Macron donne des précisions sur ses propos sur les caricatures du prophète Mohamed (PSL) « On m’a fait dire ce que je n’ai pas dit…. »

Face à la colère des pays musulmans contre des propos qui lui avaient été attribués, le président français a décidé d’éclairer les lanternes. Dans un entretien accordé, samedi 31 octobre dernier à la chaîne de télévision arabe Aljazeera, Emmanuel Macron dément l’information selon laquelle il aurait dit ou exhorté les Français à ne pas arrêter de caricaturer le Prophète Mohamed (PSL).

« On m’a fait dire : ‘’Je soutiens les caricatures humiliant le Prophète’’ Je n’ai jamais dit ça », précise d’emblée Macron avant d’indiquer que « ces caricatures touchent toutes les religions ». À l’en croire, « il n’y a pas de caricature spécialement contre une religion  ».

Selon le locataire de l’Élysée, il lui revient en tant que chef de l’État de protéger la liberté d’expression pour ses coconcitoyens. « Il  ne m’appartient pas en tant que Président de la République d’amoindrir ce droit parce que certains sont choqués », a-t-il précisé .

Parce qu’à ce moment-là, dira-t-il, j’instaurerais dans mon pays, une forme d’ordre moral ou religieux. Emmanuel Macron s’est, en cette période d’intense contestation des musulmans en colères, confié : « C’est comme si je dirais aux gens qui écrivent ou  dessinent qu’ils n’ont  pas le droit d’écrire parce que ça en choque d’autres. Et de proche en proche, a-t-il dit, la liberté d’expression se réduirait, parce qu’elle deviendrait l’espace qui fait en sorte qu’on ne parle plus les uns des autres ».D’où toutes les difficultés du projet de cette liberté d’expression, selon le président Macron, sera  contesté. En France, s’explique-t-il, il y a des lumières et des valeurs que portent les citoyens. Celles qui ne visent  pas seulement la coexistence des Français, mais  plutôt d’accepter de commenter les uns  les autres dans le calme et le respect, voire  parfois de se moquer les uns des autres. Cela, souligne-t-il, quelle que soit notre religion ou philosophie. Par rapport audits propos dont se plaigne la communauté musulmane, Macron estime que cela est dû à beaucoup de mensonges. « Par rapport à la phrase que vous citiez, les réactions du monde musulman sont dues à beaucoup de mensonges à tel point que les gens ont cru comprendre que j’étais favorable à la caricature », s’est-il justifié

Selon lui, il n’en est pas de la sorte. « Je suis favorable à ce qu’on puisse écrire, penser, dessiner librement dans mon pays, parce que je pense que c’est un droit, c’est nos libertés. Je comprends que ça puisse choquer, je respecte cela, mais il faut en parler ».

Notons qu’au Mali, tout comme en Palestine, en Inde, au Pakistan, passant par d’autres pays comme Bangladesh, les musulmans émus contre ces propos ont manifesté leur mécontentement. « La France insulte deux milliards de musulmans dans le monde », dénonçaient selon le « Monde » les Bangladais lors de la manifestation  du vendredi 30 octobre. La même source fait état d’une violence née lors d’une marche  au Pakistan suite auxdits propos d’Emmanuel Macron. S’ajoutent à cela, les boycotts  des produits français dans plusieurs pays, dont le Mali. La question : est-ce que cette sortie du président français  réussira à calmer les musulmans du monde ? Sans trop se hasarder, on le saura très prochainement.

Mamadou Diarra

Source: Le Pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *