IBK a confié «ne rien savoir» de l’interdiction des marches à Bamako

C’est sans doute l’air du temps nouveau. Tenez, dans la foulée de sa fumée de calumet avec Soumaïla Cissé, le président de la République, peut-être comme à ses habitudes, a fait un virage à 180 degrés. Selon nos sources, il a confié à des proches collaborateurs n’avoir jamais été au courant de l’interdiction d’une quelconque manifestation publique dans le district. Allusion est faite naturellement aux nombreuses mesures de restriction émanant du Gouverneur du District et à l’appui desquelles l’autorité administrative de la capitale a mis en avant les exigences de l’état d’urgence pour justifier la répression des marches. Notons que la question fait partie de celles qui cristallisent les griefs de l’opposition contre le régime accusé d’atteinte aux droits fondamentaux les plus élémentaires. Et le chef de l’Etat a choisi visiblement de s’en laver les mains au détriment du Premier ministre, son fusible tenu  pour principal responsable de cet enlisement des rapports entre le pouvoir et l’opposition.

Le Temoin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *