La cabale contre Boubou Cissé

Malgré ses résultats indéniables à la tête du gouvernement, le Premier ministre Dr Boubou Cissé est la cible de certaines personnes animées d’intentions malveillantes en mission. Appartenant curieusement à certains cercles du pouvoir, elles vilipendent le chef du gouvernement sur l’existence d’un soi-disant réseau familial. De montages grotesques visant à ternir l’image du Premier ministre avec de contrevérités sans oublier les élucubrations.

Aveuglés par la haine, les auteurs de cette ignoble cabale, tapis dans l’ombre au sein d’un cabinet noire de fabrique de mensonges, manquent d’honnêteté pour dire que les hauts cadres cités n’ont pas attendu la nomination de Dr Boubou Cissé pour occuper des postes de responsabilité au sein de la haute administration publique malienne. Quelques cas illustrent la malhonnêteté des animateurs de ce cabinet noir à la manœuvre depuis quelques semaines pour salir la réputation d’un homme qui bénéficie de la confiance totale du Président de la République.

Le directeur général adjoint de l’Agefau (Agence de Gestion du Fonds d’Accès Universel) a été nommé à ce poste bien avant la nomination de Boubou Cissé à la Primature. A l’époque, le Premier ministre s’appelait un certain Modibo Keïta.

Le directeur national du Trésor et de la Compatibilité publique fut nommé en 2015 par Mamadou Igor Diarra alors ministre de l’économie et des finances dans la foulée de la gestion des conséquences de l’affaire dite de l’avion présidentiel et des équipements militaires, laquelle affaire avait amené le Fonds monétaire international et la Banque mondiale à suspendre leur coopération avec le Mali. Simple ministre des mines à l’époque, Dr Boubou Cissé n’avait aucun pouvoir pour imposer un choix à un cadre comme Mamadou Igor Diarra.

Mme Lelenta Hawa Ba a été nommée, en septembre 2018, au lendemain de la réélection du président IBK à la magistrature suprême, ministre des mines et du pétrole. Le chef du gouvernement était Soumeylou Boubèye Maïga et non Boubou Cissé.

Mme Barry Aoua Sylla, ministre déléguée en charge du budget est un haut cadre de l’administration publique qui a fait ses preuves bien avant la nomination de Dr Boubou Cissé dans un gouvernement de la République. C’est un gros mensonge de dire que cette brillante dame (elle fut première nationale au Bac 78 séries SET) a été directrice de cabinet de Boubou Cissé au ministre des mines. Chers animateurs de ce cabinet noir, mettez à jour votre logiciel de fabrique de désinformation et de manipulation. Car, il n’existe pas de directeur de cabinet dans l’organigramme des départements ministériels au Mali depuis belle lurette. Et au moment de sa nomination au poste de secrétaire général du ministère de l’économie et des finances suite au départ de Mme Sidibé Zalimatou Cissé comme directrice de cabinet du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, Aoua Sylla était la coordinatrice de la cellule d’appui à la réforme des finances publiques du Mali. Rappelons aux animateurs de ce cabinet noir que Mme Barry Aoua Sylla fut chef de cabinet du ministre des finances et secrétaire général du ministère des mines avec Abou Bakar Traoré sous le président ATT.

Les animateurs de ce cabinet noir se discréditent davantage lorsqu’ils citent le patron des patrons, Mamadou Sinsin Coulibaly parmi ceux qui bénéficient des largesses de Boubou Cissé. Mamadou Sinsin Coulibaly a-t-il eu besoin de Boubou Cissé pour être ce qu’il est aujourd’hui ? Non !

Il y a d’autres exemples qui suffisent à mettre à nu ce tissu de mensonge dont le seul but est de salir la bonne réputation d’un cadre intègre et honnête. La raison de cette cabale réside dans le fait que certaines personnes au sein du pouvoir estiment que le Premier ministre est trop rigide et trop regardant sur les dépenses. Toute chose qui empêche ces prédateurs du denier public de tourner en rond comme s’ils étaient dans le champ de gombo de leurs grandes mères.

Abdoulaye Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *