Entre Nous: Laissez Malick travailler !

Le ministère de la Justice connaît depuis septembre 2013 une instabilité chronique. A l’instar d’ailleurs de l’attelage gouvernemental ! En moins de six (6) ans, le Mali est à son sixième ministre de la Justice en la personne de Me Malick Coulibaly, lequel avait déjà occupé ce fauteuil sous la transition entre 2012 et 2013. Cette instabilité rend difficile toute réforme majeure dans un secteur aussi important que celui de la distribution de la justice.  

La justice est l’une des plaies de la démocratie. Le Mali est malade de sa justice. Les Maliens n’ont plus confiance en leur justice. Cela est connu de tous. La justice malienne est devenue au fil des ans un vecteur de promotion de l’injustice. L’entrepreneur et auteur Didier Court disait ceci : «l’injustice appelle la révolte, le contournement des lois. C’est un environnement instable qui conduit au chaos».

La plus grande défiance à l’autorité des animateurs de l’appareil judiciaire demeure sans aucun doute le recours à la justice expéditive, dont des présumés voleurs ont payé les frais. Une pratique à la fois détestable et condamnable qui peut coûter la vie à des innocentes personnes comme ce fut le cas à Doumazana en commune I du district de Bamako où des jeunes bouchers ont été lynchés et brûlés vifs.

On se rappelle l’amertume de Me Mamadou Ismaïla Konaté lorsqu’il passait le témoin à son successeur, après avoir démissionné le 27 novembre 2017 en guise de protestation : «Monsieur le ministre de la Justice, la justice reste un sujet majeur dans notre pays. La justice peine à se faire accepter par la qualité de ses décisions. La justice souffre des influences et surtout des influences négatives, qu’elles soient d’origine politique, sociale. D’autres types d’influence ont été jadis cités par un garde des sceaux que je salue au passage. En justice, le comportement des acteurs est essentiel et ultime.

Malgré tout, la justice même insuffisante ne doit nullement être absente dans la gestion de nos terroirs, de nos communautés, des affaires de la cité. La justice est et demeure la première réponse à la situation de crise que traverse douloureusement notre pays et qui la menace jusque dans son socle social. La justice est un rempart absolu contre les violations, contre les excès et elle est le remède des contradictions. La justice est l’obstacle face au politique. La justice est le rempart puisqu’elle limite le politique dans son dessein d’abuser du pouvoir et contre les excès des gens de pouvoir. Elle est le bouclier qui doit protéger les faibles. Elle est l’épée qui doit frapper les puissants lorsque ceux-ci dévient du droit chemin au mépris du bien commun ».

Le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta entérinant la nomination de Me Malick Coulibaly a envoyé un signal fort de sa volonté de mettre au cœur de cet ultime et second mandat la justice. Le passage sans grande modification du projet de mutation des magistrats proposé par le ministre Malick Coulibaly au dernier Conseil supérieur de la magistrature traduit la confiance placée en l’homme par le Chef de l’Etat mais aussi les attentes du premier magistrat du pays.

Le Président de la République va-t-il réussir à protéger le ministre Coulibaly contre les interventions intempestives de son entourage et d’autres cercles ? C’est la question la plus importante. Car, déjà le nouveau patron de la chancellerie est sous les feux de critiques de la légion de mercenaires sur les réseaux sociaux entretenue par certains cercles du pouvoir. Si un ancien garde des sceaux disait que « le principal trait de caractère d’un ministre de la justice est l’impopularité », lecontexte actuel du pays plaide en faveur de ministre Coulibaly et son équipe. Il faut laisser Malick Coulibaly et ses hommes travailler pour atténuer la soif de justice des citoyens.  

2 Replies to “Entre Nous: Laissez Malick travailler !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *