Inauguration du Seuil Barrage de Kourouba : L’espoir renaît chez les populations riveraines du Sankarani

Le premier ministre de la transition, M. Moctar Ouane, a procédé à la coupure du ruban symbolique du Seuil Barrage de Kourouba. L’infrastructure qui se dresse désormais majestueusement sur le fleuve Sankarani à Kourouba a coûté 13 400 381 896 FCFA) HT/HD entièrement financé par la Banque Africaine de Développement (BAD), chef de file des bailleurs de fonds du PDI-BS.

C’était en présence du Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la Pêche, Mahamoud Gould Mohamed, du ministre de l’économie et des finances,  du ministre de l’administration territoriale, du ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, d’anciens ministres de l’agriculture tels que Bocary Treta, Agatam Ag Alassane, Nango Dembélé, des gouverneurs des régions de Sikasso et Koulikoro, le ministre commissaire à la sécurité alimentaire, le coordinateur national du PDI-BS, Amadou Djadie Daou, les sous-préfets et préfets, les maires des communes et le chef de village de Kourouba.

L’ouvrage est constitué d’un seuil mobile de 272,5 m de long, avec comme objectif principal, le rehaussement du plan d’eau du Sankarani pour garantir la double culture sur le périmètre à maitrise totale de Maninkoura (1094 ha) et par conséquent, pour sécuriser les récoltes et les revenus des producteurs.  Il est constitué d’une partie mobile équipée de quatre (04) clapets orientables à manipulation automatique et une partie fixe comportant la zone de production électrique à travers une réserve de 12 passes pour turbines à basse chute. La production nominale d’électricité annuelle nette est de 12 200 MW/h.

Le Seuil Barrage de Kourouba représente également un facteur de développement socio-économique avec le désenclavement des deux rives du Sankarani au niveau de Kourouba en toute saison, grâce au pont-route en béton armé à double voies et deux trottoirs. L’infrastructure a permis la liaison directe avec la RN7 à Ouélessébougou sur 50 km tout en évitant le détour par Sélingué avec 110 Km. Il assure également la continuité écologique du Sankarani et la migration des poissons sur le cours d’eau, grâce à la passe à poissons réalisée au travers de l’ouvrage. Enfin, le barrage seuil de Kourouba, à vocation essentiellement agricole, représente un dispositif stratégique pour la régulation du cours du Sankarani pour l’alimentation en eau des périmètres situés en amont et en aval.  

Le chef de village de Kourouba, Niaba Madou Konaté, au nom des populations des localités de Tiakadougou, Maramadoudou, Faradougou, Selefo, Dialakoro etc., a salué les autorités pour la réalisation de cet ouvrage de développement. Il s’est aussi réjouit de la présence historique du premier ministre Moctar Ouane. « C’est la première fois qu’on a  un premier ministre chez nous. Ça nous va droit au cœur. Kourouba est un village d’histoire. C’est ici que se reposait le gouverneur du Soudan », a-t-il déclaré. Le Chef du village a terminé  ses propos par le vœu du bitumage de la route Kourouba-Ouélessebougou et l’électrification du village.

Abondant dans le même sens le maire, Issa Konaté, a ajouté qu’il fallait ce barrage à Kourouba. Il a au nom de ses collègues remercié les autorités. M. Konaté a rappelé quelques projets en souffrance tels que la clôture de l’école, la réalisation de pompes, la construction de logements de CSCOM de Kourouba etc. « Si le développement est un véhicule, ce véhicule doit passer par une bonne route », a dit Issa Konaté pour insister sur la nécessité de construction de la route.

Le représentant de la BAD, Famory sinaba, chef de file des partenaires Techniques et financiers (Bad, Bid, Boad etc.) a souligné que le Seuil Barrage de Kourouba est un chantier structurant (composante 1) du PDI-BS initié par les PTF et le gouvernement du Mali en 2009  pour un coût de 121.320.000.000 Fcfa. Selon lui, le Barrage va permettre une augmentation de la production et de la productivité agricole et produire de l’électricité à hauteur de 260Kwtt pour éclairer les villages à travers des tribunes. « Le défi de la réalisation à été relevé, nous avons le défi de relever le défis de l’exploitation au bénéfice des populations. J’invite le gouvernement à prendre toutes les mesures pour un transfert harmonieux à l’ODRS pour garantir l’autosuffisance alimentaire », a-t-il dit.

A en croire au représentant du chef de file des partenaires, la performance du PDIBS est jugée satisfaisante. « N’eût été les facteurs exogènes qui ont impacté le programme, la note serait très satisfait », s’est-il réjouit.

Vue du Barrage de Kourouba

Pour le ministre de l’agriculture, Mahamoud Ould Mohamed, c’est le couronnement de l’un des plus grands chantiers structurant. « la mise en service du barrage-seuil de Kourouba   permettra à coup sûr au moyen de la maîtrise de l’eau, d’affranchir les productions Agricoles des aléas des changements climatiques et des caprices des crues du Sankarani.  Aussi, la réalisation du seuil de Kourouba augmentera la possibilité d’extension des superficies aménagées de l’Office de Développement de Sélingué (ODRS) avec un potentiel identifié de 5000 ha nouveaux de terres irrigables », a souligné le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

Le Barrage seuil de Kourouba, par la pertinence de ses objectifs, explique le ministre, voit enfin la concrétisation de l’espoir immense entretenu par les populations riveraines du Sankarani, mais aussi par les structures d’encadrement notamment l’Office de Développement Rural de Sélingué (ODRS) et l’Office de la Haute Vallée du Niger (OHVN) pour un encadrement efficace et une productivité accrue du potentiel Agricole de la zone. 

Au plan socio-économique, la mise en service du seuil de Kourouba se traduira aussi par la réduction de l’exode rural à travers le renforcement de capacité de production des couches socioprofessionnelles des différents secteurs ruraux, par le développement des PME-PMI, la création d’emploi au niveau local et l’électrification rurale avec la production hydro-électrique future du seuil.

Pour terminer, le ministre a sollicité votre accompagnement et votre implication personnelle pour la concrétisation de la seconde phase du programme qui permettra l’atteinte des objectifs globaux de développement de la zone d’intervention par une mise en valeur du potentiel agro-sylvo-pastoral immense dont regorge la région.

Le Premier ministre Moctar Ouane, prenant la parole a remercié les populations pour l’accueil et l’hospitalité. « Nous prendrons toutes les mesures voulues pour l’atténuation des effets des changements et renforcer la résilience des populations à y faire face », a promis Moctar Ouane avant de procéder à la coupure du ruban symbolique de l’ouvrage.

Notons que dans la zone de Sélingué, les activités du PDI-BS ont consisté en la construction du barrage-seuil agricole de Kourouba sur le Sankarani, en la réalisation des travaux confortatifs du périmètre à maitrise totale de Maninkoura (1094 ha) et en des travaux de désenclavement routier pour environ 70 km de pistes rurales. A terme, les résultats du Programme toucheront directement près de 12.000 exploitations Agricoles, soit environ 130.000 personnes, dont la majorité représente les jeunes et les femmes ruraux dans les zones d’intervention de Sélingué, Bla/San et de Djenné.

En effet la mise en œuvre du Programme contribuera, sur une base durable, à l’augmentation des productions agro-sylvo-pastorales et piscicoles, avec   une production additionnelle d’environ 52.240 tonnes de riz paddy, 3.620 tonnes de produits maraîchers, 4.880 tonnes de poisson, 5.225 kg de viande et 6.078.000 litres de lait. La valeur additionnelle annuelle globale des productions pour les zones d’intervention, est estimée environ à 12.050.000.000 FCFA. 

Daouda T Konaté, envoyé spécial

Source : Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *