IBK et Modibo Keita : Deux hommes d’Etat, un nom de famille, deux visions pour le Mali !

Le discours  prononcé le 20 janvier 1961 par Modibo KEITA et celui prononcé le 20 janvier 2020 par Ibrahim Boubacar Kéita reflètent l’État d’esprit des deux présidents de la République du Mali face aux colons français et face à notre outil de défense qu’est notre armée nationale.

« Deux coqs peuvent avoir les mêmes crêtes, mais pas les mêmes poids », dit-on. Ils sont tous les deux Keïta, descendants de l’empereur Maghan Soundjata Keïta. Ils ont tous les deux fréquenté l’école française. L’un a été assassiné à cause de son amour pour le Mali. L’autre est prêt à mourir à cause de son amour pour la France. L’un s’est battu pour un Mali indépendant qui doit compter sur ses propres enfants au lieu de compter sur l’aide de ses partenaires. L’autre se bat pour un Mali dépendant et soumis aux désidératas de ses partenaires. Le peuple souverain et fier du Mali devra s’assumer afin de pouvoir redonner à ce pays son honneur et sa dignité d’antan… Lisez des morceaux choisis des deux discours !

Discours historique et héroïque du Président Modibo KEITA prononcé le 20 janvier 1961 :

« […] Excellences, Je vous remercie de vous être distraites de vos augustes occupations pour répondre à mon invitation. L’importance de la communication exige que je vous la fasse moi-même. A l’heure qu’il est, l’Ambassade de France en République du Mali est informée par mes soins de la décision de mon Parti et de mon Gouvernement de voir la France évacuer les bases militaires de Bamako, de Kati, de Gao et de Tessalit, qu’elle occupait […]. La République du Mali a affirmé sa volonté de coopérer avec la France sur la base de la non-ingérence dans nos affaires intérieures et du respect de notre souveraineté. Cette décision est l’expression de notre conviction qu’à moins d’abandon volontaire de souveraineté de la part d’un État jeune ou d’accords particuliers dans le domaine de la défense, les troupes de l’ex-puissance coloniale ne peuvent stationner sur le territoire de l’ex-colonie […]. D’autre part, […] la politique de non-alignement sur l’un ou l’autre des deux blocs est en contradiction avec la présence, sur son territoire, des troupes d’une puissance étrangère et à laquelle ne le lie aucun accord et qui d’autre part est engagée dans le pacte militaire d’un bloc. Je prie vos Excellences d’informer vos gouvernements respectifs et d’attirer leur attention sur notre ferme décision de l’évacuation rapide des troupes stationnées en République du Mali. Je vous remercie […]».

Discours honteux et insultant du Président Ibrahim Boubacar KEITA prononcé le 20 janvier 2020 :

« […] Mes chers compatriotes, Officiers, Sous-officiers,  Militaires du rang ;

La France est ici à notre appel. Elle est venue en 2012 quand il fut clair pour les autorités de l’époque, que nos forces armées ne pouvaient plus à elles seules garantir l’existence du Mali en tant qu’État unitaire et laïc.  De telles forces, portées par un tel élan de solidarité méritent d’être traitées avec respect. Au demeurant, envers les soldats alliés, je reste convaincu que la gratitude est le sentiment dominant de notre peuple. Les porteurs d’insultes et les diseurs d’apocalypse, alliés objectifs de nos ennemis, doivent dès lors cesser de se cacher derrière la nation malienne. Elle, elle ne sait ni mentir ni trahir. Elle est de noblesse avérée et de fierté assumée.  De surcroît, appeler à la haine et au rejet de nos alliés, c’est d’abord, mépriser nos propres soldats, ceux qui déjà ont donné leur sang comme ceux qui continuent de risquer leur vie, parce qu’ils ont mis le Mali au-dessus de tous et de tout. […] ».

La Rédaction

Le Democrate

4 Replies to “IBK et Modibo Keita : Deux hommes d’Etat, un nom de famille, deux visions pour le Mali !”

  1. Bande d’idiot qu’est ce Modibo a fait ? regarde l’etat de notre pays ? IBK essaye de nous sauver mais on paye les conséquence de l’independance que Madibo pronait

  2. Le temps de mettre son ego de coté et de demander l’aide de ceux qui peuvent nous sauver est arrivé alors faisons le avant qu’il ne soit trop tard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *