LUTTE CONTRE LE VIH SIDA: L’ONUSIDA réitère son soutien à l’Afrique de l’Ouest

Le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé a, en compagnie de certains de ses homologues ouest africains, pris part, le mercredi 22 mai à une rencontre organisée par l’ONUSIDA et d’autres partenaires. L’objectif de cette rencontre était de faire le point de la lutte contre le VIH SIDA dans les pays d’Afrique de l’Ouest.

Cette rencontre a réuni, au siège de l’ONUSIDA à Genève, le Mali, le Ghana,  le Togo, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la République Démocratique du Congo, la directrice exécutive par intérim de l’ONUSIDA, Gunilla Carisson, le Fonds GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunization) et Deborah Brix, ambassadrice du Plan d’aide d’urgence à la lutte contre le Sida (PEPFAR) qui est une initiative lancé par le Président américain Geroges Bush visant à financer la lutte contre le SIDA dans le monde. L’Afrique de l’Ouest est bénéficiaire de cette initiative. La rencontre a permis aux uns et aux autres de parler de l’organisation et du fonctionnement de leurs systèmes de santé respectifs, de leurs initiatives allant dans le sens de l’atteinte de la couverture universelle sanitaire, de la gestion de la santé communautaire, et surtout de l’état d’avancement de la lutte contre le VIH SIDA dans leurs pays.

Le ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Michel Hamala Sidibé a évoqué l’approche inclusive du Mali à travers les cinq gratuités présidentielles dans le cadre de la réforme de notre système de santé. Il s’agit de la gratuité de la prise en charge de la grossesse ; de la gratuité de la prise en charge de la planification familiale ; de la gratuité de la prise en charge des enfants de moins de 5 ans ; de la gratuité de la prise en charge des personnes de 70 ans et plus ; de la gratuité de la dialyse. Selon le ministre Sidibé, il faut aller au-delà de nos systèmes classiques. Nous essayons  de voir comment la prise en charge peut être effective; comment l’assurance maladie peut fonctionner mieux. Nous allons faire une meilleure conciliation entre les patients et les services de santé en renforçant les agents de santé communautaire », a-t-il déclaré.

Aliou Sylla, Directeur de la coalition plus Afrique, une organisation de la société civile ouest africaine, a parlé des difficultés rencontrées par la société civile dans la lutte contre le VIH SIDA. Il a réaffirmé la disponibilité de la société civile à épauler les États dans cette lutte si elle est responsabilisée. Dans tous les pays où les résultats ont été obtenus, la société civile est fortement engagée aux côtés de l’Etat. Au Mali, la société civile prend près de 50% de la file active des personnes sous ARV. Avec les ministres, le Fonds Mondial de lutte contre le paludisme et la tuberculose, et le PEPFAR nous avons échangé pour trouver des solutions  idoines pour qu’en luttant contre le VIH SIDA, on  puisse atteindre la couverture universelle sanitaire », a-t-il ajouté.

La directrice exécutive par  intérim de l’ONUSIDA, Gunilla Carlsson a salué les efforts consentis par les pays tout en  réitérant l’engagement de l’ONUSIDA à leurs côtés dans le cadre du renforcement de la lutte contre le VIH SIDA.

CMC-MSAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *