Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle au Mali : La plateforme nationale pour la promotion et la Gestion de l’Hygiène Menstruelle ouvre le débat

« Il est temps d’agir pour une meilleure prise en compte de l’hygiène menstruelle à l’école et dans la communauté ». C’est dans ce contexte que le Mali à travers la Plateforme Nationale pour la Promotion de la Gestion de l’Hygiène Menstruelle a célébré ce Mardi 28 Mai 2019 la « Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle Edition 2019. C’était dans les locaux du projet jeune sis à Sogoniko en Commune VI du district de Bamako, en présence des autorités coutumières, administratives, locales et élus.
Tribune d’expression et de plaidoyer, la célébration de cette journée a été une occasion pour les initiateurs de briser encore une fois le tabou à propos de cette question si sensible qu’est l’hygiène menstruelle. Plusieurs interventions ont meublé cette cérémonie.
Au nom du conseil communal Siaka Mariko s’est réjoui du choix porté sur la commune VI pour abriter cet évènement d’une importance capitale. « La Célébration de la Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle revêt d’une grande importance pour tous les acteurs œuvrant pour la promotion de la gestion de l’hygiène menstruelle. Cette journée nous offre l’’opportunité d’attirer l’attention des décideurs sur un sujet délicat qui demeure encore un tabou », a-t-il déclaré.


Avant d’ajouter que « La mairie de la commune VI du district de Bamako s’engage désormais pour la promotion de l’hygiène menstruelle surtout au niveau des écoles ».
En prenant la parole la présidente de la Plateforme Nationale pour la Promotion de la Gestion de l’Hygiène Menstruelle au Mali Mme Coulibaly Salimata Diarra, la voix étreinte par la joie et l’émotion, a salué le combat des femmes et des ONG de tous les jours pour la promotion de l’hygiène menstruelle. « Nous Célébrons cette journée au moment où dans le monde, chaque jour, environ 300 millions de femmes et de filles observent leurs règles. Un tiers de ces femmes n’ont pas accès aux toilettes. Pendant cette période, nombreuses sont victimes de stigmatisation liées aux préjugés », a- t-elle soutenu.
Pour le cas du Mali Mme Coulibaly Salimata Diarra dira que la gestion des déchets menstruels est un véritable problème tant en milieu scolaire qu’en milieu communautaire et le problème est lié entre autres à l’absence de toilettes adéquates, à l’absence de services de collecte et d’élimination des déchets, et à une faible connaissance de la gestion de l’hygiène menstruelle.
Profitant de cette tribune, la présidente de la plateforme a demandé aux initiateurs de cette journée comme Water Aid, AMASBIF, UNICEF, Ministère de l’Education Nationale, Solidarité Pluriel et autres d’agir en renforçant l’information, l’éducation et la communication sur la gestion de l’hygiène menstruelle à travers une approche pédagogique prenant en compte les dimensions socioculturelles, mais aussi l’intégration de la gestion de l’hygiène menstruelle dans les politiques publiques. Toute chose qui justifie le choix du thème cette année à savoir « Il est temps d’agir »
Mohamed Kanouté
Mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *