Meurtres à répétition des albinos : l’artiste Salif Keita dénonce le silence coupable des autorités maliennes

L’artiste Salif Keita ne porte pas de gangs pour taper fort sur l’inaction des autorités maliennes face aux meurtres à répétition des albinos au Mali. C’était lors d’une conférence de presse le mardi 18 septembre 2018 .

Dans le but d’édifier l’opinion nationale et internationale sur les crimes que subissent les albinos, Salif Keita à travers ses fondations a rencontré les professionnels de medias à la maison de la presse.  

Pour la circonstance, il était accompagné de sa femme Mme Keita Coumba Makalou présidente de Global fondation, Ousmane Wélé Diallo, Mamadou Sissoko, Aminata Traoré tous membres de la fondation  sans oublier  un nombre important des albinos.

L’objet de  cette rencontre est d’interpeller les autorités maliennes sur les crimes de toutes natures faites aux personnes atteintes d’albinisme afin qu’ils puissent rendre justice aux justiciables.

Salif Keita, le célèbre artiste malien lui-même albinos accuse le silence des autorités maliennes face aux meurtres à répétition des albinos. Il cite l’exemple de la petite fille Ramata agée de 5 ans enlevée et décapitée pour des fins sacrifices à  la vielle des élections présidentielles dernières. Puis Salif Keita a fustigé l’impunité de certains assassins des albinos qui ont été arrêtés puis relâchés dans un pays dit de droit.

Pour rendre hommage à la petite Ramata Diarra et toutes les victimes l’artiste organise un forum et concert géant pour l’amélioration de la vie de ces derniers. A ce forum il est prévu 75 participants venants un peu partout en Afrique le 15 novembre prochain.

Selon Mamadou Sissoko le conférencier membre de la fondation Salif Keita, un plan national est nécessaire pour sauvegarder et améliorer la vie des personnes atteintes d’albinismes. Il suggère à cet effet  qu’il serait bon au Mali de s’assurer que les personnes atteintes d’albinisme sont à l’abri du préjudice et empêcher que les stéréotypes et la discrimination ne dégradent leur existence. A l’unanimité dans la salle, ils ont tous déploré et condamné les enlèvements, meurtres et crimes odieux faites aux albinos pour des fins politiques et commerciales. Pour garantir davantage la vie des albinos, le conférencier  propose la mise en œuvre d’un plan en dix points à savoir établir un plan d’action national sur l’albinisme, désigner un haut représentant au sein du gouvernement, améliorer la sureté et la sécurité des personnes atteintes d’albinisme, enquête  de manière approfondie et intenter des poursuites judiciaires sur les attaques, assurer l’accès à la santé. A ces points s’ajoutent aussi des points tels que l’accès à l’éducation, élimination de la discrimination, une enquete nationale, la participation de la société civile et enfin le budget.

Bourama Camara

Mali24

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *