Maltraitance et persistance de l’esclavage en milieu soninké : Le procureur de Nioro du Sahel requiert une peine d’emprisonnement et 100.000FCFA d’amende contre un maître de 35 ans qui a fouetté son esclave de 67 ans

L’esclavage a atteint son paroxysme  à Diadjoumé, village situé dans la commune rurale  de Gogui, cercle de Nioro  du Sahel. A Diadjoumé comme toutes les localités soninkés,  la discrimination ethnique, l’esclavage sont  des pratiques courantes en ce 21ème siècle. Or, l’esclavage sous toutes ses formes  a été aboli. Au village de Diadjoumé, population essentiellement composée de  Soninkés, les hommes  de caste, autrement dit  les captifs,  souffrent  à cause de leur rang  social. Ils n’ont droit  à rien. Pire encore, leurs droits sont  bafoués à cause de leur classe sociale. A titre d’illustration, pendant l’hivernage, les captifs travaillent les samedis pour leurs maîtres à défaut, ils  versent 1000 FCFA comme sanction ;  le délai de viduité pour  une épouse de captif est différent de celui de l’épouse des maîtres. Pour  l’épouse des captifs, la durée est de 2 mois et 5 jours tandis que l’épouse  des maîtres autrement dit  les nobles est de  4 mois 10 jours comme le  prescrit le code des personnes et de la famille du Mali. Ce  code ne fait pas de discrimination de race, d’ethnie, ni de classe. Le délai de viduité est de  4 mois 10 jours, valable pour tous les Maliens.

Pire encore, les captifs  a beau  étudier,  faire des écoles coraniques, ils ne deviennent  jamais imams de mosquées. A présent, les souffrances continuent, même pendant les fêtes, ce sont les captifs  qui font  office de bouchers. Ils abattent les animaux  de leurs maîtres  pendant le ramadan et la tabaski et ils passent tous  leur temps chez- leurs maîtres pendant que leurs femmes s’occupent du ménage des épouses de maîtres.

L’esclavage est une réalité en milieu soninké surtout  à Diadjoumé. Les captifs sont opprimés.  Ils restent toujours des sous hommes.

Le cas le plus récent de traitement d’esclave dans ce village est celui de Mountaga Diarisso,  un vieux  âgé de 67 ans. Il   a reçu des coups  violents  de la part de Modibo Diawara, un jeune de 35 ans, fils du chef de village qui fait office de maître.

Rappel des faits :

Le chef de village de Diadjoumé du nom de Waly Diawara, a envoyé  un émissaire au sieur Mountaga Diarisso, captif pour le convoquer à son domicile. Aussitôt, Mountaga Diarisso s’est dépêché au vestibule du chef où s’est tenue une rencontre qui a  dégénéré. Le chef de village  l’a interrogé au sujet des rencontres secrètes qu’il organise chez-  lui avec d’autres personnes. Mountaga ou disons plutôt, l’esclave a nié catégoriquement cette allégation. Waly Diawara lui réplique que lui a été appelé par un petit-fils depuis Lomé en République de Togo pour lui signifier qu’il y  a deux chefs de village à Diadjoumé. Or, lui est le seul  chef de  village de Diadjoumé. Il conseilla à Mountaga que si tel est le cas, qu’il arrête.

Selon Modibo Diawara, fils du chef de village, Mountaga Diarisso aurait  traité son père  de menteur.

Ce dernier s’inscrit en faux contre cette allégation.

Selon  le vieux Mountaga Diarisso, il  a reçu des coups violents de la part de 5 personnes dont Modibo Diawara. Il  aurait uriné du  sang. Aussitôt, il a été admis  au niveau du centre de santé   pour les soins.

Modibo Diawara répliqua que c’est lui seul qui lui a administré un coup.

L’affaire est traduite  devant le tribunal de première instance de Nioro du Sahel.

Le verdict est tombé le mardi  dernier  au tribunal de céans, Modibo Diawara est  déclaré  coupable  de coups et blessures volontaires. Le procureur a requis une peine  d’emprisonnement avec sursis plus une amende de 100.000 FCFA. L’affaire est mise en délibéré pour le 26 juin 2018 au tribunal de Nioro du Sahel.

Après ce jugement,  les membres du  rassemblement  malien  pour la fraternité  et le progrès (RMFP)  qui  veut dire en  langue Soninké « GANBANAAXUNFEDE » : égalité diront que si cette pratique ne cesse pas, ils sont prêts à aller jusqu’au bout. La contestation, la révolte ont  commencé en Mauritanie  et l’épidémie s’est propagée au Mali à Fégui, à Tafacirga et  à Diadjoumé.

                                                                                         Moussa Sissoko

Source: Mali Sadio

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *