Le président M Abdulqawi A. Yusuf de la Cour Internationale de Justice à la Haye : ‘’Nous avions pu consolider une paix durable entre le Mali et le Burkina-Faso’’

Le Palais de la Paix de la Haye qui abrite plusieurs institutions juridiques internationales notamment la Cour internationale de Justice (CIJ), la Cour permanente d’arbitrage (CPA), la célèbre Bibliothèque du Palais de la Paix et l’Académie de droit international de La Haye, attire, chaque été, des étudiants en droit du monde entier. Le Palais de la Paix est un des monuments les plus photographiés de La Haye et propose aux touristes des visites guidées grâce au Ministère Néerlandais des Affaires étrangères. Sur invitation du gouvernement néerlandais, nous avons eu le plaisir de visiter ces monuments du droit international. En cette occasion, le Président de CIJ, M Abdulqawi A. Yusuf nous a accordés un entretien dans la grande salle d’audience. L’entretien a porté sur la création de la Cour, ses missions et la gestion des conflits entre Etats tel que le cas du conflit Mali-Burkina Faso.
La CIJ a été créée en 1945, en même temps que l’organisation des Nations Unies dont elle est l’organe judiciaire principal. La mission de la Cour est double : d’une part elle règle, conformément au droit international, les conflits que lui soumettent des Etats membres de l’ONU et d’autre part, elle donne des avis consultatifs sur les questions juridiques que lui posent certains organes ou institutions de l’ONU. Tous les pays membres des Nations Unies ont automatiquement accès à la CIJ. Les pays non membres des Nations Unies peuvent y accéder en devenant parties au Statut de la Cour ou en déposant au Greffe de la Cour une déclaration spécifique à cet effet. La Cour Internationale de Justice compte quinze juges qui proviennent de tous les continents et représentent les différents systèmes juridiques du monde. Les audiences de la Cour sont publiques et ont lieu dans la Grande salle de justice, la plus grande salle du Palais.
L’histoire de la Cour internationale de Justice remonte au début des années 1920 .Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les Etats étaient assez réticents à l’idée de soumettre volontairement leurs conflits à une instance judiciaire. Les esprits n’étaient pas encore prêts pour ce qui était perçu à l’époque comme un très grand pas en direction du règlement pacifique des conflits L’idée de résoudre un conflit entre États en le soumettant à un collège permanent de juges n’a évolué qu’après les atrocités de la Première Guerre mondiale. En 1920, la création de la Cour Permanente de Justice Internationale était prévue dans le Pacte de la Société des Nations. En 1945, lors de la fondation de l’Organisation des Nations Unies, elle a été remplacée par la Cour Internationale de Justice.
Pour lui, la CIJ applique le droit international et pour y arriver à la Cour, il faut un consensus entre Etats pour amener les affaires devant la cour. En général ce sont les affaires de délimitation de frontière, environnement, exploitation des ressources naturelles. « Nous nous efforçons au quotidien d’éliminer la guerre dans les esprits des Hommes, c’est ce qui a été le cas du Mali et le Burkina Faso quand ils ont été à la Cour pour problème frontalier. La Cour a pu jouer le rôle de la réconciliation, d’arbitrage pour amener une paix et une réconciliation durable entre ces deux états qui vivent en parfaite harmonie et de bon voisinage grâce à l’arrêt de la Cour. Voilà que nous avions pu consolider une paix durable entre le Mali et le Burkina-Faso », a-t-il confié.
Plus loin, le Président de la Cour M Abdulqawi dira que tout conflit peut être majeur même si c’est une personne qui est tuée. « Comme le cas de la Syrie au début c’était un petit conflit aujourd’hui c’est devenu une guerre mondiale car beaucoup d’Etats sont impliqués. Ici à la Cour, nous ne pouvons pas prévenir les conflits mais c’est aux Etats d’y veiller », conseille-t-il.
A noter que le président M Abdulqawi A. Yusuf Somalien de nationalité est Juge depuis le 6 février 2009 ; vice-président de la Cour du 6 février 2015 au 6 février 2018 ; réélu en date du 6 février 2018 ; président de la Cour depuis 6 février 2018 Monsieur Abdulqawi A. Yusuf est président de la Cour internationale de Justice aux Pays-Bas et membre de l’Institut de Droit International à Genève en Suisse. Il a été conseiller juridique auprès de diverses organisations intergouvernementales, y compris l’UNESCO et l’UNIDO, fondateur et éditeur de l’Annuaire africain de droit international, ancien chargé de cours de droit international à l’Université nationale de la Somalie à Mogadiscio et à plusieurs autres universités, et auteur de nombreuses publications sur des questions judiciaires internationales. Il est titulaire d’un doctorat en droit international de l’IUHEI à Genève.
BAM
Source: L’Orage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *