« INSOLVABILITE » DE L’ETAT : Qui veut abattre le ministre Boubou Cissé ?

Bamako bruit, depuis plusieurs semaines, de rumeurs selon lesquelles, les caisses de l’Etat malien sont vides. Nos investigations nous ont permis de découvrir qu’il n’en est rien, si ce n’est que ces supputations sont issues d’une volonté obscure de nuire à l’argentier de l’Etat…

La semaine dernière a été marquée par la fuite sur les réseaux sociaux d’une décision du secrétariat général de la présidence de la République, datée du 8 octobre, annonçant la suspension des dotations de carburant hebdomadaires au personnel. « En raison des contraintes budgétaires liées à l’exécution du budget au titre de l’exercice 2018, j’ai le regret de vous informer que la Direction Administrative et financière de la présidence de la République ne pourra plus assurer les dotations hebdomadaires en carburant. Elles seront effectuées en fonction des disponibilités », annonce cette circulaire signée du Secrétaire général, Moustapha Ben Barka.

Une telle circulaire reflète, selon plusieurs experts des finances publiques, sur une sorte de manipulation. Et une source proche du dossier ayant requis l’anonymat d’être plus explicite. « Le budget de fonctionnement de la présidence n’a pas subi de coupe ou de diminution. Donc, l’auteur de cette circulaire doit interroger sa propre gestion au lieu de priver le personnel de ces dotations»

Certains esprits malintentionnés et plus alarmistes vont jusqu’à dire que l’Etat du Mali serait en cessation de paiement. « Il n’en est rien, mais derrière ces rumeurs se trouvent de lugubres mains voulant abattre le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé ». Et d’ajouter que le ministre gère les fonds publics avec plus de rigueur, au point que ceux qui passaient par des méthodes peu fiables pour se faire payer par l’Etat ont vu le robinet fermé. « La voie des faux bons de commande leur a été définitivement fermée au nez… », a-t-elle expliqué.

Selon certains cadres du Trésor, il y aurait quelques difficultés de Trésorerie, dont certaines sont liées aux méthodes de travail de certains DAF ou DFM. N’empêche que certaines dettes de l’Etat ont été concédées sur des commandes et autres marchés non prioritaires.

Sans oublier que l’Etat malien injecte depuis le début de la crise sécuritaire, d’importantes sommes d’argent dans le secteur de la défense. Ce qui freine un peu la diligence des dossiers de payement des autres charges de l’Etat. « Un appui budgétaire de la Banque mondiale est bientôt attendu et devrait rapidement aider à améliorer la situation », a-t-il assuré.

Faut-il rappeler que lors des consultations pour la formation du gouvernement actuel, certains ministres ont vivement et vainement désiré occuper le portefeuille de l’Economie et des finances ? Mais, Dr Boubou Cissé a bénéficié et continue de bénéficier de la confiance du président de la République et du Premier ministre pour justement sa rigueur et sa détermination à assainir les dépenses publiques et améliorer nettement les recettes de l’Etat. Ce qui lui vaut, aujourd’hui encore, l’inimitié de certains de ses collègues et hauts cadres de l’Etat…

Nous y reviendrons.

Bruno D SEGBEDJI 

Mali Horizon

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *