Jugé pour meurtre de 8 personnes dont sa mère: Emile Coulibaly condamné à la peine de mort

La Cour d’assises de Bamako s’est penchée, hier, lundi, sur l’affaire ministère public contre Emile Coulibaly, jugé pour « meurtre, parricide, coups et blessures volontaires « . A l’issue des débats, la Cour a infligé la peine de mort à l’accusé, né en 1990, en Côte d’Ivoire.

Les faits se sont déroulés dans le cercle de Tominian, courant 2018. Emile Coulibaly dit « San » s’est saisi, dans la matinée du 30 janvier, à Mafouné (San), de bâtons et de coupe-coupe, et, sans que rien ne transparaisse de ses intentions, il sauta sur sa mère, Yadoun Diarra, et lui trancha la nuque, lui donnant ainsi la mort. Après ce forfait, il s’est rendu dans la case de sa tante, Bana Diarra, et l’assomma de coups de bâton, avant de continuer dans sa trajectoire funeste, sur laquelle il frappa mortellement plusieurs personnes, dont Koussé Coulibaly, Samadja Coulibaly, Jeannette Thienou dite foro, Suzanne Traoré, Efeni Traoré et Drissa Sangaré, blessant Enock Diarra, Daniel Coulibaly, Robè Coulibaly. La mauvaise nouvelle se répandit comme une trainée de poudre dans le village de Mafouné. Le Chef de village, dès qu’informé, instruira au crieur public de porter la nouvelle à toute la population et de l’inviter à la vigilance. C’est dans cette atmosphère que le forcené fut maitrisé par un groupe de jeunes, au village de Saweri, dans la commune rurale de Yorosso. Qui l’ont ensuite conduit à son village, Mafouné. Il sera mis alors à la disposition de la Brigade territoriale de Gendarmerie de Mandiakuy avant d’être déféré devant le parquet de Tominian.

Le forcené Emilie Coulibaly dit  » San «  a reconnu les faits. Avant de les justifier par le fait de pouvoirs surnaturels qu’il a sollicités pour  » avoir de la richesse en contrepartie de sacrifice humain « , comme l’a révèle l’arrêt de renvoi de l’affaire devant la Cour d’assises de Bamako. Au cours de l’enquête préliminaire et devant le juge d’instruction, ce tueur de série a reconnu sans ambages les faits à lui reprochés. Il expliquera qu’après avoir quitté son féticheur, il devait sacrifier une âme humaine. Justifiant avoir ainsi agi pour honorer l’engagement aux esprits surnaturels en contrepartie de richesse qu’ils devraient lui procurer, notamment par une bonne moisson d’or sur le site d’orpaillage.

Il ne fait ainsi l’ombre d’aucun doute qu’il est l’auteur des coups subis par ses nombreuses victimes tuées ou blessées.

A la barre, l’accusé Emile Coulibaly alias  » San  » ne s’est pas appesanti  sur certains détails devant les membres de la Cour. Lire la suite sur https://lindependant-mali.net/2021/09/28/juge-pour-meurtre-de-8-personnes-dont-sa-mere-emile-coulibaly-condamne-a-la-peine-de-mort/

Source: lindependant-mali.net

Laisser un commentaire