révéler les causes exactes de la mort de M. Coulibaly, est prévu ce lundi à l’Hôpital Gabriel Touré de Bamako.

Nous reviendrons amplement sur cette mort suspecte dans notre prochaine parution. Affaire à suivre !

Dily Kane

Mali24

 

Facebook Comments

3 Replies to “Hôtel Massaley : Mamoutou Coulibaly meurt dans des conditions mystérieuses”

  1. La fille du propriétaire du bar est le premier suspens. Je pe’se que l’enquête ne doit pas aller loin car le coup de file est passe vers 15h il est mort une heure plustard

  2. Cette histoire je ne m’abuse est un coup monté, et par la police et par l’hôtel sinon dès qu’il y a mort d’homme, on doit procéder à des arrestations des premiers suspects,
    Puisqu’il faut toujours suspecter pour avoir le coupable.
    Sinon comment pouvons nous affirmer qu’il a succombé suite à une noyade sans que le médecin légiste ne se prononce.
    Alors tous les ingrédients sont là pour dire que c’est un crime, il suffit que la police se montre responsable

  3. franchement nous ne sommes dans un pays serieux. Je veux dire que nous sommes pays voyou bannaniere. Comment on peut froidement tué un jeune frais plein d’avenir au coeur de la capitale et mes les suspens ne sont pas arretés. Quel Mali nous y vivons. On tue les gens commes poussins meme un petit doigt ne se leve. Franchement il nous arrive de renoncer à nos nationalité car le Mali n’est plus le Mali comme nous l’avons vecu. Wa Salam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *